Château de l'Escoublère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Château de l'Escoublère
Image dans Infobox.
Le château de l'Escoublère.
Présentation
Type
Propriétaire
Personne privée
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Mayenne
voir sur la carte de la Mayenne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le château de L'Escoublère, ou Écoublère, est un château Renaissance du XVIe siècle situé à Daon en Mayenne, à 2 km au nord-est du bourg.

Origine[modifier | modifier le code]

  • Escoublère, 1619[1].
  • La terre et seigneurie de l'Escoublère, 1664[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

Puits classé du château de l'Escoublère.

Le château, construit vers 1570, date inscrite sur le puits et qu'indique aussi le style de l'édifice, comprend le château proprement dit, flanqué de tours aux angles et en façade, et d'un châtelet où aborde une passerelle en pierre qui remplace l'ancien pont-levis. Au-dessus du porche, une fenêtre à meneaux en croix, couronnée d'un fronton triangulaire et bas, avec écusson au centre. Les deux tours ont un toit en forme de cloche surmontée d'une lanterne. Les douves sont murées, profondes, l'eau n'y manque jamais. Le puits, dans la cour intérieure, est une œuvre d'art ; aux angles de la margelle carrée, quatre colonnes à chapiteaux composites supportent une architrave avec frise et inscription : « In te, Domine, speravi, non confundar in æternum ; in justitia tua libera me », et au-dessus une coupole imbriquée.

La chapelle est au nombre de celles dont la conservation semble utile en l'an XII.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le fief était vassal de Daon. Le domaine, en 1664, outre le manoir avec douves, pont-levis, jardins, vergers, vignes, prés, bois taillis, haute futaie, comprenait les métairies des Onglères, du Petit-Mortreux, des Trois-Cormerais, les closeries de Villeneuve, la Robinière, la Morandière, la Vergne, le fief d'Argenton, etc.
  • Coquereau, chef chouan Flag of Royalist France.svg, fit du château de l'Escoublère son quartier général. Il fut tué en y rentrant, le .
  • Le château et son puits sont classés monuments historiques le [3].

Les seigneurs de l'Escoublère[modifier | modifier le code]

Blason de la famille de Salles : d'hermine au chef d'or chargé de 5 losanges de gueules.
  • Guy de Salles Blason famille fr Salles.svg, que Barthélémy Roger dit avoir assisté à la bataille du Bourgneuf de Saint-Quentin, 1422.
  • Guillaume de Salles Blason famille fr Salles.svg, mari d'Yvonne d'Andigné Blason famille fr Andigné.svg, veuve de Pierre d'Armaillé.
  • Leur fils Guillaume de Salles, époux de Marguerite Le Maçon, rend aveu pour une rente à la Chantepierre, 1507.
  • Jean de Salles Blason famille fr Salles.svg rend aveu à l'Escoublère, 1533, 1539, devient seigneur de Maligné (Martigné-Briand) par son mariage avec Louise Serpillon, et bâtit le château de l'Escoublère.
  • René de Salles Blason famille fr Salles.svg. Les huguenots occupent son château de Maligné pendant 2 ans, vers 1590. Il rend aveu à la garenne de l'Écoublère, 1602.
  • Claude de Salles Blason famille fr Salles.svg, mari de Lucrèce Travaux, d'où Claude, baptisée en 1608. Il acheta en 1612 à Angers Haute-Folie, l'ancienne maison de plaisance du Roi René. Tué dans sa maison de Maligné par le prévôt de Loudun, nommé Saint-Martin, il fut inhumé le samedi aux Minimes d'Angers, « grandement regretté, dit Louvet, des habitants de cette ville (d'Angers) comme estant bon gentilhomme, bien vivant et craignant Dieu. ».
  • Urbain de Salles Blason famille fr Salles.svg, commandeur de Thévalle, habitait ordinairement à l'Escoublère.
  • Jacques de Lancrau, seigneur du Tertre et de la Saudraie, 1625, mari de Claude de Salles Blason famille fr Salles.svg, laquelle fut inhumée dans l'église de Daon, 1649.
  • René de Rigaud, seigneur de la Tremblaie, († ), mari d'Agnès de Salles Blason famille fr Salles.svg, laquelle convola avec René du Tertre.
  • René Sourdrille, grenetier à Château-Gontier, époux de Marie Juffé, 1672.
  • René du Guesclin, marié par contrat du avec Marie Sourdrille, qui eut en avancement d'hoirie les terres et fiefs de l'Escoublère. Ils eurent 10 enfants, parmi lesquels :
  • Bertrand-Henri-Michel du Guesclin, (°), était sous la tutelle de sa mère en 1765, colonel d'infanterie en 1778, et mourut sans enfants avant 1791.
  • L'abbé de Scépeaux Blason famille fr Scépeaux.svg, mort interdit à Château-Gontier en 1825, eut l'Escoublère, qui passa à la fille de sa sœur, Louise-Madeleine d'Aurelle de Champetière, mariée à Jacques de Beynaguet, marquis de Pennautier, vicomte de Saint-Pardoux.
  • Le vicomte de Saint-Jean-Pointis, gendre de ces derniers, a vendu l'Escoublère en 1842 à M. Romain Le Motheux

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (Arch. de la Vienne, H/3. 970).
  2. (Arch. de la Mayenne, B. 2330).
  3. « Château de l'Escoublère et son puits », notice no PA00109497, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

« Château de l'Escoublère », dans Alphonse-Victor Angot et Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 1900-1910 [détail des éditions] (lire en ligne)