Château de Vixouze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Vixouze
Image illustrative de l'article Château de Vixouze
Façade sud du château
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Guy de Vixouze 1267
Destination initiale Habitat seigneurial
Propriétaire actuel M.et Mme Pilicer-Moncorger
Destination actuelle Organisation d'événements (Mariages, Séminaires, Vernissages, Tournages de film,...)
Protection  Inscrit MH (2000)
Coordonnées 44° 56′ 26″ Nord 2° 35′ 37″ Est / 44.94056, 2.59361
Pays Drapeau de la France France
Région historique Auvergne
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Commune Polminhac

Géolocalisation sur la carte : Cantal

(Voir situation sur carte : Cantal)
Château de Vixouze

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Vixouze

Le château de Vixouze est un château médiéval situé à Polminhac dans le Cantal. Il appartient à la famille Pilicer-Moncorger.

La totalité du château, y compris les murs d'enceinte et les tourelles, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Description[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Le donjon de défense rectangulaire daterait du XIIIe siècle mais a été remanié et possède des cheminées du XVe siècle, un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés, toiture en pavillon. L'accès se faisait primitivement par une porte haute (aujourd'hui obturée) au troisième niveau, puis par un accès au rez-de-chaussée surélevé par un escalier extérieur et actuellement par une tour d'escalier hors-œuvre.

L'enceinte comporte un portail et des tours.

Deux ailes ont été édifiées ensuite, le mur de clôture porte la date 1719.

La chapelle voutée en berceau plein cintre et le four à pain en berceau brisé sont du XVIIe siècle. La grange-étable porte les dates 1613 et 1777.

Une grange-étable à demi croupes ; un moulin à toit à l'impériale.

Le portail avant avait un toit à lanternon qui a aujourd'hui disparu. La fontaine située à l'entrée du château semble être de création du XIXe siècle, après 1811.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vixouze est mentionné pour la première fois en 930 comme étant une villa dans une donation faite par Bernard de Carlat, vicomte de Carlat, à l'abbaye de Conques: villa mea que vocatur Vidditiosa [2]. Ce bien était déjà possédé par ses parents. Dans le même document, on trouve aussi mentionné Marfons comme une manse : mansos meos quae vocatur Marifontes cum curtes et ortos.

Dans un aveu de 1267, le château fort de Vixouze est désigné comme un château et une tour, et un mandement dit château. Il s'agit probablement en partie du donjon actuel, datant du XIIIe siècle, de plan rectangulaire entouré d'une enceinte. Très endommagé lors des guerres franco-anglaises il fut en partie reconstruit à la limite XVe siècle[3], au XVIe siècle pour la tour d'escalier ajoutée hors-œuvre, et transformé en pavillon au XVIIe siècle[4] ;

Famille de Vixouze[modifier | modifier le code]

Généalogie de la famille et des seigneurs de Vixouze reconstituée par Thierry del ROSSO - d'HERS descendant de cette famille : armoiries de la famille de Vixouze : d'argent à une coquille de sable (référence vraisemblable à Saint Jacques de Compostelle).

  • Guy de Montjou, né vers 1200 et décédé probablement en 1267, cité comme damoiseau en 1229 et seigneur de Vixouze en 1267. Puis son gendre :
  • Guillaume de Vixouze, cité comme chevalier en 1267 et 1284, seigneur de Vixouze par alliance, né vers 1230 et décédé après 1284. Avec son frère Henri, il effectue en 1267 une reconnaissance de son château auprès du vicomte de Carlat, puis :
  • Henri de Vixouze, né vers 1260, noble, chevalier, seigneur de Vixouze et d'Alteval (Hauteval, commune de La Capelle en Barrès). Puis :
  • Hector de Vixouze, né vers 1290, noble, cité comme damoiseau, puis chevalier. Le 14 septembre 1329, reconnaissance d'Hector de Vixouze, damoiseau, devant Bernard de Pons pour les seigneuries de Vixouze, Alteval et Montjou. Puis :
  • Guy de Vixouze, né vers 1320. Noble, chevalier, seigneur de Vixouze et d'Alteval. Il s'est marié vers 1350 à Souveraine de Vieillevie, d'où 5 enfants connus : 3 frères : Jean, Pierre, Jacques (homme d'église), et deux sœurs : Irlande et Angelvize. Parmi ceux-ci, furent successivement seigneurs de Vixouze :
  • Jean de Vixouze, noble, chevalier, né vers 1350
  • Pierre de Vixouze, né après 1350, frère du précédent et décédé en 1420,
  • La fille de Jean de Vixouze : Hélène de Vixouze née en 1380 apporte ce fief par son mariage en 1400 avec Robert de Brunenc (et non Aldebert ou Audebert, comme souvent écrit par erreur ; ce dernier était le tuteur d'Hélène de Vixouze, et non son mari), de la famille du troubadour Hugues de Brunenc, seigneur de Brunenc, qui chantait son amour pour Galiane d'Aurillac[5].

Famille de Brunenc de Vixouze et famille de Comblat[modifier | modifier le code]

Généalogie de la famille de Brunenc de Vixouze reconstituée par Thierry del ROSSO - d'HERS descendant de cette famille :

  • Robert de Brunenc - né vers 1380 - fut seigneur de Brunenc (commune de Polminhac), puis seigneur de Vixouze à partir de 1432, date qui correspond vraisemblablement au décès d'Hélène de Vixouze. Robert de Brunenc était fils d'Hérail de Brunenc (né vers 1340) et de Marguerite de Foulholes (née vers 1345). Deux enfants connus : Catherine de Brunenc de Vixouze mariée en 1432 à Pierre de Fortet, et :
  • Ramon de Brunenc ou en français Raymond de Brunet, né vers 1400, seigneur de Vixouze, qui eut pour successeur :
  • Guiral - ou en français Géraud - Brunenc de Vixouze, seigneur de Vixouze, né vers 1420. Il achète en 1439 le château de Comblat, et devient seigneur de Comblat. Epoux de Géralde de Pallat, dame de Pallat. Il était capitaine-gouverneur du fort de Turlande en 1470. Il eut pour fils :
  • Guy de Brunet de Vixouze, né vers 1440, et qui fut seigneur de Comblat de 1468 à 1489, date de son décès,
  • Jacques de Brunenc de Vixouze, né vers 1460, seigneur de Vixouze et de Comblat, était un des familiers de Jacques d'Armagnac, vicomte de Carlat. Il représenta Jehan de La Garde de Saignes, homme d'église, comme seigneur de Messac-lez-Reilhac, pour décliner la convocation au ban et à l'arrière-ban de 1533.
  • Raymond II dit de Comblat, fils de Jacques, né vers 1480, se maria en 1507 avec Soubeyrane de Beaufort, fille de Lancelot de Beaufort de Mancip, seigneur de Boissonie (ancien fief à Vic-sur-Cère) et d'Antoinette de Boissonis. Raymond II fut seigneur de Vixouze et de Comblat et décéda en 1561. Il eut deux filles : Charlotte de Vixouze mariée à Pierre de Couderc (seigneur de Fracor et de la Vergne blanche) et :
  • Antoinette de Comblat dite dame de Comblat, née vers 1520 et mariée en 1541 à Jean 1er de Cabanes, gouverneur de Carlat et député des notables de Haute Auvergne, et décédée en 1561. De ce dernier mariage naquit en 1542 :
  • Jean II de Cabanes de Comblat marié à Gabrielle de Grenier - Mègemont (décédée en 1633). De ce mariage naquit : Louise de Comblat.

Famille Pagès de Vixouze[modifier | modifier le code]

Armoiries : "D'argent à une coquille de sable"[6]. Les Pagès reprennent les armoiries originelles des Vixouze.

  • Louise de Comblat, apporte la seigneurie et le château de Vixouze à son mari Blaise Pagès devenu donc Blaise Pagès de Vixouze. Ce dernier est fils de Rigal Pagès, seigneur d'Espeils. Blaise Pagès est lieutenant criminel en l'élection d'Aurillac. Du mariage de Blaise et de Louise, il vient :
  • Françoise Pagès, mariée le avec Paul Lacarrière (1604), vice-bailli du Carladès depuis le .
  • Blaise Pagès, seigneur de Vixouze et des Huttes, dont est issu :
  • Antoine Pagès de Vixouze, subdélégué de l'intendant d'Auvergne, premier consul d'Aurillac, marié le à Aurillac avec Madeleine Boudet, fille de Guillaume, seigneur de Senilhes, et de Marguerite de Cambefort de Mazic, qui lui donna sept enfants, dont :
  • François-Xavier Pagès, seigneur de Vixouze, (1745 - 1802), lieutenant civil au présidial d'Aurillac, qui se rend à Paris pour prendre fait et cause pour la Révolution, sur laquelle il publiera par la suite plusieurs ouvrages de mémoires. Il se marie en 1767 en Italie avec Catherine Justine Breu, dont il divorça à Aurillac en 1793, et se remaria avec une demoiselle de Lacarrière de La Tour. De son premier lit, il avait eu une fille:
  • Catherine-Rose-Euphrosine Pagès de Vixouze, mariée le 24 avril 1787 à Aurillac avec Jean-François Malroux-Désaurières, avocat du roi au siège présidial d'Aurillac. Ils eurent deux enfants:
    • Eugène Malroux-Désaurières
    • Amélie Malroux-Désaurières.

Famille Dessauret d'Auliac[modifier | modifier le code]

  • Amélie-Anne-Catherine Malroux-Desaurières, héritière de Vixouze, se maria avec Pierre Dessauret d'Auliac (1787-1868), maire de Saint-Flour. Ils eurent au moins un fils:
  • Pierre-Charles Dessauret d'Auliac, décédé à Vixouze en 1882. Il était témoin en 1878 au mariage d'Armand Bouygues de Lamartinie et de Geneviève de Campams de Saint-Rémy, de Villefranche-de-Rouergue.

Le château de Vixouze sera vendu par ses descendants en 1913 à la famille Costes.

Autres propriétaires[modifier | modifier le code]

En 1990, Vixouxe est acheté par André Léonard, artiste peintre, qui a restauré le château qui organisait des événements culturels (concerts, expositions de peinture, de sculptures) et des réceptions.

Depuis 2013, Vixouze appartient à M. et Mme Serge Pilicer-Moncorger.

Visites[modifier | modifier le code]

Extérieurs ouverts gratuitement au public. Exposition permanente des toiles du peintre Léonard.

Château ouvert du 1er juillet à début septembre, tous les jours de 15h à 19h[7].

Les communs sont aménagés pour accueillir en location, des mariages, des séminaires, ou des rencontres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00093578 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Cartulaire de Conques n°6.
  3. Bruno Phalip, 1990, p. 1243.
  4. Notice de l'Inventaire.
  5. "E entendait en una borzeza d'Orlhac que avio nom dona Galiana; mas ela non lo vole amar ne retener, ne far negun plazer en dreig d'amor, e tan que ela avia fag son drat del comte de Rodez, e donet comjat a n'Uc Brunenc. Uc per la dolor que eln'ai mes se en l'ordre de cartoza, et aqui el mori." La Salle de Rochemaure, Les Troubadours cantaliens.
  6. N. Pagès de Vixouze, conseiller du roi au présidial d'Aurillac, 1696, Armorial d'Hozier.
  7. Site de l'office du tourisme de Vic

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]