Château de Villebois-Lavalette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Villebois
Image illustrative de l'article Château de Villebois-Lavalette
Le château et les remparts vus du sud-est
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Lusignan, comte d'Angoulême
Propriétaire actuel propriétaire privé
Protection Logo monument historique Classé MH (2005)[1]
Coordonnées 45° 29′ 03″ N 0° 16′ 58″ E / 45.48417, 0.2827845° 29′ 03″ Nord 0° 16′ 58″ Est / 45.48417, 0.28278[2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Angoumois
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Commune Villebois-Lavalette

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Villebois

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Château de Villebois

Le château de Villebois est situé en Charente sur la commune de Villebois-Lavalette. La colline fortifiée de Villebois est dominée par les ruines d'un château féodal et une aile d'un imposant édifice du XVIIe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

La cour intérieure du château

Au XIIIe siècle Villebois passe aux Lusignan, comtes d'Angoulême qui élèvent les murailles actuelles avec leurs sept tours. Victime de plusieurs sièges durant la guerre de Cent Ans Villebois est repris aux Anglais en 1376 par le duc de Berry, frère de Charles V.

Durant les guerres de religion Villebois est en grande partie détruit.

Les sires de Mareuil figurent parmi les propriétaires successifs. En 1590 Jean-Louis de Nogaret de La Valette, duc d'Épernon et gouverneur de l'Angoumois dès 1588[3], fit le siège du château où des ligueurs s'étaient retranchés. Il acquit la terre de Villebois terre comme fief et le fit ériger, en 1622 par lettres patentes, en duché et pairie, le duché de Lavalette, d'où le nom de Villebois-Lavalette.

Le jeune Louis XIII y séjourna avec sa nouvelle épouse Anne d'Autriche, invité par le duc d'Épernon. Il arriva le 28 décembre 1615 par le chemin des crêtes.

En 1660, Bernard de Nogaret, duc de La Valette, fils héritier de Jean-Louis de Nogaret et n'ayant lui-même plus d'héritier, vendit la terre de Villebois-Lavalette et son titre, ainsi que ses terres de Vibrac et Angeac, à Philippe de Montaut-Bénac, duc de Navailles[4],[5].

En 1662 le duc de Navailles et de La Valette, éloigné de la cour par Louis XIV, se retira sur ses terres. Il fit raser l'ancienne forteresse et construisit le château dont il ne reste que l'aile nord.

Au début du XXe siècle, il fut la propriété du docteur Maurice de Fleury, grand-père de l'acteur Bernard Lavalette.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château vu du sud-est en 2009

Il reste la chapelle du vieux château du XIIe siècle.

Du castel et de la villa gallo-romaine qui l'avaient précédé, on n'a pas encore retrouvé de trace.

Le duc de Navailles en 1665 avait fait raser la forteresse fondée au XIe siècle ; il ne conserva que l'enceinte datant des Lusignan pour rebâtir le château.

Après un incendie le 10 décembre 1822 qui détruisit l'aile droite, il ne reste que l'aile gauche de ce château.

Cette aile gauche est habitée par le propriétaire.

Depuis 1980, l'association des amis de château de Villebois-Lavalette organise des chantiers. La muraille retrouve peu à peu son aspect du XIIIe siècle avec les créneaux de la façade ouest, le toit d'une des tours, ainsi que d'autres restaurations.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Château de Villebois », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées prises sur Géoportail
  3. Denis Blanchard-Dignac, Le duc d'Épernon, Éditions Sud Ouest,‎ , 272 p. (ISBN 978-2-81770-164-6), p. 128
  4. Duc de Navailles, Mémoires, dans Mémoires du marquis de Chouppes suivis des Mémoires du duc de Navailles et de La Valette, sur gallica.bnf.fr, Paris, Techener, 1861, liv. V, p. 196, note 2.
  5. Gabriel Tricoire, Le château d'Ardenne et la seigneurie de Moulidars en Angoumois,‎ , 330 p. (lire en ligne), p. 231

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias,‎ , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 278-279