Château de Triel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Entrée de l'ancien château de Triel
(rue Galande)
Escalier monumental

Le château de Triel, aujourd'hui disparu, était situé sur la rive droite de la Seine, sur la commune de Triel-sur-Seine, dans le département des Yvelines.

Description[modifier | modifier le code]

  • Le domaine, d'une superficie de huit hectares environ, était clos de murs.
  • L'ensemble formé par deux constructions accolées, appelées château vieux (corps de logis principal) et château neuf (aile en retour), comportait une centaine de pièces (dont 45 chambres) réparties sur un rez-de-chaussée, un étage et un étage de combles. Une autre aile servait d'écurie. Il y avait également une basse-cour et la maison du garde. Le château vieux fut construit au XVIIe siècle à la place d'un château fort ; le château neuf est une extension réalisée au XVIIIe siècle.
  • Deux galeries souterraines conduisaient, l'une à la Seine (où la princesse de Conti avait une gondole amarrée), l'autre à l'église.
  • Des jardins en terrasse avec balustrade comportaient des bassins dont un avec un jet d'eau, des bosquets et deux jardins potagers.
  • Un colombier, situé hors les murs, faisait aussi partie du domaine.

La partie du site aujourd'hui ouverte au public est un parc municipal dans lequel se trouve un club de tennis.

Quelques vues du parc :

Historique[modifier | modifier le code]

Des châtelains, puis des seigneurs engagistes, se succèdent du Moyen Âge à la Révolution.

Les châtelains

  • Henri Le Lorrain est l'un des premiers châtelains attestés.
  • 1482: Deux personnages se partagent la charge, Jacques de Vitry et Jacques Coitier, médecin de Louis XI.
  • 1497: Henri Courtin succède aux précédents.
  • 1518: La châtellenie passe ensuite à Mathieu Gallet.
  • 1544: Jean Thomassin, neveu du précédent, lui succède.
  • 1549: Nicolas de Neuville, chevalier, seigneur de Chanteloup, succède au précédent.

Les seigneurs engagistes

De nos jours, une partie du site, à l'ouest de la voie ferrée, appartient à la commune de Triel-sur-Seine.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armes des Este-Modène
  • Gallet de Vallière: écartelé, au 1 et 4 d'azur, à un gallet ou tourteau d'or; au 2 d'argent à la bande d'azur, accompagnée de deux croisettes de même, qui est Guéroult de Bonnière, et au 3, parti d'argent ou de gueules fascé de huit pièces, qui est Boulainvilliers
  • Brûlart: de gueules à une bande d'or chargée de cinq barillets de sable à la traînée de même
  • Alleaume: d'azur à trois coqs d'or
  • Brissart: d'argent, à l'arbre de sinople posé sur une terrasse du même, au cerf passant d'or, brochant sur le fût de l'arbre
  • Este-Modène: écartelé, en 1 et 4 d'or, à l'aigle bicéphale de sable, membrée, becquée et liée de gueules et en 2 et 3 d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure endentée de gueules et d'or, au pal de gueules aux deux clefs l'une d'argent l'autre d'or posées en sautoir et liées d'azur accompagné en chef d'une tiare cerclée et croisetée d'or ; sur le tout d'azur, à l'aigle d'argent, becquée, languée et couronnée d'or

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nobiliaire universel de France, tome troisième, par M. de Saint-Allais (Paris, 1815)
  • Histoire du canton de Meulan, par Edmond Bories (Laffitte Reprints, 1906)
  • Triel-sur-Seine, son histoire, ses légendes, par G. Beaujard et D. Biget (Éditions du Valhermeil, 2001)

Article connexe[modifier | modifier le code]