Château de Sully

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Château de Sully-sur-Loire.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sully.

Château de Sully
Image illustrative de l’article Château de Sully
Les douves
Type Château
Architecte Nicolas Ribonnier
Début construction 1570
Fin construction vers 1610
Propriétaire initial Gaspard de Saulx-Tavannes
Protection Logo monument historique Classé MH (1995)
Site web http://www.chateaudesully.com/
Coordonnées 47° 00′ 39″ nord, 4° 28′ 24″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Commune Sully

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Sully

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château de Sully

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Château de Sully

Le château de Sully est situé sur la commune de Sully en Saône-et-Loire, entre Autun et Beaune. Ouvert au public, le château de Sully est depuis le milieu du XVIIIe siècle la propriété et résidence de la famille de Mac Mahon, ducs de Magenta

Description[modifier | modifier le code]

Il est construit en plaine, au fond de la large vallée de la Drée, affluent de l’Arroux, à l’extrémité nord du village. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

Le château est depuis le milieu du XVIIIe siècle,

Château de Sully - Les communs

Majestueux et cité comme l’un des plus beaux de Bourgogne, le château est précédé d’une longue cour bordée de buis taillés et encadrée de chaque côté des bâtiments des communs. Bussy-Rabutin et Madame de Sévigné l’ont beaucoup admiré[citation nécessaire].

En plan, le château forme un vaste quadrilatère et comporte quatre corps de logis bâtis en retour d’équerre qui encadrent une cour centrale et quatre tours carrées plantées de biais qui occupent les angles. L’ensemble est entouré de douves remplies par l’eau de la Drée. Vers l’ouest, un pont de pierre qui franchit les douves dont la balustrade a été garnie vers 1890 de tout un décor de boulets et pyramides de pierre, précède la façade édifiée par les Saulx-Tavannes. L’appareil à bossages du socle de l’édifice et du rez-de-chaussée percé de petites fenêtres à meneaux fait contraste avec la richesse du décor du premier étage dont les fenêtres à meneaux et croisillons sont encadrées de pilastres terminés par des têtes et séparés par des tableaux qui imitent des niches. Les pilastres sont ornés de tableaux comme au château du Pailly, près de Langres, œuvres l’un comme l’autre, du même archictecte langrois Nicolas Ribonnier. Une composition formée des mêmes éléments marque le centre ; elle a été surmontée d’un large fronton sculpté où deux Maures soutenaient le blason des Morey qu’une horloge intérieure a maintenant remplacé.

La cour intérieure forme un ensemble remarquable par l’ordonnance des façades et leur décor Renaissance. Un décor de bossages règne sur tout le rez-de-chaussée éclairé de baies cintrées. À l’étage, des pilastres ioniques munis de tableaux encadrent les fenêtres qui sont groupées par deux. Une niche plate ménagée entre chaque groupe est surmontée d’une tête sortant d'un cartouche ou d'un médaillon. L’allège des fenêtres est décorée de tables qui se terminent en fleuron. Le décor sculpté comporte aussi une frise qui court sous la corniche et des médaillons ronds contenant un buste en haut-relief qui sont placés sous les niches, à hauteur du rez-de-chaussée. L’ornementation de ces façades se complétait par des fresques : des figures allégoriques étaient peintes dans les niches. Il faut noter la présence d’un pavillon central à la façade du logis oriental qui présente la même élévation et les mêmes motifs. Derrière cette façade, subsiste en partie un mur plus ancien percé de portes et de fenêtres indiquant une construction du XVe siècle. C’est donc en avant du logis médiéval - en ménageant la largeur d’un couloir - qu’a été construite cette façade qui achève de donner à la cour son unité monumentale.

Château de Sully - Les communs

On peut penser que les premières constructions des Saulx-Tavannes avaient comporté trois corps de logis en laissant subsister un logis du XVe siècle, œuvre des seigneurs de Couches ou des Rabutin, en avant duquel on aurait élevé un peu plus tard la façade de style classique avec son pavillon central. La présence d’une salle voûtée, déjà attestée par des reproductions anciennes, confirme que des parties de la construction médiévale ont subsisté dans ce logis.

Les quatre tours d’angle pourraient aussi en partie remonter au château du Moyen Âge. Elles sont hautes de trois étages et couvertes de toits à lanternons.

La façade vers l’extérieur du corps de logis nord date du début du XVIIIe siècle. elle a été établie au niveau de l’angle des tours entre lesquelles elle s’insère, ce qui lui donne un développement considérable. Des pilastres séparent ses fenêtres rectangulaires. Un avant-corps à fenêtres cintrées couronné d’un fronton est précédé d'un escalier monumental et d’une vaste terrasse qui domine le miroir d’eau des douves. Vers l’est, la façade, qui comporte un fronton central, a été remaniée au XIXe siècle et le pont qui franchissait les douves a été supprimé. La façade sud, qui a subi plusieurs transformations et la chapelle qui fait saillie de ce côté ont été refaites dans le style néo-Renaissance.

Les communs, qui s’allongent en avant du château, comportent un bâtiment entre deux pavillons. L’aile des écuries du côté nord, indiquée par une tête de cheval sculptée au-dessus de la porte centrale, est complétée par tout un ensemble de bâtiments groupés autour d’une cour. L’un d’eux abrite un théâtre aménagé en 1840.

Le château, propriété privée, est ouvert au public.

Historique[modifier | modifier le code]

Maison de Sully

  • 1180 : Hugues de Sully tient le fief
  • 1240 : mort de Gauthier de Sully

Maison de Bauffremont

  • XIIIe siècle : après l'extinction des Sully, une branche des seigneurs de Couches reprend la seigneurie
  • seconde moitié du XIIIe siècle : Pierre de Bauffremont est seigneur du lieu

Maison de Bourgogne-Montagu

Maison de Rabutin

  • 1469 : Jeanne de Bourgogne-Montagu, en épousant Hugues de Rabutin, seigneur d’Épiry, lui apporte le « chastel, maison forte et forteresse du dit Sully »
  • fin XVe siècle : Christophe de Rabutin est seigneur du lieu
Gaspard de Saulx-Tavannes

Maison de Saulx

  • 1515 : le précédent vend le domaine à Jean de Saulx, époux de Marguerite de Tavannes
  • première moitié du XVIe siècle : Guillaume de Saulx-Tavannes, fils des précédents, leur succède
  • milieu du XVIe siècle : Gaspard de Saulx-Tavannes, frère du précédent, lieutenant-général de Bourgogne, maréchal de France puis gouverneur de Provence, lui succède; il entreprend de reconstruire le château
  • 1573 : à la mort de Gaspard, sa veuve, Françoise de Montrevel réalise son projet en confiant la construction à l’architecte langrois Nicolas Ribonnier, qui avait déjà reconstruit pour le maréchal le château du Pailly
  • 1581 : Françoise écrit qu'elle veut « rendre la dite maison de mesme valleur et estimation que celle du Pailley » car cette maison « n’est pas à beaucoup prest sy bien bastie que celle du Pailley », ceci pour assurer un partage égale entre ses deux fils
  • seconde moitié du XVIe siècle : Jean de Saulx-Tavannes, troisième fils des précédents, leur succède à Sully
  • entre 1616 et 1621 : retiré à Sully, il écrit ses Mémoires, consacrés surtout à la vie de son père où il nous renseigne sur la construction du château dont celui-ci avait seulement conçu et tracé le plan

Famille de Morey

  • 1714 : les Saulx-Tavannes vendent à Claude de Morey, marquis de Vianges ; les Morey feront construire la façade et les terrasses qui dominent le miroir d’eau, au nord
  • 1748 : Jean-Baptiste de Morey, frère du précédent, meurt
Patrice de Mac-Mahon

Famille de Mac Mahon

Armoiries[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00113483, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. (Neubecker 1976, p. 101)
  3. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com, Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)
  4. Sully, par Roland Niaux sur sites.google.com
  5. www.armorial-general.org
  6. www.luz-herald.net

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Château de Sully en Bourgogne. XVIe siècle, dans Claude Sauvageot, Palais, châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle, A. Morel libraire éditeur, Paris, 1867, tome 1, p. 17-20 et planches
  • Ottfried Neubecker, Roger Harmingues, Le Grand livre de l'héraldique, Bordas, (réimpr. 1982), 288 p. (ISBN 2-04-012582-5).
  • D. Givrot, Sully-le-Château, (1972)
  • Merveilles des châteaux de Bourgogne (1969)
  • Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France eu siècle de la Renaissance, Flammarion/Picard, Paris, 1989, p. 632-635, 798 (ISBN 2-08-012062-X) Modèle:SBN

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]