Château de Spontin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Spontin
image illustrative de l’article Château de Spontin
Début construction XIIe siècle
Propriétaire initial Leopoldo Beaufort-Spontin
Propriétaire actuel Fabrício de Spontin
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1950, no 91141-CLT-0006-01)
Coordonnées 50° 19′ 24″ nord, 5° 00′ 34″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Localité Yvoir

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

(Voir situation sur carte : Province de Namur)
Château de Spontin

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Château de Spontin

Le château de Spontin est un château situé à Spontin dans la commune d'Yvoir et dans la province de Namur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Classé le 14 janvier 1950 à la fois comme monument historique et site, le château illustre l’évolution d’une habitation seigneuriale du Moyen Âge à nos jours. À l’origine, vers le XIIe siècle, le château de Spontin est une simple tour défensive carrée, dans la vallée du Bocq, destinée à protéger les usagers de l’antique voie romaine Dinant-Huy. Depuis environ 1200 il était possédé par la Maison de Beaufort-Spontin, une branche de la Maison de Huy.

Après de hauts faits d’armes, Guillaume dit « l’Ardennais » transforme à la fin du XIIe siècle le bâtiment primitif en une demeure fortifiée de trois étages, aux murs plus épais, et il y ajoute deux tourelles de défense avec pont-levis. C’est seulement au XIVe siècle que la demeure prend son aspect de château-fort classique.

Dès la fin du XVIe siècle, les fortifications étant devenues inutiles, le château se transforme en résidence par le percement de fenêtres et il est rehaussé de briques roses et de toits en poivrière. Les deux dernières transformations sont la construction d’une ferme fortifiée en dehors des douves (1622) et la démolition d’une partie des fortifications arrière. Dans la cour d'armes, ornée d'une élégante armature de puits en fer forgé par Van Boeckel (XIXe siècle), apparaît l'ancien donjon. Les salles du vieux logis, aux murs énormes, aux cheminées gothiques et boiseries Louis XIII, au pavement de grès, contrastent par leur austérité avec les appartements. La partie sud a été décorée au XIXe siècle dans le style néogothique (architectes Jean-Baptiste Bethune et Auguste Van Assche).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Arren, Van Kasteel naar kasteel, Kapellen, 1995, vol. VI, p. 250-253.
  • Joseph de Borchgrave d’Altena (dir.), Châteaux de Belgique, Liège-Bruxelles, 1967, p. 212-213.
  • Cécile Douxchamps-Lefèvre, Châteaux de la Province de Namur, Leurs occupants, 3: Arrondissement de Dinant, Wépion, 2e éd., 2002, p. 149-151.
  • Philippe Farcy, 100 châteaux de Belgique connus et méconnus, II, Bruxelles, 2003, p. 160-161.
  • Charles Galliot, Histoire générale, ecclésiastique et civile de la ville et province de Namur, Liège, t. I, 1788, p. 387 ; t. II, 1788, p. 154 ; t. V, 1790, p. 65.
  • Luc-Francis Genicot (dir.), Le grand livre des Châteaux de Belgique, Châteaux forts et Châteaux-fermes, Bruxelles, 1975, p. 234-236.
  • Luc-Francis Genicot et al., Donjons médiévaux de Wallonie, 4: Namur, Namur, 2003.
  • Jean Germain & Louis Genette, Spontin d’eau et de pierre, 2 vol., Louvain-la-Neuve, 2004.
  • Jean Germain, Le patrimoine de l’entité d’Yvoir, entre Meuse et Bocq, Carnets du Patrimoine, 88, Namur, 2011, p. 21-23.
  • Jean-Louis Javaux, « La «maison» de Pierre de Spontin au XIIIe siècle : Analyse archéologique », Bulletin de la Commission royale des Monuments et des Sites, Commission royale des Monuments et des Sites, t. 10,‎ , p. 20-44 (lire en ligne)
  • Joseph de Ghellink d'Elseghem, « Spontin » dans La Maison d’Hier et d’Aujourd’hui, 9, mars 1971, p. 64-65.
  • Joseph de Ghellink d'Elseghem, Châteaux de Belgique à visiter, Bruxelles, 1974, p. 132-134.
  • Le Patrimoine monumental de la Belgique, vol. 22, tome 3, Province de Namur, arrondissement de Dinant, Sprimont, 1996, p. 1184-1188.
  • Lily Portugaels & Charles Mahaux, Vies de châteaux en pays de Meuse, Liège, 1997, p. 105.
  • Pierre Lambert de Saumery, Les Délices du Pays de Liège, t. 4, Liège, 1744, p. 431-432.
  • Ch. de Tyberchamps, Notice descriptive et historique des principaux châteaux, grottes et mausolées de la Belgique, Bruxelles, 1821, p. 126.
  • Marie-Caroline d'Ursel, Cinquante châteaux évoquent l’histoire de Belgique, Bruxelles, 1972, p. 130-132.
  • Philippe Vander Maelen, Dictionnaire géographique de la province de Namur, Bruxelles, 1832, p. 275.
  • Julien Van Remoortere, Guide Ippa des Châteaux, Tielt-Anvers, 1988, p. 322-325.
  • Albert de Visscher (dir.), Les plus beaux Châteaux de Belgique, Bruxelles, 1984, p. 94-96.
  • Alphonse Wauters, Les délices de la Belgique, ou description historique, pittoresque et monumentale de ce royaume, Bruxelles, 1844, p. 374.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]