Château de Scey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Scey
Image illustrative de l’article Château de Scey
La tour Saint-Denis du château de Scey.
Type Château
Début construction XIe siècle
Fin construction XVIe siècle
Destination initiale Château
Propriétaire actuel Propriété privée
Protection Logo des sites naturels français Site classé (1934)
Logo monument historique Classé MH (1987)
Coordonnées 47° 05′ 44″ nord, 6° 05′ 00″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Commune Chassagne-Saint-Denis, Cléron

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Franche-Comté)
Château de Scey

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Scey

Le château de Scey (ou château Saint-Denis ou castel Saint-Denis) est un château protégé des monuments historiques, situé sur les communes de Chassagne-Saint-Denis et de Cléron dans le département français du Doubs.

Localisation[modifier | modifier le code]

Vue panoramique sur le château

Le château est situé sur un éperon rocheux à mi-chemin entre Besançon et Pontarlier sur la commune de Chassagne-Saint-Denis. Il culmine à une altitude située entre 478 et 496 mètres[rch 1], domine la vallée de la Loue de plus de 150 mètres[1] et surplombe le village de Scey-en-Varais à l'ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gravure de 1840 représentant les ruines du château de Scey

Une occupation du site du château est attestée dès le Xe siècle, bien que divers tessons retrouvés sur le site montrent une occupation fixe ou temporaire bien avant cette époque[rch 2],[rch 3]. Le château est mentionné une première fois en 1083[rch 2],[2]. Une première tour, dite tour Saint-Denis, encore debout de nos jours, est érigée en 1166 par Pierre de Scey, nommé gardien du comté de Bourgogne par l'empereur Frédéric Ier[2],[rch 4]. Une deuxième tour dite tour Montsoufflot, aujourd'hui disparue, est construite à l'extrémité de l'éperon rocheux après 1179[2],[rch 5].

Le château et le bourg sont une première fois mis à sac par les troupes de Louis XI en 1479 ou 1480[rch 2],[2]. L'empereur germanique Maximilien autorise la refortification du château en 1494 et en 1550, Nicolas Perrenot de Granvelle rachète le site afin de la reconstruire entre 1565 et 1576[rch 2],[2]. En 1674, le château est définitivement détruit[2].

Par arrêté du 16 mars 1934, le site contenant les ruines du château est classé[1] et le 6 avril 1987, les ruines du château, l'avant-cour et le sous-sol correspondant à la totalité de l'ensemble des ruines de ce château sont classés au titre des monuments historiques[3].

Architecture[modifier | modifier le code]

Vue générale du château.

Le château peut être décomposé en plusieurs parties distinctes : la basse-cour, l'avant château et le logis sur la pointe de l'éperon.

La basse cour[modifier | modifier le code]

L'ensemble des constructions semble dater des XVIe et XVIIe siècles et forme un trapèze dont les côtés sont de 78 mètres et 22 mètres pour une longueur de 110 mètres[rch 6]. Cet espace contenait des dépendances (forge, citerne, écuries) et quelques maisons d'habitation[rch 6],[2].

La citerne était alimentée par des canalisations récupérant l'eau de pluie[rch 7].

La sommellerie était l'endroit où étaient stockés les vins d'origine locale (vallée de la Loue) : Pulsart, Arbois, Noirin, Gamay, Savagnin, Lausannois[rch 4].

L'avant château[modifier | modifier le code]

Séparé de la basse cour par un fossé, cette partie rectangulaire de 42 mètres sur 16 mètres, organisé autour d'une cour centrale, regroupait une partie des logis et la chapelle et date semble dater principalement du XVIe siècle[rch 6].

Aux alentours de 1480, une chapelle est érigée à l'intérieur du château. L'édifice ne sera achevé qu'entre 1565 et 1576[2]. Elle est accolée à la tour Saint-Denis et possédait à l'étage le logis du prêtre attachée à la chapelle[rch 4]. Elle possédait également une liaison avec la sommellerie.

La tour Saint Denis, construite par Pierre de Scey à partir de 1166, doit son nom à la chapelle qui lui a été adjointe au XVIe siècle. De cette tour, il ne reste que deux pans de murs, mais qui donne une idée de ce qu'était le style médiéval comtois. Elle fut réaménagée par Richard Maire au XVIe siècle.

Le logis[modifier | modifier le code]

Sur la pointe de l'éperon, entre les deux tours Saint-Denis et Monsoufflot, s'articule sur une aire quasi rectangulaire de 60 mètres de long sur 14 mètres de largeur la partie résidentielle du château: aux constructions des XIIe et XIIIe siècles sont venus se greffer des constructions plus récentes du XVIe siècle[rch 6]. Cette partie du château regroupait les lieux de vie à savoir la grande salle (salle d'arme), cuisines et chambres.

La salle d'armes ou grande salle, elle était destinée aux réceptions, aux fêtes et servait de « vitrine » montrant le prestige de la famille aux hôtes. En regard de cette salle se trouvaient les cuisines surmontées des chambres dites « neuves ». Le Pallas (vieux corps de Logis), dont les origines remontent au XIIIe siècle était le lieu de résidence du seigneur et de sa famille. Rénové par Maire, le Treulle constitue une partie des logis, et était accolé à la tour Montsoufflot qui s'élevait à l'extrême pointe de l'éperon rocheux[rch 8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

références[modifier | modifier le code]

  • Stéphane GUYOT et Mathieu CARLIER, CHATEAU de SCEY dit CASTEL SAINT-DENIS (Site n°!25 129 005 AH) : Etudes archéologiques préalables aux travaux de consolidation, Unité Mixte de Recherche 7044 de l’Université Marc Bloch de Strasbourg, , 100 p. (lire en ligne)
  1. p.13
  2. a, b, c et d p.6
  3. p.88
  4. a, b et c p.9
  5. p.11
  6. a, b, c et d p.15
  7. p.8
  8. p.10
  • Autres références
  1. a et b Le castel Saint Denis sur le site de la DREAL Franche-Comté
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Fiche de l'inventaire général: « Château fort dit Château de Scey ou Château Saint-Denis », notice no IA25000177, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Château de Scey », notice no PA00101623, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]