Château de Saint-Pierre-des-Clars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 7 mai 2013 à 08:45 et modifiée en dernier par Gzen92 (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Saint-Pierre-des-Clars
Image illustrative de l’article Château de Saint-Pierre-des-Clars
Château de Saint-Pierre-de-Clars
Nom local le castellas
Période ou style Médiéval
Type Enceinte fortifiée
Début construction Xe siècle
Destination initiale Poste d'observation, refuge
Destination actuelle Ruine
Coordonnées 43° 10′ 09″ nord, 2° 55′ 28″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Commune Montredon-des-Corbières
Géolocalisation sur la carte : Aude
(Voir situation sur carte : Aude)
Château de Saint-Pierre-des-Clars
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Saint-Pierre-des-Clars

Le château de Saint-Pierre-de-Clars est un édifice médiéval situé sur la commune de Montredon-des-Corbières, dans le département de l'Aude. Sa localisation et son organisation d'enceinte polygonale vide de tout bâtiment hormis une tour d'observation le cantonne à un simple rôle de surveillance et de refuge pour les troupeaux.

Localisation

Environ immédiat du château.

L'édifice est situé au sommet d'une colline, entre 80 et 92 mètres de hauteur, à proximité de la départementale 613.

Histoire

La première mention d'une chapelle remonte à 978, le château aurait lui été construit vers le Xe siècle. Il est alors la propriété du comte de Narbonne. Les XIIe siècle et XIIIe siècle voient la construction de la tour d'observation. En 1475, la seigneurie dont dépend la forteresse est intégré au domaine royal et en 1477, le roi Louis XII en fait don à son médecin Claude de Moulin qui la possède jusqu'en 1493.

En 1565, dans le cadre des Guerres de religion, la forteresse est démantelée à la demande de la ville de Narbonne qui craint pour sa sécurité.

Architecture

L'édifice est constitué d'une enceinte polygonale, presque circulaire, difficile à dater. Celle-ci intègre par endroit un parement en opus spicatum. Plusieurs ouvertures, semblables à des archères, sont visibles en partie haute.

La tour, à la construction plus soignée, est bâtie sur un plan carré. Les parties subsistantes sont quasiment dépourvues d'ouvertures. Elle est constituée d'un rez-de-chaussée d'où il est possible d’apercevoir le départ de d'une voûte en plein cintre qui le couvrait. Le rez-de-chaussée communique avec le premier étage par une ouverture dans la voûte. Le premier étage, également voûté, s'ouvrait vers l'est par une porte.

Sources

Notes et références

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps

Bibliographie

  • Jean-Marie Pérouse de Montclos (s.d.), Languedoc-Roussillon, le guide du patrimoine, Paris, Hachette, (ISBN 2-01-242333-7)
  • Centre d'archéologie médiéval du Languedoc & Comité départemental du Patrimoine culturel audois, Châteaux médiévaux de l'Aude, 1986