Château de Richemont (Villette-sur-Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Richemont
Image illustrative de l’article Château de Richemont (Villette-sur-Ain)
Portail d'accès au château.
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction Fin du XIIIe siècle
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Personne privée
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1927)[1]
Coordonnées 46° 00′ 34″ nord, 5° 16′ 18″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bresse
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Commune Villette-sur-Ain
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Richemont
Géolocalisation sur la carte : Ain
(Voir situation sur carte : Ain)
Château de Richemont

Le château de Richemont est un ancien château fort de la fin du XIIIe siècle, centre de la seigneurie de Richemont, qui se dresse sur la commune de Villette-sur-Ain dans le département de l'Ain et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Richemont est situé dans le département français de l'Ain sur la commune de Villette-sur-Ain.

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie en toute justice est à l'origine la possession des seigneurs de la Palud. Girard de la Palud, chevalier, fait bâtir le château vers la fin du XIIIe siècle. Ce Girard fut le père de Pierre de la Palud, patriarche de Jérusalem. Sibille, fille de Jean de la Palud et petite-fille de Girard, porte Richemont en dot, d'abord à Jean, seigneur de Chandieu, en Dauphiné, puis, vers 1370, à Henri de Varax, son second mari. En 1477, Richemont retourne de la famille de Varax en celle de la Palud, par le mariage de Gilberte, comtesse de Varax, avec Hugues de la Palud, seigneur de Châtillon et de Saint-Maurice. Jean-Philibert de la Palud, son fils, mort sans enfant, en 1527, le transmet à Jean de la Palud, seigneur de Jarnosse, son cousin. Celui-ci ne laisse que des filles, dont hérita Claudine de Rie, leur mère, qui, fait ériger Varambon en marquisat, en 1576, y annexe la seigneurie de Richemont, qu'elle donne, quelques années après, avec toutes les autres terres de la maison de la Palud, à Marc de Rie, son neveu.

En 1595, le château est fort endommagé par les troupes de Biron, qui avaient ruiné et dépeuplé le village. En 1603, « il n'y restoit qu'une douzaine d'habitants misérables ».

En 1604, Richemont est engagé en partie, pour quelques années, à Edme Malain, baron de Lux. Il reste dans la famille de Rie jusqu'à Ferdinand, fils de François de Rie et petit-fils de Marc, qui le vend en titre de baronnie, le , à Pierre Perrachon de Lyon, dont les descendants l'aliénèrent, le , à Jean-François Balland d'Augustebourg, écuyer. Il était dans cette dernière famille en 1789.

C'est dans le château que naquit, le , Louis-Gabriel Michaud, mort membre de l'Institut en 1858. Son frère Joseph, l'auteur du Printemps d'un Proscrit et de l'Histoire des Croisades, y fut élevé.

Description[modifier | modifier le code]

Le château de Richemont fut restauré par les soins de Mme de Belvey.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château de Richemont », notice no PA00116596, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg, Gromier Ainé, , 518 p. (BNF 30556006, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]