Château de Rambures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Rambures
Image illustrative de l'article Château de Rambures
Le château vu du ciel.
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction avant 1421
Fin construction environ 1470
Propriétaire initial Jacques de Rambures
Propriétaire actuel Charles-Henri Le Tellier de Blanchard de La Roche-Fontenilles
Protection Logo monument historique Classé MH (1927)
 Inscrit MH (2003)[1]
Jardin remarquable
Site web Château fort de Rambures
Coordonnées 49° 56′ 40″ N 1° 42′ 27″ E / 49.9444, 1.707449° 56′ 40″ Nord 1° 42′ 27″ Est / 49.9444, 1.7074[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Picardie
Région Picardie
Département Somme
Commune Rambures

Géolocalisation sur la carte : Picardie

(Voir situation sur carte : Picardie)
Château de Rambures

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Rambures

Le château de Rambures est un ancien château fort du XVe siècle, démantelé au XVIIe siècle et restauré au XVIIIe siècle, qui se dresse sur la commune de Rambures dans le département de la Somme en région Picardie. C'est un des rares châteaux du Moyen Âge à subsister dans le département. De plan original, c'est aussi un chef-d'œuvre de l'architecture militaire médiévale tardive.

Au titre des monuments historiques ; le château fait l’objet d’un classement par arrêté du 23 février 1927 ; les façades et les toitures des communs, le parc, avec ses allées, le saut-de-loup de l'entrée, avec les grilles et les alignements d'arbres de la route de Oisemont à Rambures, les façades et les toitures de la chapelle dans le parc ; les façades et les toitures du bûcher font l'objet d'une inscription par arrêté du 17 juin 2003[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Rambures est situé dans le département français de la Somme sur la commune de Rambures, au sud d'Abbeville et à quelques kilomètres au nord de la vallée de la Bresle.

On y accède par la départementale 928, l'autoroute A 28 ou A29, ou, en train, par la gare d'Abbeville ou celle de Blangy-sur-Bresle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La terre de Rambures s'est transmise par héritage et par mariage depuis le XIe siècle. La succession des propriétaires s'établit ainsi :

Seigneurs de Rambures[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison de Rambures.
Moyen Age
  • Asson (XIe siècle).
  • David ( - 1103), fils du précédent.
  • Jean (XIIe siècle), fils du précédent ; il épousa Hawise de Bournonville.
  • Robinet, fils des précédents ; il épousa Yolande de Melun.
  • Jean, fils des précédents ; il épousa Adeline.
  • Hugues ( - après 1356), fils des précédents ; il épousa Jeanne de Drucat
  • Jean ( - 1405), fils des précédents, chevalier et seigneur de Rambures ; il épousa en seconde noce Jeanne de Berny. Gouverneur de Guise, gouverneur d'Arras, le roi Charles V l'envoya en Prusse en ambassade auprès des Chevaliers teutoniques.
  • André dit Andrieux ( - 1405), fils des précédents, chevalier, seigneur de Rambures, capitaine de Boulogne et de Gravelines, gouverneur de la Province de Flandre-Occidentale ouest, chambellan du roi Charles VI ; il épousa Jeanne de Bregny ; il mourut à l’assaut du château de Mercq. Il eut au moins trois fils : David qui suit, Philippe et Florent dont est issu la branche cadette protestante.
  • David de Rambures, (1364 - 1415), membre du conseil du roi en 1402, grand maître des Arbalétriers de France en 1411. Il épousa Catherine d’Auxy et commença la construction du château actuel en 1412. Il mourut à la bataille d'Azincourt avec trois de ses fils.
  • André de Rambures, (vers 1395 - 12 août 1449), fils de David de Rambures ; il épousa Péronne de Créquy et participa à la bataille d'Azincourt. En 1429, il commanda une compagnie à Orléans où se trouvait Jeanne d'Arc. Il fut tué au siège de Pont-Audemer.
  • Jacques de Rambures, (vers 1428 - après 1488), fils d'André de Rambures ; il épousa Marie Antoinette de Berghes Saint-Winoch ; il acheva la construction du château en 1470.
  • André ( - après 1512), fils des précédents, conseiller et chambellan du Roi, sénéchal et gouverneur de Ponthieu en 1492, grand-maître des eaux et forêts de Picardie ; il épousa Jeanne de Halluin.
Époque moderne
  • Jean (1500 - après 1558), fils des précédents ; en 1538, il épousa Claude de Bourbon-Vendôme, dame de Ligny.
  • Jean (1543 - 1591), fils des précédents ; en 1538, il épousa en secondes noces Françoise d’Anjou, comtesse de Dammartin.
  • Charles de Rambures (1572 - 1633), fils de Jean de Rambures et de Françoise d'Anjou. En 1589, il remporta la victoire d’Arques ; en 1590, il sauva la vie d’Henri IV qui le combla d’honneurs et le surnomma « le brave Rambures ».

Marquis de Rambures[modifier | modifier le code]

en ligne directe
  • Charles René (vers 1622 - 1671), comte de Courtenay, fils des précédents ; en 1656, il épousa Marie de Bautru.
  • Louis Alexandre (1658 - 1676), fils des précédents ; colonel d'infanterie, il meurt à dix-huit ans sans postérité.
  • Charlotte de Rambures, tante du précédent et sœur de Charles René, hérite du domaine ; elle avait épousé en 1645 François de La Roche, marquis de Fontenilles.
par alliance - famille de La Roche-Fontenilles
  • François ( - 1728), fils des précédents ; en 1683, il épousa Marie Thérèse de Mesmes.
  • Louis Antoine (1696 - 1755), fils des précédents, maréchal des Camps et Armées du Roi ; en 1735, il épousa Élisabeth Marguerite de Saint-Georges de Vérac.
  • Antoine César (1746 - 1764), fils des précédents, officier d'infanterie.
  • Pierre Paul Louis (1755 - 1833), cousin du précédent et arrière-petit-fils de François et de Charlotte, dernier seigneur de Rambures, maréchal de camp en 1791 ; il épousa Marie Claude Alexandrine Morard d’Arces ; il émigra en 1791.

Propriétaires du domaine de Rambures[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine
  • Adélaïde Honoré César (1786 - 1868), fils des précédents ; en 1833, il épousa Charlotte Antoinette Thérèse Le Clerc de Juigné.
  • Léon Alexandre (1835 - 1920), fils des précédents ; en 1859, il épousa Marie-Thérèse de Chevigné.
  • Charles Antoine (1839 - 1930), frère du précédent ; en 1864, il épousa Louise Amour Marie de Bouillé ; ce sont les derniers à porter le titre de marquis et de marquise de Rambures.
  • Guy Le Tellier, comte de Blanchard (1895 - 1969), petit-neveu des précédents ; il hérita du domaine en 1930.
  • Charles Henri Le Tellier de Blanchard de La Roche-Fontenilles, comte de Blanchard, marquis de La Roche-Fontenilles, fils du précédent ; il a épousé Hélène Brosset. Ils ont deux enfants, Guillaume (1973) et Aurélia-Henriane (1976)

Description[modifier | modifier le code]

Le château de Rambures est un témoin de l'architecture militaire de l'époque ; il nous est parvenu pratiquement intacte, car épargné par Louis XIII lors des ordonnances de Richelieu en reconnaissance à Charles de Rambures qui avait sauvé la vie d'Henri IV, en 1590, à la bataille d'Ivry. C'est l'un des premiers châteaux d'Europe bâti quasi-exclusivement en briques[réf. nécessaire].

Le château féodal de plan carré, est entièrement construit en briques et peut être comparé au château de Rumbeke. Chaque angle possède une tour ronde et reliée par une demi-tour à deux autres des tours. Chacune des tours d'angle possède un escalier à vis dans son angle interne. Les huit tours et demi-tours sont à tous les niveaux, de la cave au second étage, aménagées en une seule pièce[1].

Les communs de plan en U figurent déjà sur les plans du XVIIIe siècle. La chapelle néo-gothique qui abrite les tombes de la famille La Roche-Fontenilles date elle de 1826.

Le bûcher à décor de claustra et de lambrequins datant de la fin du XIXe siècle est l'un des rares de France inscrit à l'inventaire des monuments historiques.

Parc et jardins[modifier | modifier le code]

Roseraie
Article détaillé : Parc du château de Rambures.

Labellisé jardin remarquable[3], l'ensemble est aménagé à la fin du XVIIIe siècle puis réaménagé au XXe siècle et constitué d'un parc romantique avec arboretum, d'un jardin botanique et d'une roseraie à l'emplacement de l'ancien potager[1].

Roseraie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christine Debrie, Nicolas Blasset, architecte et sculpteur ordinaire du roi, 1600-1659, Paris, Les Nouvelles Éditions latines, 1985, (p. 275 et suivantes).
  • Borel d'Hauterive, Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, 1869.
  • M. le Chevalier de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux française, Volume 9, Paris, 1823.
  • Philippe Seydoux, Le Château de Rambures, en Picardie, Éditions de La Morande, 1974

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]