Château de Pupetières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Pupetières
Image illustrative de l’article Château de Pupetières
Château de Pupetières en août 2019
Période ou style Néogothique
Type Château de plaisance
Début construction 1860
Propriétaire initial Famille de Virieu
Propriétaire actuel Aymar et Isabelle de Virieu
Protection Logo monument historique Classé MH (1972)[1]
Site web pupetieres.jimdo.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées 45° 27′ 34″ nord, 5° 27′ 17″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Commune Chabons
Géolocalisation sur la carte : Isère
(Voir situation sur carte : Isère)
Château de Pupetières
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Pupetières

Le château de Pupetières est un château du XIXe siècle qui se dresse sur la commune de Chabons, dans le département de l'Isère et la région Auvergne-Rhône-Alpes, en France.

La famille de Virieu est propriétaire du domaine depuis le XIIIe siècle, date de la construction du château primitif, alors simple maison forte. Entre 1861 et 1866, Alphonse de Virieu, fils d’Aymon, décide de confier la reconstruction de Pupetières à deux architectes : Denis Darcy, pour les communs et Eugène Viollet-le-Duc, pour le château dans un style néogothique.

Le domaine de Pupetières est également lié au séjour du poète Alphonse de Lamartine qui y écrivit une de ses œuvres les plus célèbres, d'inspiration romantique et intitulé, Le Vallon, lequel inspirera, à son tour, la comtesse Anna de Noailles.

Le château et ses communs font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du [1]. Propriété privée, le parc et l'édifice sont cependant ouvert aux visites, les horaires d'ouverture et le prix d'entrée étant fixés par le propriétaire[3].

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Pupetières est situé dans la partie septentrionale du département français de l'Isère, sur le territoire de la commune de Chabons, dans le canton du Grand-Lemps.

Dominant la vallée de la Bourbre, mais en léger contrebas du « vallon de Lamartine » et de la Combe Férouillat qui le sépare de l'ancienne chartreuse de la Sylve-Bénite, l'édifice se dresse à moins de trois kilomètres de la petite ville de Virieu[Note 1] qui héberge, elle aussi, aussi un château classé, ainsi qu'à quinze kilomètres de Voiron, ville la plus importante de son secteur géographique (distances calculées à vol d'oiseau)[4].

Accès[modifier | modifier le code]

Environnement du château de Pupetières (situé au centre de la photo)

La sortie d'autoroute la plus proche (A48) est celle qui dessert l'agglomération de Rives. Une bretelle autoroutère permet de rejoindre la RD520 (ancienne RN520) qui traverse Châbons.

Peut avant ce village (depuis la sortie autoroutière), la RD73 croise la RD520 au « carrefour des quatre routes ». Cette voie qui permet de relier la commune des Abrets-en-Dauphiné à celle de Beaurepaire passe en contrebas du domaine du château, peu avant Virieu.

Les gares de Châbons et de Virieu sont les gares ferroviaires les plus proches. Celles-ci permettent de se rendre à Grenoble, Lyon, Voiron et Bourgoin-Jallieu ainsi que des stations intermédiaires, soit de façon directe, soit en utilisant des correspondances[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Blason des Virieu-Pupetières

C'est en 1222 que fut construit par une branche de la famille de Virieu un premier château qui fut le centre de la seigneurie de Châbons. À l'origine ce n'était qu'une maison fortifiée où les Virieu vécurent jusqu'à la Révolution. Durant la période révolutionnaire, le château fut entièrement dévasté puis incendié[6].

À cette époque les biens de la famille furent confisqués et les Virieu durent s'expatrier près de Genève, en Suisse, ou une autre branche de leur famille était implantée.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À son retour en 1805, la comtesse de Virieu ne retrouva que trois tours en ruine de son ancienne maison forte qui avait été pillée et brûlée lors de la Révolution.

Eugène Viollet-le-Duc

Elle décida de racheter ses terres du Grand-Lemps, de Montrevel et de Pupetières et ce fut son petit-fils, Alphonse, qui confie quelques années plus tard (vers 1861), la reconstruction du château à Eugène Viollet-le-Duc[Note 2], [7]. Il sera assisté par l'architecte Denis Darcy[8].

L'architecte redonne vie à ce patrimoine en édifiant un ensemble néogothique.Selon un article paru dans le Dauphiné libéré, plus de 45 modèles de tuiles ont été nécessaires pour la réalisation du toit [9]. À la fin des travaux, c'est un nouveau château qui s'érige au cœur du domaine, en conformité avec l'idée que son auteur a de son travail de « restauration »[10] :

«  Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné  »

Dans ses colonnes consacrées aux nouvelles mondaines, le journal Le Matin, distribué le que « le marquis et la marquise de Virieu née de Noailles viennent de s'installer au château de Pupetières, où ils passeront la semaine... » indiquant ainsi une certaine notoriété pour cette famille et à son château[11].

Description[modifier | modifier le code]

Illumination du château de Pupetières durant le concert du Concert Spirituel dans le cadre du Festival Berlioz en 2017

Voici, ci-dessous, l'extrait d'un texte, écrit de la main même de Stéphanie de Virieu, artiste peintre et sculptrice française, fille du marquis de Virieu, qui décrit le château et son domaine, en 1859 (année précédent sa restauration)[12] :

«  Il (le château) n'était ni beau, ni bien grand. ce qui me plut davantage, ce furent les communs, fort nombreux et pittoresquement agencés avec une vieille tour contre les écuries. Ce qui surtout me ravit, ce furent les eaux. Car de l'eau vivante et claire courait partout [...] L'eau descendait du vallon et débouchait dans la cour en une cascade bouillonnante dont le chant était ininterrompu. L'ensemble s'achevait par un jardin à choux et à laitues qui partait du chemin d'arrivée. Il était si raide qu'il fallait toujours plusieurs chevaux pour hisser une voiture jusque devant le château. »

Dans le Mercure de France, le lecteur peut découvrir une autre description du château, signé par Paul Berret et publiée [13] :

«  Pupetières a été achevé en 1862 par Viollet-le-Duc; il dresse aujourd'hui ses tours moyen-âgeuses à l'embouchure du vallon qu'il cache aux yeux du promeneur; il apparaît d'une architecture trop neuve avec ses pierres roses et blanches et ses tours effilées... »

Les éléments protégés au titre des monuments historiques sont les façades et toitures du château ainsi que des communs. les pièces suivantes avec leur décor : vestibule, escalier avec sa rampe en fer forgé, salle à manger, grand salon avec sa cheminée, bibliothèque y compris les armoires à livres sur deux étages, la chambre d'apparat dite de la duchesse de Noailles avec sa cheminée et la chambre de la reine Esther[14].

Aspect extérieur[modifier | modifier le code]

Le château est un bel exemple de l'architecture de style néogothique du XIXe siècle dans le département de l'Isère. D'une surface de 7 500 m2, différents matériaux de construction furent utilisés pour sa reconstruction intervenue en 1861. Ainsi les murs de pierres, côtoient ceux de briques, de pisé et de galets en pesci. Un avant-corps en saillie, de forme hexagonale, orné d'une balustrade, marque l'entrée.

Les sept tours, coiffées en poivrière, et le corps de logis sont recouverts de tuiles écailles vernissées qui mettent en valeur les multiples décrochements des toitures du château.

Les communs ou dépendances (anciennes écuries et logement des domestiques), également rénovés, sont situés près de l'entrée monumentale où s'effectue également l'accueil des visiteurs.

Aspect intérieur[modifier | modifier le code]

Voute du porche du château

À l’intérieur de la bâtisse, les décors mêlent aussi différents matériaux. Les bois peints du grand salon ou trône une cheminée monumentale dont la sculpture du manteau représente une scène rappelant que la famille de Virieu offrit des terres afin que les chartreux puissent construire leur abbaye de la Sylve Bénite (Le Pin).

Ce même salon possède plusieurs tapisseries originaires de la manufacture royale de Beauvais. La bibliothèque est aussi ornée de bois peints et abrite de nombreux et précieux ouvrages ainsi que des archives que la famille avait cachés avant de se réfugier en Suisse. Ces écrits ont ainsi pu regagner les armoires à livres sur deux étages de la propriété. Brique et marbre sont aussi très présents à l’intérieur du château, tout comme de nombreux faux drapés caractéristiques des restaurations de Viollet-le-Duc[15].

Jardins[modifier | modifier le code]

Le château est entouré par un domaine paysage sobrement aménagé avec une cascade, un grand parc paysager fleuri avec son étang, situé au sud de l'édifice. Ce secteur de la propriété domine la vallée de la Bourbre (dénommé le « Petit Grésivaudan » par l'historien local Félix Crozet[16]), avec au loin la silhouette de l'église Notre Dame de l'Assomption de Châbons qui se détache à l'horizon durant le coucher du soleil[17].

Évocations[modifier | modifier le code]

Alphonse de Lamartine[modifier | modifier le code]

Alphonse de Lamartine

En 1819, l'écrivain et poète français Alphonse de Lamartine, invité sur les lieux (le domaine n'était alors qu'un ensemble de ruines) par le jeune Aymon de Virieu, écrit le poème Le Vallon, publié en 1820 dans son recueil Méditations poétiques, dans lequel il évoque la nature entourant le domaine de Pupetières et la région de la vallée de la Bourbre (« un horizon borné qui suffit à mes yeux »)[18]..

Lamartine évoquera de nouveau ce coin de verdure dans un autre de ses textes[19] :

«  Ce vallon est situé dans les montagnes du Dauphiné, aux environs du Grand-Lemps, il se creuse entre deux collines boisées, et son embouchure est fermée par les ruines d'un vieux manoir qui appartenait à mon ami Aymon de Virieu. Nous allions quelquefois y passer des heures de solitude, à l'ombre des pans de murs abandonnés que mon ami se proposait de relever et d'habiter un jour. Nous y tracions en idée des allées, des pelouses, des étangs, sous les antiques châtaigniers qui se tendaient leurs branches d'une colline à l'autre...  »

C-A Costa de Beauregard[modifier | modifier le code]

Charles-Albert Costa de Beauregard

Le marquis Charles-Albert Costa de Beauregard, écrivain et historien franco-savoyard mais aussi député de Savoie, est l'auteur d'un ouvrage dénommé Le Roman d'un royaliste sous la Révolution. Souvenirs du Comte de Virieu (1892), dans lequel il narre la vie du comte de Virieu et de sa famille dans leur château de Pupetières durant la Révolution française[20].

Anna de Noailles[modifier | modifier le code]

Co-créatrice du prix littéraire « Vie Heureuse » qui deviendra le Prix Femina et membre de l'académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, la poétesse Anna de Noailles viendra rendre visite au château à sa belle-sœur Elisabeth de Noailles qui avait épousé le marquis Wilfrid de Virieu.

Anna de Noailles

Inspirée par son condisciple Alphonse de Lamartine, la comtesse écrira près de 90 ans plus tard, un poème intitulé « Les Eblouissements » paru en 1907 et dont l'extrait ci-dessous fait référence au lieu et à son histoire[21] :

« Dans ce vallon tintant de fraîcheur argentine
J’ai mis mes faibles pas dans vos pas, Lamartine,
Et je vais, le cœur grave et le regard penché,
Sur les chemins étroits où vos pieds ont marché.

Le vallon, entre ses coteaux,
Que parfument de molles menthes,
Comme un vase aux parois charmantes
Contient la liquide douceur
De cent petites sources sœurs.
On entend bruire la course
De ces joyeuses, folles sources ! »

Manifestations[modifier | modifier le code]

Festival Berlioz[modifier | modifier le code]

Concert Spirituel dans le cadre du Festival Berlioz, août 2017

Lors de l'édition 2017 du festival Berlioz, organisé à La Côte-Saint-André en l'honneur du compositeur français, des concerts « décentralisés » et des lectures dans les salons et jardins, est organisé dans le domaine et le château. Le programme (dénommé « le concert spirituel » sous la direction d'Hervé Niquet) présente plusieurs œuvres musicales[22]:

La journée des plantes[modifier | modifier le code]

Les propriétaires du château de Pupetières organisent, chaque année, la « Journée des plantes » qui permet d'accueillir un vaste public venant découvrir un parc accueillant de nombreux exposants de fleurs et de plantes variées, ainsi que des animations, des conférences et des ateliers-exposition. Des visites du château, seront également proposées de façon concomitante avec cet événement.

La 8e édition de la journée s'est déroulé au mois de septembre 2019 avec la présence de 70 exposants[23]. Durant l'édition de 2017, deux films documentaires avaient été projetés à l'occasion de cette 6e journée[24].

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. rattachée à la commune nouvelle de Val-de-Virieu depuis 2019|
  2. Viollet-le-Duc, architecte français, est connu auprès du grand public pour ses restaurations de constructions médiévales et notamment la restauration de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, Cité de Carcassonne et le château de Roquetaillade.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château de Pupetières », notice no PA00117132, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées corrigées à partir de Géoportail et Google Earth.
  3. pupetieres.jimdo.com page "Visite-animation", consulté le 21 août 2019
  4. Site géoportail, page des cartes IGN
  5. « Halte ferroviaire Chabons », sur SNCF TER Rhône-Alpes (consulté le 3 mars 2019)
  6. Site Francebleu.fr, page "Une vie, une passion: Aymar de Virieu et le château de Pupetières, à Châbons", consulté le 15 août 2019
  7. Site de la commune de Châbons, page sur le château de Pupetières, consulté le 14 août 2019
  8. Site elec.enc.sorbonne.fr -École des chartes , page sur Denis Darcy, consulté le 25 août 2019
  9. Site ledauphine.com, article "Le château de Pupetières, un joyau du Dauphiné", consulté le 15 août 2019
  10. Site revue-etudes.com, article "Les raisons délirantes de Viollet-le-Duc", consulté le 15 août 2019
  11. Site gallica.bnf.fr extrait du journal "le Matin" du 10 juillet 1899, consulté le 15 août 2019
  12. Google livre, "Viollet-le-Duc: Villégiature et architecture domestique" de Viviane Delpech, page 76 (ISBN 978-2-7574-1390-6), consulté le 15 août 2019
  13. site gallica/bnf Extrait du Mercure de France : série moderne Tome CCXLV N°843, consulté le 15 août 2019
  14. Site monumentum.fr fiche sur le château de Pupetières à Châbons, consulté le 16 août 2019
  15. Bibliographie : Marion Frison, Isère Magazine no 112, septembre 2010, p. 36.
  16. Félix Crozet, Description topographique, historique et statistique des cantons formant le département de l'Isère, 1870
  17. Site ledauphine.com, article "Chabons : venez prendre le frais au château de Pupetières, consulté le 14 août 2019
  18. Site virieu.fr, page sur Alphonse de lamartine, consulté le 23 décembre 2019.
  19. site du journal le Dauphiné, article "Le château de Pupetières, un joyau du Dauphiné", publié le 2 mars 2019
  20. Site Gallica, Texte du livre "Le Roman d'un royaliste sous la Révolution. Souvenirs du Comte de Virieu", consulté le 4 mars 2019
  21. Louis Fournier, « Anna de Noailles, créatrice du prix Fémina », sur lessor42.fr, (consulté le 25 août 2019)
  22. Site lyon.aujourdhui.fr, page sur la grande fête baroque au château néogothique, consulté le 15 août 2019
  23. Site du château de Pupetières, page sur la 8ème journée des plantes, consulté le 4 mars 2019
  24. Site de l'essor38, page sur la 6ème journée des plantes, consulté le 4 mars 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]