Château de Poyanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Poyanne
Image illustrative de l’article Château de Poyanne
Façade sud du château de Poyanne
Début construction 1624
Propriétaire initial Seigneurs de Poyanne
Propriétaire actuel Conseil général des Landes
Protection Logo monument historique Classé MH (1957)
Coordonnées 43° 45′ 26″ nord, 0° 48′ 53″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Commune Poyanne
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Poyanne
Géolocalisation sur la carte : Landes
(Voir situation sur carte : Landes)
Château de Poyanne

Le château de Poyanne se situe sur la commune du même nom, dans le département français des Landes. Il est classé aux monuments historiques par arrêté du 21 octobre 1957[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Poyanne font construire en 1206 une maison forte à l'emplacement d'un ancien camp romain. Au début du XVIIe siècle, celle-ci est remplacée par le château actuel, plus confortable, conçu par l'architecte Gratien de Lerm[2].

Durant la deuxième guerre mondiale, les archives de l'État belge sont conservées dans le château de Poyanne. La communauté des religieuses bénédictines quitte le château de Poyanne en 1985 et le met en vente. Le Conseil général des Landes en fait l'acquisition au printemps 1988[3].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'édifice comporte cinq pavillons juxtaposés. Le pavillon central est en saillie sur les autres. Il semble remonter à 1624, tout comme celui qui lui est mitoyen vers l'Est. Le pavillon de l'extrémité Est, sans doute construit à l'emplacement de l'ancienne forteresse, doit être antérieur à cette date. Les deux pavillons Ouest semblent postérieurs[2].

La toiture du pavillon central prend la forme d'un dôme, surmonté d'un belvédère. Des bandeaux soulignent les trois étages. La façade nord présente un étage de plus en raison de la déclivité du terrain. Frontons et denticules ornent les fenêtres et les mansardes[2].

À l'intérieur, le premier étage est occupé par l'ancienne salle de réception avec son plafond à caissons dorés et peints et une cheminée monumentale en bois sculpté[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. a b c d et e « Notice de la base Mérimée », notice no PA00084000, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 5 février 2014
  3. « roglo.eu », Maximilienne de Béthune-Sully (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :