Château de Pouzauges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Château de Pouzauges
Image illustrative de l’article Château de Pouzauges
Le château de Pouzauges
Architecte Civile romane
Début construction XIIe siècle
Destination actuelle Ruines
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)
Coordonnées 46° 47′ 07″ nord, 0° 50′ 23″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Commune Pouzauges
Géolocalisation sur la carte : Vendée
(Voir situation sur carte : Vendée)
Château de Pouzauges
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Château de Pouzauges

Le château de Pouzauges est un château situé dans la ville de Pouzauges, en Vendée.

Il fut notamment habité par Catherine de Thouars, épouse de Gilles de Rais, au XVe siècle. Ce dernier n'y a cependant jamais résidé, lui préférant le château de Tiffauges.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, le château de Pouzauges appartient à la famille de Zacharie de Pouzauges qui la transmet à la famille de Chantemerle, puis à la famille de Savary de Mauléon et enfin aux vicomtes de Thouars qui administrent presque toute la Vendée ; ils donneront le château à un cadet qui possédera également Tiffauges.

Catherine de Thouars apporte le château de Pouzauges à l'apanage de Gilles de Rais grâce à leur mariage. Elle vient y résider après la mort de son époux. Sous l'égide de Catherine, le donjon subit de nombreux aménagements pour le rendre propice à l'habitation. Un nouvel étage est rajouté ainsi qu'un escalier à vis le reliant à tous les autres. Plusieurs fenêtres sont percées en remplacement des anciennes meurtrières afin de faire pénétrer la lumière à l'intérieur.

Le château est vendu en 1634 au seigneur de La Pélissonnière au Boupère. Ses héritiers le conservent jusqu'au milieu du XXe siècle.

Durant les Guerres de Vendée (1793-1794), les hommes d'une « colonne infernale » commandés par le général Lachenay fusillent 32 Pouzaugeais qui s'étaient réfugiés dans l'enceinte du vieux château. Cet acte est commis le à l'issue d'un banquet offert par ce républicain au général Grignon. Le même jour, les villages alentour sont incendiés et une partie des habitants massacrés.

Le château est classé au titre des monuments historiques par la liste de 1862[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Une tour du château.

Les ruines du château de Pouzauges sont dominées par son majestueux donjon dans un premier temps estimé du XIIe siècle. Mais des fouilles archéologiques menées entre 2017 et 2019, en vue d'une restauration des façades, et dirigées par Teddy Béthus, archéologue médiéviste, ont démontré grâce à une datation au Carbone 14 qu'il daterait du XIe siècle[2].

Le donjon, de plus de 25 m de haut, est l'une des 12 tours qui composaient la courtine, offrant ainsi aux visiteurs un exemple de l'architecture civile romane[3]. Il s'agit d'un donjon assez commun dans le Bas-Poitou, de style Niortais, c'est-à-dire une grosse tour quadrangulaire renforcée aux angles et au milieu de chaque façade[3].

Une partie de l'enceinte.

Ce donjon faisait partie d'une enceinte ovoïde comprenant douze tours reliées entre elles par des courtines, et près du donjon l'entrée était renforcée par un châtelet d'entrée [4] ou une barbacane. Des écuries étaient adossés aux remparts, une petite église aujourd'hui disparue se trouvait près de l'entrée.

Une autre enceinte plus vaste entourait le château actuel, et formait peut être des remparts urbains fortifiant un gros bourg[4]. Elle suivait les rues actuelles des Remparts, du Bournigal, du Bourg Bélard, de la Ragoille et Fortuné Parenteau.

Une troisième enceinte existait, c'était une chemise du donjon. C'était une muraille qui limitait la progression de soldats sapeurs qui auraient eu envie de creuser sous les fondations du donjon pour ouvrir une brèche[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00110201, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Pouzauges. Le donjon du vieux château a 1000 ans. », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Gilles Bresson, Châteaux forts de Vendée : guide d'histoire et de visite, Saint-Sébastien-sur-Loire, Editions d'Orbestier, , 111 p. (ISBN 978-2-84238-152-3), p.68
  4. a b et c Gilles Bresson, Châteaux forts de Vendée : guide d'histoire et de visite, Saint-Sébastien-sur-Loire, Editions d'Orbestier, , 111 p. (ISBN 978-2-84238-152-3), p.69

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]