Château de Pourtalès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Pourtalès
Image illustrative de l’article Château de Pourtalès
Château de Pourtalès
Période ou style Classique
Type Château
Début construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Joseph Guérault
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Famille Leibrecht
Destination actuelle Hôtel
Schiller International University
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1984, portail d'entrée, façades, toitures, mur séparatif avec grille, vestibule d'entrée, escalier, grand salon avec décor, salon rouge avec décor, salon bleu avec décor, salle à manger des adultes avec décor)
Coordonnées 48° 36′ 30″ nord, 7° 48′ 00″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Basse-Alsace
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription administrative Bas-Rhin
Commune Strasbourg
Géolocalisation sur la carte : Strasbourg
(Voir situation sur carte : Strasbourg)
Château de Pourtalès
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
(Voir situation sur carte : Bas-Rhin)
Château de Pourtalès
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Pourtalès

Le château de Pourtalès (en alsacien : 's Renouards Guet) s'élève dans le parc du même nom, au nord-est de la Robertsau, l'ancien faubourg maraîcher de la ville de Strasbourg.

Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Son premier propriétaire fut Joseph Guérault, entrepreneur des ouvrages du Roi et chargé notamment de construire les fortifications de Strasbourg au XVIIIe siècle.

En 1784, le baron de Coehorn en fait sa résidence principale. En 1802, le banquier et homme politique Athanase Paul Renouard de Bussierre (1776-1846) l'acquiert. En 1844 son fils Alfred Renouard de Bussière (1804-1887) y effectue une série de transformations.

Le château échoit à sa fille Mélanie de Pourtalès (1836-1914), épouse du banquier Edmond de Pourtalès-Gorgier. Mélanie de Pourtalès reçoit beaucoup dans le château qu'elle fait très profondément transformer, de 1887 à 1902, par l'architecte Breffendille : réorganisation totale des intérieurs, adjonction d'un nouveau corps de bâtiment de style Louis XV accolé à l'aile droite du château, création de vastes dépendances. En 1897 elle fait aménager un deuxième étage mansardé au château. En 1907, une tourelle est créée par les architectes Berninger et Krafft pour y loger notamment une vaste bibliothèque. Elle fait du lieu une plaque tournante de la diplomatie européenne, en y recevant de nombreuses personnalités (Napoléon III, le Prince de Metternich...) et un cercle de culture française, durant l'annexion (consécutive au traité de Francfort) allemande, après la guerre franco-allemande de 1870.

Le parc à l'anglaise est le théâtre de plusieurs représentations dont celle des Folies amoureuses de Jean-François Regnard en 1911. Au château de Pourtalès se retrouvent des noms illustres venus de toute l'Europe : le roi Louis II de Bavière, l'empereur Guillaume II, le roi et la reine de Belgique, le prince de Galles, le prince Napoléon, le prince Klemens von Metternich, Franz Liszt, Albert Schweitzer ou Léon Bakst.

À la mort de la comtesse Mélanie, c'est sa fille cadette Agnès, marquise de Loÿs-Chandieu qui hérite du château et y accueille de grandes personnalités littéraires et politiques (Joseph Joffre, Lyautey, Réjane, Anna de Noailles, Louis de Broglie, François Mauriac, André Maurois...). En 1929 le château échoit à sa fille cadette, Mme Maurice Bérard, qui le fermera définitivement en 1939.

Après la guerre, le château a abrité le Collège de l'Europe libre fondé en 1951 par la CIA américaine pour former des cadres à la reconquête des pays de l'Est[3]. Plus tard à l'abandon, il a été racheté en 1972 par le Dr Walter Leibrecht qui l'a rénové et en a fait un des campus de la Schiller International University[4], tandis que le parc, racheté par la Ville de Strasbourg, est depuis ouvert au public.

En juillet 2001, lors d'un spectacle donné en plein air dans le parc du château, la chute d'un platane provoque la mort accidentelle de 13 spectateurs[5].

Un hôtel occupe les anciennes écuries du château[6].

Parc de Pourtalès[modifier | modifier le code]

Le château est situé dans un parc du même nom de 24 hectares, parc comprenant en outre un pont de jardin, une maison, une ferme, une clôture de jardin, une serre, une conciergerie, un pigeonnier, une fontaine, une allée, un portail, une passerelle et deux anciens étangs[7].

Dépendance[modifier | modifier le code]

La ferme Bussierre était une dépendance du château. Elle abrite aujourd'hui les services des espaces verts de la ville de Strasbourg, ainsi que le Centre d'initiation à la nature et à l'environnement de Bussierre[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. Notice no PA00085018, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Antoine Marès, Pierre Milza, Le Paris des étrangers depuis 1945, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 139. Voir aussi page 159 de Włodzimierz Bolecki, « Kultura (1946-2000) » dans Exile and Return of Writers from East-Central Europe : A Compendium, edited by John Neubauer and Borbála Zsuzsanna Török, Berlin, New York (Walter de Gruyter) 2009, pages 144-188, eBook (ISBN 978-3-11-021774-2), print (ISBN 978-3-11-021773-5), DOI : 10.1515/9783110217742.2.144
  4. (en) « The history of Château de Pourtalès », sur chateau-pourtales.eu (consulté le )
  5. « Accident du parc de Pourtalès : la ville de Strasbourg jugée coupable », sur liberation.fr,
  6. « Chambres de l'hôtel », sur chateau-pourtales.eu (consulté le )
  7. Olivier Claudon, « Canal des Français : retour aux sources », sur dna.fr, (consulté le )
  8. « La ferme Bussierre change de locataire », in Dernières nouvelles d'Alsace, 2 mai 2010 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leur lieu : une œuvre de Jean Marie Krauth pour le parc de sculpture contemporaine de Pourtalès, Centre européen d'actions artistiques contemporaines, Strasbourg, 1995, 40 p. (ISBN 2-910036-08-1)
  • Claudine Martz, Le château de Pourtalès : deux siècles d'histoire, Dernières Nouvelles d'Alsace, Strasbourg, 1986, 40 p. (ISBN 2-7165-0098-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :