Château de Pontivy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Pontivy
Image illustrative de l'article Château de Pontivy
Le château de Pontivy
Nom local Château des Rohan
Période ou style Renaissance
Début construction XVe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire initial Famille de Rohan
Destination initiale habitation
Propriétaire actuel Commune de Pontivy
Protection  Inscrit MH (1925)
Logo monument historique Classé MH (1953)
Coordonnées 48° 04′ 13″ nord, 2° 57′ 49″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bretagne
Région Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Pontivy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pontivy

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Château de Pontivy

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Château de Pontivy

Le château de Pontivy (Morbihan), appelé château des Rohan, a été bâti aux XVe et XVIe siècles par la famille de Rohan.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le , alors que les façades, toitures, cours et fossés sont classés depuis le [2]. Propriété de Josselin de Rohan, celui-ci en a fait don pour un euro symbolique à la ville de Pontivy en octobre 2015[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Un ancien château féodal qui appartient à la famille de Porhoët, est attesté au XIIe siècle le long du Blavet, en contrebas du château actuel[4]. Ce « château des Salles » est assiégé en novembre 1342 par les troupes anglaises de Guillaume de Bohain, lieutenant du roi Édouard III, pendant la guerre de Succession. Ruiné probablement par les assauts qu'il a à soutenir, il est abandonné. Après cette guerre de Succession, les vicomtes de Rohan décident de faire de Pontivy le chef-lieu de leur quasi-principauté. En 1456, le site est donné aux Cordeliers qui y édifient leur monastère. Le vicomte Jean II de Rohan (comte de Porhoët, gendre et opposant au duc de Bretagne François II et gouverneur de Bretagne pour Charles VIII), veut y édifier une nouvelle forteresse grâce au régime de la corvée. Unissant aux avantages d'une solide forteresse, ceux d'une résidence agréable pour un grand seigneur cultivé et même raffiné, il construit le château actuel entre 1479 et 1485 sur un nouveau site castral qui englobe probablement celui de Jean Ier de Rohan, son arrière-grand-père : il fait creuser une vaste cuvette sur les flancs d'un coteau contrôlant l'accès principal au bourg, en retrait du Blavet, et qui domine la ville à l'Est[4]. C'est certainement l'architecte Jean Le Roux qui ouvre les fenêtres du haut de la façade principale et celles à meneaux de la façade Nord pour accompagner la Renaissance[5].

En 1488, la forteresse est prise et occupée par les troupes du duc de Bretagne François II. Elle revient aux mains des Rohan en 1490[6].

La réputation huguenote du château est si bien affirmée qu'en 1572, il accueille le synode provincial protestant, la chapelle devenant l'un des premiers temples protestants de France. Le 3 décembre 1589 une armée de la Ligue composée essentiellement de mercenaires espagnols, assiège le château qui capitule. La chapelle retrouve sa destination originelle[7].

Dès 1621, l'angle Sud est occupé par une construction en terrasse, préfigurant les nombreux réaménagements dont fait l'objet la forteresse[5].

Lieu de la "déclaration d'indépendance bretonne" de 1940[modifier | modifier le code]

Les remparts et les douves à demi comblées et transformées en prairies.

Le château est le lieu de la déclaration d'indépendance avortée de la Bretagne lors de la création du Comité national breton par les membres du Parti national breton en juillet 1940.

Le choix de Pontivy n'est pas anodin, car c'est dans cette ville qu'aurait dû se tenir le dernier congrès du Parti National Breton en 1939 que la police avait interdit. Les participants à cette réunion sont peu nombreux (environ 200 dont 80 prisonniers libérés). De nombreux militants sont encore détenus dans les camps, d'autres comme le peintre Paul Durivaut ont trouvé la mort sur les champs de bataille. Quelques jours plus tôt, Olier Mordrel et Fransez Debeauvais, auxquels se sont joint Marcel Guieysse et Célestin Lainé, se réunissent pour former ce CNB, dont Debeauvais est élu président à l'unanimité. Le poste de vice-président échoit à Olier Mordrel, mais ce poste est supprimé par la majorité des membres, à la suite d'une demande de Célestin Lainé qui ne voit pas son utilité. Cette intrigue intérieure expliquera 4 mois plus tard des changements dans l'organisation du parti et l'éviction de Mordrel.

Debauvais, Guieysse et Lainé prennent tour à tour la parole après que Marcel Planiol, le juriste du PNB ait rappelé les titres de gloire de chacun. Mordrel proclame la déclaration de Pontivy, où il est spécifié que « Le Conseil National breton, organe représentatif des Bretons, soucieux du bien collectif et de l'honneur de leur peuple, agirait à l'heure choisie par lui pour doter la Bretagne d'un État national, dans son cadre naturel et dans l'esprit de sa tradition, afin qu'elle pût vivre enfin en nation organisée, libre de ses aspirations et maîtresse de ses intérêts » et que « le statut international de l'État breton, la nature de ses relations avec la France et l'Allemagne seraient définis par des accords, librement discutés dans le cadre des possibilités offertes par les nouvelles conditions générales ». Les objectifs principaux de la future Constitution se trouvent exposés dans le « Programme de Pontivy », que doit reproduire l'Heure bretonne dans son premier numéro du [8].

Le château sert de caserne au Lu Brezhon, embryon de l'armée nationale bretonne créée par le nationaliste breton Célestin Lainé dans la foulée de la création du Comité national breton en 1940[9].

Restaurations[modifier | modifier le code]

Vue des destructions subies par le château à la suite des intempéries de .

De 1955 à 1972, le château est restauré sous la direction de René Lisch, architecte en chef des monuments historiques. L'année 1972 voit l'ouverture du château au public[10].

Le vendredi 7 février 2014, à la suite de précipitations importantes dues à la tempête Petra, une partie de la courtine sud s'effondre[11]. Le château étant fermé pendant l'opération de restauration lancée en juin 2016 et prévue pour une durée minimum de 3 ans, douze nouveaux panneaux d'information sont installés autour[12]. Le nouvel aménagement du château est réalisé en six étapes : opération de mapping vidéo sur la façade ; aménagements de la cour intérieure avec des événements temporaires, de l’espace public d’accueil (avec librairie, espaces de restauration, de rencontre et de détente, toilettes…) ; boucle de visite payante au premier étage avec scénographie permanente et expositions temporaires ; salles réservées pour les visites accompagnées et les micro-événements au rez-de-chaussée et au sous-sol ; ateliers et espaces de projets, au rez-de-chaussée[13].

Ces travaux s'accompagnent d'opérations d'archéologie préventive qui révèlent notamment deux anciens fours dans la cour (le grand four pourrait correspondre à un four à pain tandis que le petit four pourrait avoir été utilisé comme four à pâtisserie)[14].

70 000 touristes visitent chaque année le château[15].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le plan quadrangulaire irrégulier (d'environ 90 mètres sur 75 mètres) du château, flanqué de quatre tours d'angle circulaires reliées par une courtine de 20 mètres de haut, reste traditionnel. L'épaisseur des murs atteint par endroits plus de 5 mètres de large, afin de résister aux progrès de l'artillerie et aux tirs des canons. L'appareil est de schiste jusqu'à hauteur des mâchicoulis bretons sculptés en granite. À l'étage du chemin de ronde crénelé et couvert ont été ajoutées au début du XVIe siècle des lucarnes à frontons aigus. L'accès à la cour intérieure s'effectue par un pont dormant qui a remplacé les deux pont-levis jetés sur les douves jamais mises en eau[16]. La contrescarpe est arasée au début du XXe siècle, la terre ainsi récupérée ayant servi à combler le fossé.

Seuls deux corps de logis subsistent, côtés ouest et nord. L'aile résidentielle au niveau de la façade occidentale est flanquée de deux grosses tours à mâchicoulis, coiffées en poivrière, sur les quatre que comprenait probablement l'enceinte. Ces tours, au lieu de chercher à se protéger de l'échalade par une hauteur impressionnante, préfèrent s'enterrer et s'élargir solidement sur leurs bases (60 mètres de circonférence pour la tour nord et 48 pour la tour ouest). Les deux tours arrière (l'existence originelle de la quatrième tour, au sud-est, est encore l’objet d’interrogations[17]) qui s'effondraient au XVIIIe siècle, ont été relevées en soutènement pour éviter d'autres éboulements[16]. Plusieurs statues de saints (Vierge au croissant, de saint Maurice à cheval, de sainte Catherine, de saint Germain, de sainte Marguerite, de saint Isidore, de Saint Louis et de saint Jean-Baptiste), originaires de la chapelle Saint-Laurent en Moustoir-Remungol[18], sont exposées dans cette galerie.
Outre cette galerie ouest le logis seigneurial au nord est remanié au XVIIIe siècle. Il s'orne de frontons à redents et d'un escalier de style Louis XV à double volée volée et rampe en fer forgé. Une niche sous cet escalier d'honneur abrite la statue de Saint-Mériadec (dont se réclamaient les ducs de Rohan) qui a été réalisée par Daniel Le Vaillant dans le 3e quart du XXe siècle[19]. À l'est, le corps de logis initial a été transformé en terrasse d'artillerie au XVIIIe siècle, puis en jardin d’agrément au XVIIIe siècle. On visite la salle des gardes, les salles du premier étage donnant sur le chemin de ronde, la chambre ducale au beau plafond et la chapelle. Remarquer particulièrement les deux cheminées en pierre polychrome et armoriées, du XVIe siècle, issues du château de Coët-Candec en Locmaria-Grand-Champ qui menaçait ruine en 1960.

Des macles, faisant référence aux pierres longtemps dénommées "macles"[20], abondantes aux Salles de Rohan, sont représentées en motifs décoratifs sur les murs du château de Pontivy, y compris sur les descentes d'eau en granite, faisant référence aux macles du blason de la Maison de Rohan. Au niveau du logis, ces macles sont inscrits dans un collier de Saint-Michel et une lettre A surmontée d'une couronne comtale, symbole de la devise des Rohan « A plus », c'est-à-dire « sans plus », « sans supérieur »[21].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Propriétaires et occupants[modifier | modifier le code]

Le château appartient à la famille de Rohan qui y séjourne irrégulièrement jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Par la suite, « le château est successivement occupé par : la sous-préfecture et la salle d’audience du tribunal civil de Pontivy (1800-1839) ; le général Bernadotte, commandant en chef de l’armée de l’Ouest chargée de lutter contre les chouans, qui y installe son quartier général (mai-juin 1801) ; les sœurs de Kermaria, qui créent une école et un internat pour filles (1841-1884) ; un musée breton fondé par Jérôme Le Brigand (fin du XIXe siècle) ; la garde Saint-Ivy (club sportif de la ville), les scouts de France, quelques familles pontivyennes logées dans la galerie ouest alors sectionnée en plusieurs pièces (1e moitié du XXe siècle avec interruption en 1939-1940) ; pendant la Seconde Guerre mondiale : des troupes polonaises puis des autonomistes bretons (juin-septembre 1940) »[22].

En 1953, Mme de Rohan le loue à la ville de Pontivy par un bail emphytéotique de 99 ans[15] pour un franc symbolique[23] qui en assumait toutes les charges du propriétaire[23]. La ville de Pontivy est alors chargée d’assurer l’entretien, la restauration et la valorisation du château tout juste classé monument historique.

En décembre 2014, au vu du contexte particulier lié à l’effondrement de la courtine et du montant des restaurations supportées par la municipalité allait devoir supporter, le duc Josselin de Rohan accepte de céder son bien[24] à la ville qui en devient le propriétaire le 16 octobre 2015<[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. « Notice no PA00091568 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a et b « La ville devient propriétaire du château », sur pontivy.fr,‎
  4. a et b Michèle Bourret, Le patrimoine des communes du Morbihan, Flohic éditions, , p. 736.
  5. a et b Charles Floquet, Pontivy au cours des siècles, J. Laffitte, , p. 289.
  6. Charles Floquet, Châteaux et manoirs bretons des Rohan, Y. Salmon, , p. 338.
  7. Pierre Miquel, Les châteaux de l'histoire de France, Editions du Rocher, , p. 185.
  8. Joël Cornette, Histoire de la Bretagne et des Bretons: Des Lumières au XXIe siècle, Seuil, , p. 480.
  9. Olier Mordrel, Breiz atao ou histoire et actualité du nationalisme breton, A. Moreau, , p. 284.
  10. Chronologie
  11. http://www.letelegramme.fr/morbihan/pontivy/pontivy-chateau-des-rohan-une-partie-de-la-courtine-sud-s-effondre-07-02-2014-10025945.php
  12. Gilles Queffélec, « Pontivy. 12 panneaux d'informations au château », sur pontivyjournal.fr,‎ .
  13. Eric le Dorze, « La restauration du château des Rohan de Pontivy débutera au printemps 2016 ! », sur pontivyjournal.fr,‎ .
  14. Michel Brendan, « Château des Rohan. Les fouilles révèlent deux anciens fours à pain », sur letelegramme.fr,‎ .
  15. a et b Portrait de Josselin de Rohan
  16. a et b François Enaud, Les châteaux forts en France, H. Veyrier, , p. 82.
  17. Elle forme désormais un bastion.
  18. Le syndicat d'initiative les a achetées en 1929 apparemment pour éviter leur dispersion, la chapelle étant à cette époque fortement dégradée.
  19. Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, 15e-16e siècles, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, , p. 81.
  20. De grands cristaux de chiastolite (andalousite), développés dans les schistes ordoviciens, qui se présentent en prismes de section presque carrée
  21. Louis Chauris, "Minéraux de Bretagne", Les éditions du Piat, 2014, [ (ISBN 978-2-917198-22-3)]
  22. « Les occupants successifs du château », sur pontivy.fr (consulté en janvier 2017).
  23. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Ouest-France.
  24. L’acte de cession est signé le 16 octobre 2015.
  25. La légende familiale raconte que Raymondin, époux de Mélusine, est lui-même de la famille des Rohan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Lisch, « Le château de Pontivy », Les Monuments Historiques de la France, 1973, p. 28 à 34
  • Jean Pscal, Le château de Pontivy, La Minerve, 1972

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]