Château de Pibrac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Pibrac
Image illustrative de l’article Château de Pibrac
Château de Pibrac
Nom local Château de Pibrac
Période ou style Renaissance
Architecte Bachelier
Début construction 1540
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire actuel privé
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1932, Château)
Logo monument historique Classé MH (1947, Portail)[1]
Coordonnées 43° 37′ 09″ nord, 1° 17′ 13″ est
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Comminges
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Commune Pibrac
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Château de Pibrac
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées
(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Château de Pibrac

Le château de Pibrac est situé sur la commune de Pibrac, dans le département de la Haute-Garonne en France

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Pibrac a été reconstruit en 1540 pour remplacer l'ancien manoir défensif par une résidence de plaisance et l'architecte Nicolas Bachelier semble en avoir été chargé.

Aux environs de 1669, Anne Jacquette du Faur de Pibrac épouse Pierre de Montfaucon, baron de Vissec et d'Hierle.

Durant la Révolution, en 1794, les sculptures sont martelées et les tours découronnées. Le château est restauré en 1887.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château de Pibrac, de style Renaissance est construit en brique rouge. Le portail qui date du XVIe siècle présente une voûte à trois cintres. Il est surmonté d'une petite terrasse et flanqué de deux pavillons carrés réunis par un fronton triangulaire et accotés d'un mur couronné par quatre pylônes reposant sur une corniche ouvragée.

Le château lui-même est constitué d'un corps central ancien et d'ailes construites en 1540. L'aile nord est flanquée d'une tour ronde à terrasse et comporte une tourelle d'escalier. Le second étage de l'aile sud comporte une galerie à jour ou mirande. La tour centrale est à pans coupés et les angles intérieurs sur la cour comportent des échauguettes.

Une des pièces, dite le « cabinet des Quatrains », possède des voûtes ornées de sujets mythologiques datant du XVIe siècle, des plafonds à solives apparentes moulurées ou peintes ont été conservés, et la cheminée de briques de la salle basse est ornée d'un grand cartouche Renaissance.

Le château est inscrit aux monuments historiques depuis 1932 et le portail a été classé en 1947.

Le parc du château de Pibrac, ouvert au public, est aussi à voir. Il a été dessiné dans un style très épuré par le paysagiste Eugène Bühler en 1897, avec des terrasses, un bassin et des massifs arborés sur 14 ha. C'est un parc à l'anglaise, un jardin irrégulier inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables[2]. C'est dans le parc que se trouve la porte Henri IV, un arc de triomphe en brique rouge

Château de Pibrac (vue Est)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Du Faur 1882] Anatole Du Faur de Pibrac, « Pibrac : Histoire de l'église, du village et du château », Mémoires de l'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, t. IV,‎ 1882 1er semestre, p. 1-59 (lire en ligne)
  • [Du Faur 1900] Raoul Du Faur de Pibrac, Notice sur le château de Pibrac (1540-1900), Toulouse, Privat, 92 p.
  • [Du Faur 1912] Anatole Du Faur de Pibrac, Histoire de la communauté de Pibrac : L'église - Le château, Toulouse, Imprimerie d'Ecos et Olivier, , 2e éd., 99 p.
  • [Vitry 1929] Paul Vitry, « Le château de Pibrac », dans Congrès archéologique de France. 92e session. Toulouse. 1929, Paris, Société française d'archéologie, , 588 p. (lire en ligne), p. 161-164
  • [Tollon 1996] Bruno Tollon et Louis Peyrusse, « Le château de Pibrac », dans Congrès archéologique de France. 154e session. Monuments en Toulousain et Comminges. 1996, Paris, Société française d'archéologie, , p. 59-66

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]