Château de Murol en Saint Amant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Château de Murol.

Château de Murol en Saint Amant
Image illustrative de l’article Château de Murol en Saint Amant
Façade Sud du château.
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Famille de Murol
Destination initiale maison forte
Propriétaire actuel Famille Giscard d'Estaing
Protection  Inscrit MH (1999, Château et enceinte)
Site web http://www.murolensaintamant.fr
Coordonnées 45° 40′ 04″ nord, 3° 06′ 31″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Localité Saint-Amant-Tallende

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Château de Murol en Saint Amant

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Murol en Saint Amant

Le château de Murol en Saint Amant est un château fort situé dans le département du Puy-de-Dôme, à 15 kilomètres de Clermont-Ferrand, en contrebas du village de Saint-Amant-Tallende. Appelé souvent château de La Tour Fondue, il ne doit pas être confondu avec l'ancien château de Saint-Amant[2], situé plus haut, qui date du XVe siècle et a hébergé la Reine Margot.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la forteresse de Murol en Saint Amant apparait dans les archives au cours du XIIIe siècle.

La maison forte de Murol entre dans la famille de Murol en 1347 avec le mariage de Randonne de Panhac et d’Amblard de Murol.

En 1629, la maison forte est achetée par Annet Bouchard qui la restaure et l’embellit.

Son arrière arrière-petite-fille, Gabrielle Bouchard, dame de Murol, épouse en 1735 son voisin, Claude de Cousin, seigneur de La Tour Fondue : le château passe alors dans les mains des Cousin de La Tour Fondue.

Sous la conduite d’un élève de Viollet Le Duc, l’architecte Louis-Clémentin Bruyère, Anatole de la Tour Fondue, arrière-petit-fils de Claude de Cousin, opère à partir de 1875 une transformation radicale de la « maison forte » de Murol en château de style néo-médiéval[2]. Ruiné par ses travaux, Anatole de la Tour Fondue s’exile au Canada en 1908, où il meurt.

En 1921, ses filles cèdent le château « en état d’abandon » à leurs cousins René et Edmond Giscard, descendants des comtes de La Tour Fondue. La famille Giscard d’Estaing en est toujours propriétaire.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château se dresse au-dessus de la Monne, au sud du village.

La maison forte de Murol au XIIIe siècle est composée de trois corps de bâtiments entourant une cour intérieure: au Nord, l’ancienne église fortifiée romane ferme la cour, à l’Est, un corps de logis flanqué aux angles extérieurs de tours couvertes en poivrières, au Sud, un corps de logis à échauguette.  En 1450, la façade Sud est percée de quatre fenêtres visibles sur le dessin de Guillaume Revel[3] et s’appuie sur un contrefort, la façade Est est percée de deux. Il est probable que l’entrée du château se faisait par la façade Nord, à côté de l’église, en franchissant un fossé (cf. les arcades représentées par Revel).

La profonde restauration du XIXe s’est traduite par la construction d’un toit pointu qui ferme le chemin de ronde, la surélévation d’un étage, l’ajout de tourelles et échauguettes, l’élargissement du corps de logis Est par une galerie de pierre sur trois niveaux qui ouvre sur la cour intérieure, le percement de plusieurs fenêtres sur les corps de logis Est et Sud, l’ouverture du château à l’Est (portail sur la cour d’entrée, porte en chêne, pont de pierre bordé de bancs, sur de petites douves) et une décoration abondante de gargouilles, chapiteaux, sculptures sur les façades du château.

Dans la cour intérieure, la passerelle supérieure qui liait l’église à la maison forte a été bordée d’un double mur, à ouvertures en ogives, ornée de blasons et de têtes de lion et soutenue par une arche de pierre crénelée. Les voûtes sous les corps de logis Sud et Est ont été restaurées et prolongées. La chapelle du château d’époque romane, dont il ne subsiste que le chœur, tenait lieu d’église paroissiale jusqu’au XIXe siècle. Un large fossé a été creusé autour pour la dégager.  Une fausse grotte y a été aménagée dans le goût romantique de la fin du XIXe siècle.

Lors de travaux décidés pour mettre au propre mur et sols de la chapelle ainsi que les appartements du chapelain des traces de fresques ont été découvertes. Les travaux de restauration des peintures se sont déroulés de à et ont été réalisés par Yves Morvan sous la conduite d’Antoine Armynot du Châtelet, architecte des bâtiments de France. 5 couches de décor du XVIIIe siècle, XVe siècle, XIVe siècle et XIIe siècles sont visibles.

Le château de Murol est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1999 pour la chapelle romane (fresques), plusieurs pièces - galerie des chevaliers (vitraux), salle à manger (chapiteaux), grand salon (voûtes reposant sur culot de pierres sculptées, chimères, têtes humaines), bibliothèque décorée d’un papier peint panoramique retraçant l’histoire de «Roland furieux» (Arioste), chambre gothique (sculptures des vertus cardinales), chambre style troubadour (sculptures d’animaux chimériques) - et pour l’enceinte extérieure (jardins en terrasse reliés au château par une passerelle)[4].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Fontainas - Notice sur Saint Amant, 1866
  • Gabriel Fournier - Châteaux villages et villes d’Auvergne au XVe siècle d’après l’Armorial de Guillaume de Revel. Droz (Genève), 1973. Bibliothèque de la Société française d’archéologie (notice BnF no FRBNF35352199)
  • Gabriel Fournier - Les villages fortifiés et leur évolution, Contribution à l'histoire du village en Auvergne et sur ses marges, 2012
  • Pierre Charbonnier - Guillaume de Murol, un petit seigneur auvergnat au début du XVe siècle, 1973. Institut d’études du Massif Central (notice BnF no FRBNF34562432), fascicule XI
  • Alain Mourgue - Margot, Reine d'Usson, 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps
  2. a et b Benoît Dufournier, Auvergne, Velay, guide bleu
  3. dans son Armorial établi au milieu du XVe siècle
  4. « Château de Murol ou de la Tour Fondue », notice no PA00092338, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]