Château de Monzón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Monzon
image illustrative de l’article Château de Monzón
Période ou style Moyen Âge
Type Forteresse
Propriétaire initial Ordre du Temple (1143-1312)
Protection Monument National
Coordonnées 41° 54′ 33″ nord, 0° 11′ 30″ est
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Aragon
Province Province de Huesca
Localité Monzón

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Château de Monzon

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Château de Monzon

Le château de Monzón est une ancienne forteresse templière du royaume d'Aragon, située sur l'actuelle commune de Monzón (Huesca, Aragon) en Espagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Bâti durant le Xe siècle par la dynastie des Houdides il sera pris en 1089 par Sancho Ramirez. À sa mort en 1134, Alphonse Ier, roi d'Aragon, sans héritier, donne la totalité de son royaume aux ordres militaires du Saint-Sépulcre, de l'Hôpital et du Temple. Cet acte contesté ne fut jamais mis en œuvre. Après neuf années de négociation avec la papauté et la noblesse aragonaise, un accord fut conclu en 1143. L'ordre du Temple reçoit alors plusieurs forteresses avec avantages fiscaux et fonciers, dont le château de Monzón.

En mars 1150, une bulle du pape Eugène III confirme ces dons. Monzon devient le siège de l'ordre en Aragon et le centre d'un territoire de vingt-neuf villages chrétiens dotés d'églises[1].

Les templiers de Monzón pratiquaient l'élevage. L'ordre possédait d'importants troupeaux totalisant environ mille bêtes.

En 1303, le roi d'Aragon confie la garde des joyaux de la couronne aux templiers de Monzón. À la suite de l'arrestation des Templiers en France, en octobre 1307, les templiers espagnols sont eux aussi poursuivis par les gardes du roi d'Aragon. Les templiers de Monzón se réfugient dans leur forteresse qu'ils parviennent à garder jusqu'en mai 1309. Ils sont à leur tour arrêtés.

Conservation[modifier | modifier le code]

Le château de Monzon, partiellement restauré, est classé comme Monument National.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Demurger, Vie et mort de l'ordre du Temple : 1118-1314, Seuil, , 429 p. (présentation en ligne), p. 192

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Demurger, Les Templiers, une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », (1re éd. 2005), 664 p., poche (ISBN 978-2-7578-1122-1)
  • Joan Fuget Sans (dir.), La commanderie, institution des ordres militaires dans l’Occident médiéval, Édition du Comité des travaux historiques et scientifiques, (ISBN 978-273550485-5), « L’architecture militaire des commanderies templières de la couronne d’Aragon, Monzón », p. 187-218
  • (es) Francisco Castillón Cortada, « Los templarios de Monzón (Huesca) : (siglos XII-XIII) », Cuadernos de historia Jerónimo Zurita, nos 39-40,‎ , p. 5-99 (présentation en ligne)
  • (es) Francisco Castillón Cortada, « Los sanjuanistas de Monzón (Huesca) : 1319-1351 », Cuadernos de historia Jerónimo Zurita, nos 47-48,‎ , p. 139-296 (présentation en ligne)