Château de Montreuil-Bellay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Château de Montreuil-Bellay
Image dans Infobox.
Vue aérienne du château, au premier plan l'ancienne chapelle castrale.
Présentation
Type
Styles
Construction
XIIe siècle-XVIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Usage
Patrimonialité
Site web
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le château de Montreuil-Bellay est une vaste construction médiévale, plusieurs fois remaniée et se dressant au cœur de l'ancienne ville close de Montreuil-Bellay dans le département de Maine-et-Loire.

Historique[modifier | modifier le code]

Enceinte, château et collégiale de Montreuil-Bellay.

C'est le duc d'Anjou Foulque Nerra qui fait construire la première citadelle sur un oppidum au XIe siècle. Il en confie la garde à son vassal Giraud Berlay, devenu Giraud Bellay, la cité prenant le nom de Montreuil-Bellay. En 1151, le comte d'Anjou et duc de Normandie, Geoffroy Plantagenêt fait le siège de la place et s'inspirant du livre de Végèce, De Re Militari (traité des stratagèmes), expérimente l'utilisation d'un nouveau projectile incendiaire[1].

L'attachement de la famille Berlay à la couronne de France conduit les rois Philippe Auguste en 1208 et Louis VIII en 1224 à tenir leur cour au château de Montreuil-Bellay[2].

Le château passe ensuite à la famille de la Maison de Melun et à la Maison de Tancarville pendant la guerre de Cent Ans. Cette dernière fait construire les remparts. Puis le château appartient à la Maison d'Harcourt.

Par la suite, il est agrandi avec l'ajout de plusieurs tours et d'une enceinte, 650 mètres de rempart et 13 tours de défense, protègent le château, avec une entrée du bâtiment fortifié, flanquée de tours rondes et massives avec barbacane et pont-levis.

Au cours du XVe siècle, l'époque de la Renaissance permet au château d'être modernisé et aéré, nouveaux bâtiments, nouvelles salles, cuisine nouvelle, salle à manger, grand salon, petit salon, chambre, escalier monumental et construction d'une chapelle castrale, la collégiale Notre-Dame qui sera cédée à la commune au XIXe siècle.


Lors de la Révolution française, le seigneur de Montreuil-Bellay, Jean-Bretagne de La Trémoille, reste fidèle au roi Louis XVI. Son château est réquisitionné et transformé en prison pour femmes royalistes.

Après l'époque révolutionnaire, le château devient par mariage, la propriété de la famille Grandmaison, dont certains de ses membres furent maires de la cité ou sénateur.

Le château de Montreuil-Bellay est ainsi remanié aux XIe, XIIIe, XIVe et XVIIe siècles, et classé au titre des monuments historiques par arrêté du [3]. Les anciennes écuries et greniers du château sont eux inscrits par arrêté du [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Beck, Châteaux forts de Normandie, Rennes, Ouest-France, , 158 p. (ISBN 2-85882-479-7), p. 51.
  2. Historique du château de Montreuil-Bellay.
  3. « Château », notice no PA00109195, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. « Château », notice no PA49000099, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]