Château de Montpinier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Montpinier
Image illustrative de l’article Château de Montpinier
Château de Montpinier
Période ou style Château-fort réaménagé
Début construction 1830
Coordonnées 43° 40′ 53″ nord, 2° 11′ 43″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Occitanie
Région Occitanie
Département Tarn
Commune Montpinier
Géolocalisation sur la carte : Tarn
(Voir situation sur carte : Tarn)
Château de Montpinier
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Montpinier

Le château de Montpinier a été construit en 1830 sur un ancien fort, sur la commune de Montpinier, dans le Tarn.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Montpinier relève historiquement du vicomté de Lautrec. Raymonde de Lautrec, fille de Bertrand Ier de Lautrec et d'une certaine Contours de La Barthe, apporte par son mariage du le château et le fief de Montpinier à Raymond de Brassac [1]. Jusqu'en en 1609, la famille de Brassac va posséder la seigneurie de Montpinier.

Bastion protestant, les catholiques (commandés par Armand de Gontaut, baron de Biron) attaquent le château, en , et le démantèlent partiellement. De nouveau, en 1575, les protestants du vicomte de Paulin occupent le château. Quelque temps après, en 1580, l'armée protestante d'Henri de la tour d'Auvergne récupère le château. En 1587, les catholiques le reprennent, mais l'armée de Gabriel Ier de Montgomery les en chasse. Les deux frères Jean et François de Brassac sont tués tour à tour dans différentes opérations [2],[3],[4].

Claudine, la fille de ce dernier (ou la fille de Guillaume) apporte le château de Montpinier en dot à Alexis de Perrin de religion protestante. En 1621, lors de la révolte d'Henri II de Rohan, sur l'ordre du duc d’Angoulême, une petite garnison commandée par le sieur de Maussan occupe le château. Victoire de Perrin Brassac transmet le château par son mariage du à Benjamin baron de Lacger. Son père, Alexis vicomte de Perrin Brassac, après avoir combattu lors de la guerre d'indépendance des États-Unis, avait été nommé en poste à Verdun où il s'était fixé par son mariage. Après avoir combattu dans l'armée de Condé, il revient en Lorraine puis retourne à Montpinier. Après son décès le , il est enterré dans son église de Mazières. Son nom et son grade se lisent encore sur la dalle funéraire [5].

Le petit-fils d'Alexis, Hippolyte baron de Lacger interrompt plus de six siècles de possession familiale en vendant le château à Ernest Schœlcher, neveu de Victor Schœlcher, qui y vit jusqu'en 1891. Laissé abandonné, il tombe peu à peu dans l'oubli.

Architecture[modifier | modifier le code]

Il est maintenant dans un état de ruine avancé. On trouve en son centre une petite cour dans un style Renaissance. Il contient aussi une chapelle et ses derniers occupants avaient construit un « salon maure » dans la partie côté jardin. L'entrée est toutefois interdite et dangereuse.

De l'autre côté, il surplombe la route qui mène à Lautrec, de cette route, on entrevoit les fortifications médiévales et les deux tours carrées dans un écrin de très grands arbres qui poussent au-dedans comme au-dehors de l'édifice, transperçant sols et plafonds. Le château possède aussi une longue échauguette d'agrément.

Échauguette d'agrément

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, dépôt d'Aix-en-Provence B 4691
  2. Dom Devic et Dom Vaissete, Histoire de Languedoc. 1889, t XI, Privat, 1889.
  3. Jacques Gaches, Mémoires sur les guerres de religion à Castres et dans le Languedoc.
  4. Slatkine, Genève, 1970. Journal de Faurin sur les guerres de Castres. Montpellier, 1878.
  5. Christian de Seauve, Pérégrinations de gentilshommes languedociens au septentrion, Horizons d'Argonne, no 83, 2006