Château de Montières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Montières
Image illustrative de l’article Château de Montières
Période ou style brique et pierre
Type château avec parc (XIXe siècle)
Début construction 1820
Propriétaire initial Baron d'Halloy d'Hocquincourt
Destination initiale Résidence privée
Propriétaire actuel Ville d'Amiens
Destination actuelle maison de retraite
Coordonnées 49° 54′ 53″ nord, 2° 15′ 31″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Hauts-de-France
Département Somme
Commune Amiens

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Montières

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
Château de Montières

Le château de Montières est situé sur la commune d'Amiens[1], dans le département de la Somme. Il est entouré d'un parc public.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château de Montières fut construit en 1820 pour le baron d'Halloy d'Hocquincourt issu d'une famille amiénoise de hauts magistrats. Le bâtiment reprend l'architecture brique et pierre traditionnelle en Picardie. Il subit des transformations en 1905.

En 1940, la baronne devenue veuve en fit don à la Communauté missionnaire Notre-Dame des Apôtres pour que les religieuses puissent dispenser des soins à la population. En 1971, l'entretien du bâtiment étant une charge trop lourde pour elles, les religieuses le vendirent pour un franc symbolique à la ville d'Amiens. Après l'incendie de 1989, le château fut remis en état et devint une maison de retraite.

Le parc[modifier | modifier le code]

Parc du château de Montières
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Hauts-de-France (Somme)
Commune Amiens
Quartier Montières
Superficie 5 ha
Histoire
Création XVIIIe et XIXe siècles
Caractéristiques
Type Jardin à l'anglaise
Lieux d'intérêts arbres remarquables
Gestion
Propriétaire ville d'Amiens

Un parc arboré de 5 ha entoure le château, il est ouvert au public. Conçu au début du XVIIIe siècle, on peut y voir des essences communes comme:

  • le platane (deux platanes centenaires en bord de Somme),
  • l'érable ou
  • le tilleul;

mais aussi des essences rares comme:

Le jardin d'agrément est pré-inventorié[2],[1].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]