Aller au contenu

Château de Montdidier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Montdidier
Image illustrative de l’article Château de Montdidier
Période ou style Médiéval
Type Château-fort
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire initial Sires de Coligny
Destination initiale Résidence seigneuriale
Destination actuelle Ruiné
Coordonnées 46° 16′ 34″ nord, 5° 29′ 58″ est
Pays France
Anciennes provinces de France Drapeau de la Franche-Comté Franche-Comté
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Commune Aromas
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Montdidier
Géolocalisation sur la carte : Jura
(Voir situation sur carte : Jura)
Château de Montdidier

Le château de Montdidier (castrum Montis Dideri) est un ancien château fort, du XIIe siècle, centre de la seigneurie de Montdidier, qui se dresse sur la commune d'Aromas (Revermont) dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Le château de Montdidier est situé dans le département français du Jura sur la commune d'Aromas. Bâti sur le sommet d’une montagne, à 558 m d'altitude[1], il surplombe à l’est les vallées de l’Ain, de la Valouse, et du Sancon, et à l’ouest le plateau des érythrônes (dont Aromas)[2].

À 250 m au nord, un hameau appelé Montdidier, comprenant quelques fermes, est à l’abandon depuis 1936.

Sur l'emplacement vraisemblable d'un site celte, le château est construit, entre le Xe et le XIIe siècle, par les sires de Coligny, dans le massif du Revermont. La première mention du "Castrum Montis Dideri" date du XIIe siècle.

En 1289[3], suite à l'acquisition du Revermont par Amédée V, comte de Savoie, les seigneurs de Montdidier prêtent hommage à ce dernier. Mais vers 1299[4], ils passent du côté des Thoire-Villars. Ceci leur valut probablement la saisie, au moins temporaire, de leur seigneurie de Montdidier par le comte de Savoie, qui en avait fait une châtellenie comtale en 1302 déjà[5].

Qualifié de bâtie (fortification médiévale en bois), il fut assiégé et détruit au moins à deux reprises pendant les guerres qui opposèrent la Savoie au Dauphiné dans la période de 1282 à 1355.

En 1361, il fut pris par les routiers de Thiébaud de Chauffour, alors en place au château d'Oliferne, et fut assiégé et repris peu après par les troupes des Thoire-Villars.

Il fut endommagé par les troupes de Louis XI, en 1480, durant la guerre de Succession de Bourgogne.

Restauré, il fut définitivement pris et détruit par les troupes d'Henri IV, en 1595, lors de la guerre franco-espagnole.

Description

[modifier | modifier le code]

L’accès est difficile en raison d'un relief escarpé principalement visible à l’est. Un fossé sur la partie méridionale et une ceinture de murailles et tours assuraient la défense du château. À ce jour ne subsistent que quelques vestiges.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. 1000 m à l'est du hameau de Marsonnas.
  2. « Dictionnaire géographique, historique, et statistique des communes de la Franche Comté - Tome 1er (Pages 91 à 93)) », sur Google Book.
  3. Alain Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey - Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné (1282 - 1355), collection Histoire et Archéologie médiévales n°14, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2005, (ISBN 272970762X), p. 34.
  4. Alain Kersuzan, ibid., p. 35.
  5. Un compte de cette châtellenie nous est connu, soit Archives départementales de la Côte-d'Or, B 10149 (2), rendu au comte de Savoie par Gui de Loeze (Luaysi), châtelain de Montdidier, pour 1302-1303 [ce compte a été recopié après le compte rendu par Gui de Loeze en tant que châtelain comtal de Treffort, 1302-1303, soit ibid., B 10149 (1)].