Château de Montcléra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Montcléra
Image illustrative de l’article Château de Montcléra
Début construction XVe siècle
Protection  Inscrit MH (1925)
Logo monument historique Classé MH (1929)
Coordonnées 44° 37′ 08″ nord, 1° 12′ 41″ est
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Quercy
Région Occitanie
Département Lot
Commune Montcléra

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Montcléra

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Château de Montcléra

Géolocalisation sur la carte : Lot

(Voir situation sur carte : Lot)
Château de Montcléra

Le château de Montcléra est situé sur la commune de Montcléra, dans le département du Lot.

Historique[modifier | modifier le code]

Château de Montcléra en 1970. Au premier plan, Maurice Faure.
Porte fortifiée

Ce fut le siège d'une seigneurie créée au début en 1334 par le duc de Normandie, le futur Jean II, offre les terres de Montcléra pour services rendus à Arnaud de Commarque par démembrement de la juridiction royale de Cazals. Arnaud de Commarque a servi les papes Jean XXII et Clément VI. En 1346, par un accord entre le roi Philippe VI et l'évêque de Cahors, la terre de Montcléra est considérée comme la limite des juridictions royales et épiscopales. En 1368, la seigneurie est passé à Amalvin de Commarque dans un hommage à l'évêque de Cahors, qui est identifié comme Amalvin de Gironde[1] dans un nouvel hommage en 1391. La seigneurie subit des dommages pendant la guerre de Cent Ans.

La seigneurie n'est réoccupée par les Gironde qu'en 1446. En 1504 le château qui appartient à Jean de Gironde est cité pour la première fois dans un dénombrement.

François de Gironde fait son testament en 1610 au profit de son fils, Brandelis et son petit-fils François sous la condition qu'ils portent les armes des Gironde et de Moncléra. Brandelis de Gironde est marié en 1605 avec Louise de Gontaut-Biron. La seigneurie de Montcléra et la vicomté de Lavaur sont élevées en marquisat par le roi Louis XIII, en 1616.

Le château reste dans la famille de Gironde jusqu'au XIXe siècle puis il passe à la famille Dupuy.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le alors que la porte d'entrée est classée depuis le [2].

Description[modifier | modifier le code]

Le château de Montcléra est un édifice du XVe siècle, remanié à la Renaissance. Il présente essentiellement un corps de logis rectangulaire flanqué de tours rondes à machicoulis, dont une reçoit l'angle d'un imposant donjon carré portant une échauguette carrée et dont le grand comble est ajouré de fenêtres de la seconde renaissance. La façade pourvue de chaînes d'angle, est percée d'une porte cochère et d'une porte piétonne, toutes deux en plein cintre. L'ensemble est entouré d'un beau parc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France ou Recueil général des généalogies, tome 7, p. 111-112, Paris, 1816 (lire en ligne)
  2. « Château », notice no PA00095174, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Crépin-Leblond, Le château de Montcléra - p. 429-435, dans Congrès archéologique de France. 147e session. Quercy. 1989, Société française d'archéologie, Paris, 1993
  • Catherine Didon, Châteaux, manoirs et logis : le Lot, p. 140-141, Association Promotion Patrimoine, Éditions patrimoines & médias, Chauray, 1996 (ISBN 2-910137-18-X) ; p. 336
  • Colette Chantraine, La Bouriane. Gourdon - Souillac, p. 61, Les éditions du Laquet (collection Guides Tourisme et Patrimoine), Martel, 1996 (ISBN 978-2-910333-17-1) ; 96p.
  • Jean Lartigaut, Les Commarques en Quercy (fin XIIIe - milieu XIVe siècle), p. 275, 276-277, dans Bulletin de la Société des études du Lot, 1986, tome 107.
  • Louis d'Alauzier, Le dénombrement de 1504 en Quercy pour le ban et l'arrière-ban, p. 33, dans Bulletin de la Société des études du Lot, 1985, tome 106.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]