Château de Miremont (Mauzens-et-Miremont)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Miremont
Image illustrative de l’article Château de Miremont (Mauzens-et-Miremont)
Donjon du Chateau de Miremont
Période ou style Médiévale
Type Forteresse
Début construction XIIe siècle
Fin construction XXe siècle
Propriétaire initial Famille Bouville
Destination initiale Résidence et défense
Propriétaire actuel Privé
Destination actuelle Tourisme et sociale
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1971)[1]
Site web www.forteresse-miremont.fr
Coordonnées 44° 59′ 51″ nord, 0° 56′ 22″ estIGN
Pays Drapeau de la France France
Région historique Nouvelle-Aquitaine
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Commune Mauzens-et-Miremont
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Miremont
Géolocalisation sur la carte : Aquitaine
(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Miremont
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
(Voir situation sur carte : Dordogne)
Miremont

Le château de Miremont est situé en Dordogne dans la commune de Mauzens-et-Miremont. La châtellenie de Miremont comprenais Miremont, Mauzens, Savignac-de-Miremont, Saint-Cernin-de-Reilhac, Mortemart, Fleurac, Manaurie, une partie de Rouffignac et une partie de Journiac.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le château de Miremont est situé à km du bourg du village, sur un éperon. Le château domine le bourg castral de Miremont et les vallées du Manaurie et du Brungidou. D’où le nom de Miremont (mire : regarder).

Histoire du château de Miremont[modifier | modifier le code]

La guerre de Cent Ans[modifier | modifier le code]

Après la prise de Bergerac, le , la seigneurie de Limeuil est occupée par des garnisons anglaises. Jean de Galard, Baron de Limeuil et Miremont est fait prisonnier à Bergerac. Ses places fortes capitulent les unes après les autres. Miremont selon Froissart résiste trois jours aux anglais[2]. Miremont fut repris par les Français, puis les Anglais tour à tour. Henry de Grosmont, le comte de Derby, ordonne la réparation et l'achèvement des remparts.

Architecture[modifier | modifier le code]

Certains murs présentent un appareil en arête-de-poisson, ce qui indiquerait une construction au XIe.

  • Donjon roman à contreforts plats du XIIe, remanié à la Renaissance.
  • Certains bâtiments dont le donjon, présentent des voûtes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :