Château de Mirebel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Mirebel
Image illustrative de l'article Château de Mirebel
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Propriétaire initial Famille de Vienne
Propriétaire actuel Propriété de la commune
Destination actuelle Ruiné
Protection  Inscrit MH (2007)
Coordonnées 46° 42′ 04″ nord, 5° 44′ 05″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Commune Mirebel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Mirebel

Le château de Mirebel était un château fort, situé sur la commune de Mirebel, dans le département du Jura.

Situation[modifier | modifier le code]

Sur un éperon, à 590 m d'altitude, long de 400 m et large de 20 m, orienté nord-sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du château de Mirebel date de 1172. Jusqu'au XVe siècle, le château, les terres et les droits s'y rattachant, sont la propriété de la maison de Vienne. En 1280, Jean Ier de Vienne en fait son lieu de séjour habituel, comme son petit-fils, Henri de Vienne de 1364 à sa mort. En 1422, à la mort de Jean de Vienne, le fief de Mirebel passe à la famille de Chalon-Arlay. Le château est en partie ruiné par les armées de Louis XI, en 1479. Il sert alors de tour de guet, jusqu'à sa destruction définitive par les troupes d'Henri IV en 1595 qui abattent la tour qui restait debout.

Il est inscrit en 2007, au titre des Monuments historiques[2].

Description[modifier | modifier le code]

L'éperon sur lequel est construit le château comprend trois zones séparées par des fossés; la zone du château proprement-dit, une zone vide de vestiges (non encore fouillées) et au nord une zone avec des vestiges qui pourrait être celle d'une « redoute avec tour ».

  • La zone du château proprement-dit: Une enceinte, de 1,20 m. d'épaisseur, épousant le contour du premier plateau renferme un ensemble de vestiges. L'accès se faisait au nord, du côté ou le fossé est le plus important, par une porterie que commandait un donjon carré de 10 m. de côté et qui devait comporter trois niveaux. Une fenêtre éclaire le second niveau et on y voit encore à ce même étage des latrines sur encorbellement et une archère. Celui-ci pourrait être daté du XIIIe siècle. Au donjon, à une époque plus tardive, XVe siècle, a été accolé un logis, comportant de larges ouvertures, auquel on a associé en retour un autre mur, plus large, qui barre le promontoire sur toute sa largeur. Au sud, divers creux et bosses, suggèrent l'emplacement d'ancien bâtiments.
  • La zone nord: On y voit les restes d'une citerne, caractéristique avec son enduit d'étanchéité rose, et un bâtiment quadrangulaire de 7 m. X 11 m., avec des murs épais de 2,10 m., d'un étage sur plancher.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Editions Publitotal, (ISBN 2865350703)

Lien externe[modifier | modifier le code]