Château de Miglos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Miglos
Image illustrative de l’article Château de Miglos
Le château de Miglos sous la pleine lune
Période ou style médiéval
Type Château fort
Début construction 1320
Propriétaire actuel Conseil départemental de l'Ariège
Protection Logo monument historique Classé MH (1987)[1]
Site web www.chateau-miglos.frVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées 42° 47′ 48″ nord, 1° 35′ 26″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Sabarthès
Département français Ariège
Commune Miglos
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Miglos
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Château de Miglos
Géolocalisation sur la carte : Ariège
(Voir situation sur carte : Ariège)
Château de Miglos

Le château de Miglos est situé dans les Pyrénées ariègeoises en vallée du Vicdessos.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Le château de Miglos est implanté sur la cime d'un éperon calcaire, à 779 mètres d'altitude. Situé sur la commune de Miglos, juste au-dessus du village de Capoulet, il commande à la fois les vallées de Miglos et de Vicdessos.

Au Moyen Âge, la seule voie d'accès était le chemin reliant Niaux au village d'Arquizat, repris de nos jours par le tracé de la D156.

Histoire[modifier | modifier le code]

La forteresse s'inscrivait dans un système défensif qui protégeait le comté de Foix et qui comprenait, en plus des châteaux de Montréal-de-Sos, de Quié, de Génat, de Castel Merle, plusieurs grottes fortifiées (ou spoulga).

Si le lieu-dit et l'église de Miglos sont attestés dès 1097, et un seigneur de Miglos cité en 1160, les premières mentions du château à proprement parler datent de 1213. Le château fait alors partie des garanties offertes par le comte de Foix au roi d'Aragon pour preuve de sa bonne foi et de son allégeance à l'Église, lors de la Croisade des Albigeois.

En 1244, le seigneur Arnaud de Miglos, interrogé par l'Inquisition, admit avoir reçu des Parfaits dans sa demeure et envoyé des armes aux assiégés de Montségur, ce qui lui valut d'être emprisonné pendant quatre ans. En 1311, Gaston Ier de Foix offre la seigneurie de Miglos à Bernard d'Usson (ou de Son). Les vestiges visibles actuellement reflètent l'état du château au XIVe siècle, après la restauration que Bernard d'Usson effectua en 1320.

Architecture[modifier | modifier le code]

Plan du château de Miglos publié en 1894 par Casimir Barrière-Flavy.
Les traits en gris correspondent aux parties disparues.

Le château de Miglos couvrait une surface approximativement carrée de 600 m². Le logis seigneurial était situé sur la partie nord. À l'ouest s'élevait une tour carrée de 15 mètres de haut. À l'est se trouvait une salle percée de meurtrières qui surveillaient le chemin d'accès. Au sud se tenait un donjon carré, d'une hauteur de plus de 20 mètres. Les vestiges de ces constructions sont encore visibles en 2010.

Classement et restauration[modifier | modifier le code]

Le bâtiment fut classé monument historique le [1], « la conservation des ruines du château d’Arquizat à Miglos (Ariège) présent[ant] au point de vue de l’histoire et de l’art un intérêt public en raison de leur importance historique et de leur disposition architecturale. », et l'Association des Amis du Château de Miglos est créée la même année. Cette association œuvre pour la sauvegarde et la mise en valeur du site.

Le château, propriété du Conseil départemental de l'Ariège depuis 1984, a bénéficié de plusieurs phases de travaux de cristallisation (injection de chaux dans les murs visant à stabiliser l'édifice) à partir de 1999. Ces travaux qui ont permis de consolider le donjon[3], la tour nord-ouest.

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ruines du château d'Arquizat », notice no PA00093824, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Source : Géoportail
  3. Max Dejean, « Le donjon est sauvé oui, mais... », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Casimir Barrière-Flavy, La baronnie de Miglos : étude historique sur une seigneurie du haut comté de Foix, (lire en ligne sur Gallica), p. 100-112

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :