Château de Mauzun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Mauzun
Image illustrative de l’article Château de Mauzun
Enceinte intérieure du château de Mauzun
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XIIIe siècle
Destination initiale Résidence de l'évêque de Clermont
Propriétaire actuel Personne privée
Destination actuelle Ruiné
Protection Logo monument historique Classé MH (1970)
Logo monument historique Inscrit MH (2013)[1]
Coordonnées 45° 42′ 19″ nord, 3° 25′ 43″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Commune Mauzun
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Château de Mauzun
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Mauzun

Le château de Mauzun est une ancienne forteresse des comtes d'Auvergne dont les ruines du XIIIe siècle se dressent sur la commune de Mauzun dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne.

Le château fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine site fortifié gallo-romain, Mauzun est, du IXe au XIIe siècle, une forteresse des comtes d'Auvergne. À partir du XIIIe siècle, elle passe aux évêques de Clermont et servit par la suite à imposer le pouvoir du roi de France sur l'Auvergne.

En 1207, le comte Guy II autorise l'évêque de Clermont à acquérir le château de Mauzun pour éviter une confiscation territoriale par le roi de France[2], ce dernier se montrant de plus en plus véhément contre le comte d'Auvergne, allié du royaume d'Angleterre.

De 1230 à 1240, l'évêque Hugues de la Tour fait entièrement rebâtir le château sur le modèle philippien, avec 3 enceintes et 20 tours.

En 1369, le château est pris par les routiers anglais. En 1385, il est libéré par le maréchal de Sancerre.

Lors des guerres de religion, la forteresse est âprement disputée entre les trois partis, Huguenots, Ligueurs et Royalistes. En 1589, elle est le quartier général de la Ligue en Auvergne, commandée par l'évêque François de la Rochefoucauld. En 1590, ce dernier se soumet au roi, obtient son pardon et conserve Mauzun.

En 1632, le château est assiégé une dernière fois par les troupes de Gaston d'Orléans, révolté contre Richelieu. L'attaque échoue, les soldats de Gaston sont mis en déroute. En 1633,comme tous les châteaux-forts d'Auvergne, Mauzun est démantelé par ordonnance royale, mais, appartenant à un loyal serviteur de la couronne, évite la démolition. Il n'est plus entretenu à partir de 1650 et tombe peu à peu en ruine.

En 1792, confisqué par la Nation, le château est adjugé à un groupement de onze citoyens qui le dépecèrent et vendirent les matériaux qu'ils purent arracher.

Durant le XIXe siècle, toutes les parts sont rachetées par la famille Saunier, puis par la famille Chalus. En 1913, Maurice Chalus restaure une des tours.

En 2001, le château est acquis par Claude et Mireille Charrier qui, avec leur fils Christophe, entreprennent le sauvetage de l'immense ruine.

Situation[modifier | modifier le code]

Dominant le village de Mauzun, le château est construit sur un ancien volcan, dont on a tiré les pierres noires de toute la construction.

Description[modifier | modifier le code]

La forteresse comporte trois enceintes défensives étagées autour du volcan et couvre une superficie de cinq hectares. La première enceinte, qui suit une courbe de niveau à mi-pente, est un mur de 2 m d'épaisseur flanqué d'un fossé ; elle forme un cercle de 900 m de circonférence. La deuxième enceinte épouse la forme du sommet aplani de la butte et suit un tracé sensiblement triangulaire de 180 m de côté, totalisant un périmètre de 550 m. Elle est flanquée de 16 tours hémicylindriques espacées de 30 à 40 m. En position excentrique, la dernière enceinte, le donjon, se dresse sur le rocher sommital. Sa forme est un carré de 50 m de côté. Ses angles sont marqués par d'énormes tours aux trois quarts saillantes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00092181, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Georges Bernage, Anne Courtillé et Marc Mégemont, La basse Auvergne médiévale : en hommage à Guillaume Revel et Gabriel Fournier, Bayeux Nonette, Heimdal, , 80 p. (ISBN 978-2-840-48161-4, lire en ligne)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Audigier P. Histoire d'Auvergne
  • Baluze E. Histoire généalogique de la Maison d'Auvergne
  • Constanty N. Le château de Mauzun, une architecture de conquête
  • Dulaure J. Description de l'Auvergne
  • Foulhoux J.B. Fiefs et châteaux-forts de la Comté d'Auvergne
  • Imberdis A. Histoire des guerres religieuses en Auvergne
  • Megemont M. Mauzun, place forte des évêques de Clermont
  • Sève R. La seigneurie épiscopale de Clermont

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]