Château de Maintenon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maintenon (homonymie).
Château de Maintenon
Château de Maintenon 2008.jpg
Vue du jardin.
Présentation
Type
Style
Architecte
Construction
XVIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Fondation Mansart (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Gestionnaire
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le château de Maintenon est situé au bord de l'Eure, dans la commune française de Maintenon en Eure-et-Loir.

Réalisé pour l'essentiel dans le style Louis XII[1], vers 1505, il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis [2].

Description[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La construction s'étale du XIIe au XVIIe siècle.

Au début du XVIe siècle, Jean Cottereau transforme la forteresse en château de plaisance. Madame de Maintenon ajoute une aile.

  • L'accès au corps de logis principal, flanqué de deux tours rondes, s'effectue par une avant-cour et un pont, jadis un pont-levis. Avec les ailes sud-est et sud-ouest, le logis encadre la cour d'honneur qui précède le parterre et le parc.
  • L'aile sud-est date du début du XVIe siècle et se termine par une tour ronde.
  • L'aile sud-ouest a remplacé, au milieu du XVIe siècle, un mur qui reliait le corps de logis principal au donjon.
  • Le donjon carré en grès fut construit au XIIIe siècle. Au début du XVIe siècle, il est surélevé et couvert d'une toiture soutenue par une charpente en châtaignier.
  • La longue aile nord-est fut construite à la fin du XVIIe siècle pour abriter une écurie et une orangerie et, à l'étage, des appartements.
  • Louis XIV fait réaliser des travaux pendant la construction du canal de l'Eure, notamment le jardin par Le Nôtre, ainsi que le grand canal qui passe sous l'aqueduc.

Intérieur[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
La grande galerie en 2012.

Plusieurs pièces restaurées, meublées et décorées, sont ouvertes à la visite :

  • Les Petits appartements, situés à l’étage du corps de logis principal, comprennent successivement :
    • un passage conduisant à la chambre qu’occupait Madame de Maintenon, avec son antichambre et son petit oratoire ;
    • une seconde chambre qu’occupait le maréchal de Noailles, également précédée par une antichambre ;
  • Les Grands Appartements, auxquels on accède par l’escalier en colimaçon de la tour ronde, comprennent successivement :
    • un passage suivi du Cabinet de Saxe et d'un corridor ;
    • deux salons tapissés de papier chinois datant de la fin du XVIIIe siècle ;
    • le Salon du Roi, chambre qu’occupait Louis XIV lors de ses visites ;
    • au départ de l'aile construite à l'époque de Madame de Maintenon s'ouvre un long passage conduisant au grand salon ;
    • une salle de billard dans son état du XIXe siècle, décorée de deux portraits au pastel de l'artiste autrichien Clemens von Pausinger ;
    • une bibliothèque de style Second Empire, dans laquelle sont exposés notamment des ouvrages ayant appartenu à la marquise de Maintenon ;
    • une vaste galerie de tableaux représentant des membres de la famille de Noailles ou retraçant leurs faits d’armes. À son extrémité se trouve un cénotaphe à la mémoire de la marquise.

La tour carrée et l’aile attenante ne se visitent pas.

Collection de peintures[modifier | modifier le code]

Le château de Maintenon vu à travers l'aqueduc par François-Edme Ricois.
Le château de Maintenon vu à travers l'aqueduc par François-Edme Ricois (1795-1881).
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Cette collection présente, notamment dans la Grande Galerie, des représentations de personnalités royales ou nobles en relation avec le château, ainsi que le château lui-même :

Perspective, jardin et parc[modifier | modifier le code]

Le monogramme de Louis XIV, 2011.
Le monogramme de Louis XIV.
Le jardin à la française de Le Notre, 2014.
Le jardin à la française de Le Notre.
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La perspective et le jardin ont été dessinés par Le Nôtre.

Jusqu'en 2013, le jardin était constitué d'un simple parterre, comprenant en son centre le monogramme de Louis XIV, deux "L" entrelacés.

En 2013, à l'occasion des 400 ans de la naissance d'André Le Nôtre, ce parterre a été remplacé par un jardin à la française, réalisé par le conseil départemental d'Eure-et-Loir selon des plans établis par Le Nôtre, mais non réalisés jusqu'alors.

Deux allées, baptisées « Le Nôtre » et « Racine », bordent la rivière de l'Eure, transformée en canal.

Aqueduc[modifier | modifier le code]

L'aqueduc de Maintenon.
L'aqueduc de Maintenon.
Articles détaillés : aqueduc de Maintenon et canal de l'Eure.

Au fond du parc, subsistent les vestiges de l'aqueduc qui devait alimenter les fontaines du parc du château de Versailles. Le projet consistait à détourner les eaux de l'Eure par un ouvrage de 80 km. Une partie devait être constituée de levée de terre, mais pour les parties d'une hauteur supérieure à 60 pieds, il fut décidé de réaliser des aqueducs. Vauban est chargé de mener les études et les travaux.

En 1685, il commence les études de l'aqueduc devant, afin d'enjamber l'Eure, traverser le parc du château de Maintenon. L'aqueduc devait avoir 47 arcades au premier rang, 195 arcades au second et 390 au troisième. La guerre de la Ligue d'Augsbourg de Louis XIV empêchèrent la fin des travaux. L'édifice a fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1875[3].

Historique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Gravure du Château XVIIe siècle

Le château est construit dans un style Renaissance à partir de 1505 sous l'impulsion du propriétaire des lieux, Jean Cottereau, trésorier surintendant des finances sous Louis XII, puis François Ier et Henri II.

À sa mort en 1530, il le laisse en héritage ainsi que les terres environnantes à Jacques d'Angennes, seigneur de Rambouillet, son gendre.

Son fils Louis en hérite en 1562 et devient baron de Maintenon ; ses héritiers vendent la propriété au marquis de Villeroy d'Angennes.

Le 27 décembre 1674, Françoise d’Angennes, épouse Odet de Riantz, marquis de Villeroy, héritière de Charles François d'Angennes, vend son château et le titre de Maintenon pour 150 000 livres à la veuve du poète Scarron, dame Françoise d'Aubigné qui devient ainsi marquise de Maintenon.

Dès lors, le château s'agrandit et s'embellit par de grands travaux financés par le roi et devient un château quasi-royal. En témoigne notamment le jardin, dessiné par André Le Nôtre.

Racine y vint souvent méditer[réf. nécessaire].

Le domaine passa ensuite dans la famille de Noailles grâce au mariage de Françoise-Amable d'Aubigné, nièce de Madame de Maintenon, avec le duc d'Ayen, Adrien Maurice, fils du maréchal de Noailles.

En 1830, Charles X déchu, en fuite depuis Rambouillet, y coucha sur le chemin de l'exil.

À l'automne 1926 Georges Clemenceau, après y avoir déjeuné, écrivit à son amie la comtesse d'Aunay, faisant probablement allusion à un portrait de Mme de Maintenon : « Mme de M. (il écrit par erreur Montespan) avait un petit air difforme et non pas l'altière figure que lui prêtent nos historiens »[4].

Vers 1950, le bureau du duc de Noailles quitta le château pour entrer dans la collection d'art d'Élie de Rothschild (1917-2007) et de son épouse, née Liliane Fould-Springer[5].

Succession des propriétaires et occupants du château[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Françoise d'Aubigné
(château de Maintenon).
Adrien Maurice de Noailles
(château de Maintenon).
Louis de Noailles
(château de Versailles).
Paul de Noailles
(château de Maintenon).

Famille de Maintenon

  • fin Xe siècle : Avesgaud 1er est le premier seigneur connu de Maintenon ;
  • cité en 1028 : Germond 1er, fils et héritier du précédent ;
  • cité en 1053 : Avesgaud II, fils et héritier du précédent ;
  • cité en 1083 : Germond II, fils et héritier du précédent ;
  • cité de 1086 à 1120 : Mainier, fils et héritier du précédent ; il épouse Élisabeth ;
  • cité de 1123 à 1135 : Amaury 1er, fils et héritier des précédents ;
  • vers 1150 : Guillaume, fils et héritier du précédent ;
  • vers 1180 : Jean, fils et héritier du précédent; il épouse Agnès ;
  • de 1200 à 1237 : Amaury II, fils et héritier des précédents ; il épouse Ameline ;
  • vers 1240 : Amaury III, fils et héritier des précédents ;
  • 1248 : Hugues, fils et héritier du précédent, épouse Agnès de Marolles ;
  • cité en 1260 : Jean, frère du précédent ;
  • seconde moitié du XIIIe siècle : Amaury IV, fils ou neveu du précédent ;
  • début du XIVe siècle : X (mort avant 1331), fils et héritier du précédent, épouse Jacqueline de Neuville ;
  • cité de 1346 à 1373 : Amaury V, fils et héritier du précédent ;
  • fin du XIVe siècle : Thibaud, fils et héritier du précédent, épouse Perrette de Lestre ;
  • vers 1473 : Jean, fils et héritier du précédent ;
  • vers 1485 : Robert, fils et héritier du précédent.

Famille peut-être apparentée à la précédente

  • à partir de 1497 : Amaury Loresse, écuyer.

Famille Cottereau

  • à partir de 1503 : Jean Cottereau, trésorier et surintendant général des finances de France, principal créancier des anciens seigneurs de Maintenon, acquiert le château (armoiries : d'argent à trois lézards grimpant de sinople, 2 et 1).

Famille d'Angennes

  • 1526 : Jacques d’Angennes ( - 1562), seigneur de Rambouillet, épouse Isabeau ( - 1554), fille et héritière du précédent ;
  • avant 1573 : Louis d’Angennes (1536 - après 1601), premier marquis de Maintenon, baron de Meslay, seigneur de La Moutonnière, du Moutier et de La Villeneuve, fils des précédents, épouse Françoise d'O ;
  • 1607 : Charles, marquis de Maintenon, baron de Meslay, seigneur de La Moutonnière, du Moutier et de La Villeneuve, fils des précédents, épouse Françoise, dame de Blainville, de Salvert et de Saint-Gervais ;
  • 1640 : Louis, marquis de Maintenon, baron puis marquis de Meslay, seigneur de La Moutonnière, du Moutier, de La Villeneuve, de Blainville et de Saint-Gervais, fils des précédents, épouse Marie Le Clerc du Tremblay ;
  • seconde moitié du XVIIe siècle : Charles François (1648-1691), marquis de Maintenon, épouse Catherine du Poyet de Poincy.

Famille d'Aubigné

Maison de Noailles

Fondation Mansart

Citations[modifier | modifier le code]

  • De Clément Marot, à propos de Jean Cottereau et du château : « Sous quatre roys par service estimé... le chastel fist, cette église fonda en ses vieux jours où repos se donna. »
  • Du duc de Saint-Simon, en parlant du château après son rachat par Madame de Maintenon : « MM. d'Angennes y avaient tout laissé ruiner. »
  • De Madame de Maintenon à son frère, Charles d'Aubigné : « C'est un gros château au bout du bout d'un gros bourg, une situation selon mon goût, des prairies tout autour et la rivière qui passe dans les fossés. »

Tournages de films[modifier | modifier le code]

Photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Chandernagor, L’Allée du roi : souvenirs de Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon, épouse du Roi de France (Paris, Julliard, 1995 (ISBN 2266067877)) ;
  • André Lambert, La Reine sans couronne : Françoise de Maintenon, l'épouse secrète de Louis XIV (Paris, Del Duca, 1962), (ISBN 2866470087) ;
  • Alain Niderst, Autour de Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon : actes des Journées de Niort, 23-25 mai 1996 (Paris, H. Champion, 1999) ;
  • Simone Bertière, Les Femmes du Roi-Soleil (Éditions de Fallois, 1998, (ISBN 2-253-14712-5)) ;
  • Philippe Erlanger, Maintenon, un cadeau de roi ("Maison et Jardin", n°317 / octobre 1985, pp. 136 à 141, ill.).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, Flammarion / Picard, 1989/1991, 840 pages p., 32 cm (ISBN 978-2080120625)
  2. « Château de Maintenon », notice no PA00097146, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Ancien aqueduc de Pontgouin à Versailles (également sur communes de Berchères-Saint-Germain et Pontgouin) », notice no PA00097145, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. Lettre du 10 octobre 1926, Correspondance (1858-1929) - Robert Laffont / BNF, 2008, p. 849.
  5. Les Grandes Collections Privées, collectif sous la direction de Douglas Cooper, éditions du Pont-Royal, 1963, p.170.
  6. « Fondation Mansart, parcs et demeures de France », sur http://www.fondationmansart.fr (consulté le 6 février 2019).
  7. Laure Manaudou rejoint Pékin à la nage (publicité EDF), Dailymotion, 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]