Château de Longecombe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Longecombe
Image illustrative de l’article Château de Longecombe
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction XIIIe siècle
Destination actuelle Vestiges
Coordonnées 45° 56′ 59″ nord, 5° 33′ 02″ estCoordonnées du hameau de Longecombe
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bugey
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Commune Hauteville-Lompnes

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Château de Longecombe

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Longecombe

Le château de Longecombe est une ancienne maison forte du début du XIIIe siècle, centre de la seigneurie de Longecombe, dont les vestiges se dressent sur la commune d'Hauteville-Lompnes dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Situation[modifier | modifier le code]

Les vestiges du château de Longecombe sont situés dans le département français de l'Ain sur la commune d'Hauteville-Lompnes, à 7 kilomètres au sud-ouest du bourg, au village de Longecombe, sur le promontoire qui le domine et ou a été érigée la vierge en 1856.

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme seigneurie, Longecombe était en 1200-1217[1] la possession de Pierre de Nucey, chevalier. En 1247[1], Humbert de Nucey, Marguerite, sa femme, et ses six enfants reconnurent tenir en fief de l'abbé de Saint-Sulpice leur maison de Longecombe, qui passa à des gentilshommes qui en portaient le nom.

Le 7 mai 1267[1], Humbert et Guillaume de Longecombe confessèrent tenir du comte de Savoie ce qu'ils avaient à Corcelles, dans la combe de Charabotte, et leur château de Longecombe. Le 17 septembre 1297[1], Humbert de Longecombe renouvela cette reconnaissance au nom de Pierre, son fils, qui en avait reçu une nouvelle inféodation, vers 1280[1].

Longecombe n'était d'abord qu'un simple fief. Amédée VIII de Savoie, en concède, le 27 août 1461[2] par lettres, la justice haute, moyenne et basse, à Jean de Longecombe, écuyer de la duchesse de Savoie. Jean en fera hommage, au château de Morestel, au duc de Savoie[Note 1], le 18 novembre 1482[2], en présence d'Anthelme de Miolans, maréchal de Savoie, Antoine de Lévis (des comtes de Villars), Gabriel de Seyssel, baron d'Aix, George de Menthon, baron de Coligny-le-Neuf (Coligny), Jean de Lornay et Jeanet de Valpergue, protonotaire apostolique, André de Martel, seigneur de Grammont (Ceyzérieu), président des comptes et Antoine de la Forest, gouverneur de Nice.

Le 26 avril 1447[2], à Genève, ledit Jean, seigneur de Longecombe, en fait hommage au duc Louis de Savoie ; sont présents Pierre de Marchant, chancelier de Savoie, Louis, seigneur de Langins, Jean Mareschal, trésorier général de Savoie et Louis de Bonnivard, seigneur de Saint-Michel, écuyer. Cette terre était encore dans la famille de Longecombe lors de la convocation des États généraux.

La famille de Longecombe, dont Guichenon a écrit la généalogie, a donné, entre autres personnages, Antoine-Barthélemy de Longecombe, marquis de Thoy, lieutenant général des armées de Louis XIV, créé, en 1710, par Philippe V, capitaine général des armées espagnoles. « Il se distingua fort et servit très-utilement à la bataille de Villaviciosa », dit le duc de Saint-Simon. Il avait cependant reçu, auparavant, deux graves blessures à la prise de Brihuega « où, dit Larrey, Histoire de Louis XIV, il se distinguait à la tête des grenadiers et attaqua le premier retranchement des Anglais ; il y commandait aussi les piquiers ». Au milieu du XVIIe siècle, Antoine de Longecombe, écuyer, en est le seigneur en chef du nom et armes de Longecombe.

Joseph-Marie de Longecombe, marquis de Thoy, né le 17 décembre 1765, mort à Lyon, le 13 septembre 1844, le dernier de son nom, a laissé deux filles : Louise, mariée à Oronce Maigre de la Motte et Suzanne, veuve, depuis 1845, du dernier marquis de Moyria-Châtillon.

Guigue qui écrivait au XIXe siècle estimait que le château avait été détruit depuis longtemps. Au XVe siècle[3] la maison forte est abandonné au profit d'un manoir, le manoir de Longecombe, situé près des habitations.

Description[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Guichenon cite un Louis II, duc de Savoie, Guichenon, op. cit, p. 63.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Topographie historique du département de l'Ain 1873, p. 206.
  2. a, b et c Samuel Guichenon, Histoire de Bresse et de Bugey. Partie 2., jean antoine huguetan & marc antoine ravaud, lyon, 1650, p. 63 disponible en ligne sur Gallica.
  3. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 605.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]