Château de Laurens Castelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Laurens Castelet
Image illustrative de l’article Château de Laurens Castelet
Fin construction 1872
Propriétaire initial marquis de Cornulier
Destination initiale Résidence privée
Destination actuelle Résidence privée
Coordonnées 43° 50′ 01″ nord, 0° 29′ 54″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Commune Benquet
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Laurens Castelet
Géolocalisation sur la carte : Landes
(Voir situation sur carte : Landes)
Château de Laurens Castelet

Le château de Laurens Castelet est une propriété foncière située sur la commune de Benquet, dans le département français des Landes.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le château de Laurens Castelet est situé avenue du Marsan, entre le bourg de Benquet et l'église Saint-Jean-Baptiste.

Composition[modifier | modifier le code]

Le château se compose d'un grand salon avec boiseries, petit salon, salle à manger et galerie centrale afin de rejoindre les deux ailes. Dans les étages se trouvent neuf chambres. En dépendance de ce château se trouve un bâtiment appelé « le garage » ayant servi de cache à un pilote américain (Maj. Wayne Eveland), dont l'avion a été abattu près d'Arengosse pendant la seconde guerre mondiale. Un cèdre centenaire est visible sur le domaine[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Après une carrière militaire, le marquis de Cornulier, né à Paris en 1789 et issu d'une vieille famille Bretonne, s'installe en 1836 à Mont-de-Marsan pour se consacrer à de nouvelles activités, mêlant développement agricole et industriel du département. Dans les Landes, il reçoit le surnom d'« ami des pauvres » en reconnaissance de ses actes de philanthropie[2].

Le 19 juillet 1855, il fait l'acquisition aux enchères du tribunal de Mont-de-Marsan du domaine de Benquet provenant de la succession de Dominique Joseph Papin, comte de Saint-Christau, incluant le château vieux où mourut en 1809 son père, le sénateur du Premier Empire Jean-Baptiste Papin, 37 métairies et 3 moulins, répartis entre Benquet, Haut-Mauco, Bas-Mauco, Aurice, Saint-Sever (Sainte-Eulalie) et Montgaillard[2].

Après l'achat du domaine de Benquet, le marquis crée au nord du village un parc où il fait bâtir une belle demeure, le château vieux de feu le comte Papin situé au sud du bourg menaçant ruine et ayant disparu depuis. Cette demeure d'origine constitue l'aile gauche du château actuel, qui s'agrandira par extensions successives[2].

Au décès du marquis de Cornulier en 1862, sa veuve se retire dans sa demeure à Benquet jusqu'au 26 août 1867, date de son décès dans la commune. La fille cadette du marquis et de la marquise de Cornulier, Marie Camille Herminie (8 juillet 1838 à Mont-de-Marsan - 23 novembre 1902 dans cette même ville), devenue comtesse de Lonjon par son mariage le 11 janvier 1857 avec Joseph Victor de Lonjon (né à Mont-de-Marsan le 30 octobre 1834 et décédé à Benquet le 20 avril 1881 à 46 ans)[3] est l'héritière au décès de son père de la demeure de Benquet ainsi que de 27 métairies et 2 moulins[2]. La comtesse de Lonjon offre un terrain et met ses carrières de sable à disposition pour permettre la construction de l'église Saint-Jean-Baptiste de Benquet entre 1885 et 1888.

La fille aîné du comte et de la comtesse de Lonjon, Yvonne de Lonjon (née à Mont-de-Marsan le 15 mai 1858 - 3 septembre 1943), épouse le 29 avril 1879 Charles Maurice de Laurens Castelet (30 octobre 1850 - 20 décembre 1920). Leur fils Joseph de Laurens Castelet (né à Benquet le 13 décembre 1882 - 18 juin 1935)[3], devient propriétaire du château de Benquet, seul domaine landais ayant appartenu au marquis de Cornulier, et restant aux mains d'un de ses descendants. Il fait ramener les corps de ses arrière-grands-parents, le marquis et de la marquise de Cornulier, dans le cimetière de Benquet. A cet effet, il fait construire un tombeau avec de la pierre venue de Bretagne[2].

Le château reste la propriété de la famille de Laurens Castelet jusqu'en 1996, date à laquelle il est cédé à un particulier. Il est de nos jours privé et n'est pas ouvert à la visite[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. a b c d e f et g Benquet et son histoire, Yves Pabon, bulletin municipal.
  3. a et b https://man8rove.com/fr/toussaint-de-cornulier

Voir aussi[modifier | modifier le code]