Château de Larroque-Toirac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Larroque-Toirac
Image illustrative de l’article Château de Larroque-Toirac
Le château en juin 2011.
Nom local Château de Larroque-Toirac
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVe siècle
Propriétaire actuel Pierre Wagner-Autesserre
Protection Logo monument historique Classé MH (1995)[1]
Coordonnées 44° 31′ 17″ nord, 1° 56′ 23″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Quercy
Région Occitanie
Département Lot
Commune Larroque-Toirac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Larroque-Toirac
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Château de Larroque-Toirac
Géolocalisation sur la carte : Lot
(Voir situation sur carte : Lot)
Château de Larroque-Toirac

Le château de Larroque-Toirac est situé sur la commune de Larroque-Toirac entre Figeac et Cajarc.

Il est accroché au flanc d'une haute falaise, dominant le village et la vallée du Lot, dans un site exceptionnel de défense.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen âge[modifier | modifier le code]

Le château de Larroque-Toirac a été construit entre le XIIe siècle et le XVe siècle, avec un castrum au XIIIe siècle, le renforcement de l'enceinte au XIVe siècle et le nouveau château au XVe siècle.

Il fut pris par les Anglais à plusieurs reprises.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le château est entré dans la famille Wagner-Autesserre en 1924[3]. Auparavant, il était utilisé par la mairie de Larroque-Toirac comme école municipale ou comme logements pour les instituteurs.

En 1946, le château est inscrit sur la liste complémentaire des monuments historiques avant d'être classé monument historique en 1995.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château de Larroque-Toirac, a conservé dans sa partie médiévale tout son système défensif.

La demeure seigneuriale, où subsiste la cuisine d'origine, comporte de très belles cheminées du XVe siècle ainsi que des fresques du XVIe siècle. Les décorations sont datées de 1515 à 1531 et des aménagements ont été effectués au XVIIe siècle.

Parc[modifier | modifier le code]

Bien exposé à l'arrière du château sur des terrasses, un parc privé sur le site de l'ancien village fortifié contient une collection de plantes exotiques[4]. La falaise derrière le château comporte des grottes occupées dès le Néolithique qui ont servi d'habitat troglodyte.

Visite[modifier | modifier le code]

Le château est ouvert à la visite tous les jours, du 1er juillet au . Des événements sont également organisés (visites nocturnes, concerts...)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Château », notice no PA00095129, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  3. http://chateau.toirac.free.fr/
  4. « Château de Larroque-Toirac », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  5. « Concert de musique de chambre au château de Larroque-Toirac », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Didon, Châteaux, manoirs et logis : le Lot, p. 219, Association Promotion Patrimoine, Éditions patrimoines & médias, Chauray, 1996 (ISBN 2-910137-18-X) ; 336 p.
  • Colette Chantraine, Vallées du Lot et du Célé : Figeac, p. 77-78, Les éditions du Laquet (collection Guides Tourisme et Patrimoine), Carlucet, 1993 (ISBN 978-2-950614-04-9) ; 96p.
  • Louis d'Alauzier, Le dénombrement de 1504 en Quercy pour le ban et l'arrière-ban, p. 43, dans Bulletin de la Société des études du Lot, 1985, tome 106.
  • Michelle Fabre, Pierre-Louis Pardieu, Seigneurs et paysans à Laroque-Toirac à la fin du Moyen âge. Cahors et le Quercy, Actes du XXXIIe congrès d'études, , dans Bulletin de la Société des études du Lot, 1978, tome 99, 2e fascicule.
  • Louis d'Alauzier, Les seigneurs de Laroque-Toirac, p. 33-37, dans Bulletin de la Société des études du Lot, 1950, tome 71.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]