Château de Lacoste (Vaucluse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de Lacoste.
Château de Lacoste
Image illustrative de l'article Château de Lacoste (Vaucluse)
Les ruines du château de Lacoste
une des trois résidences du marquis de Sade en Vaucluse
Début construction XIe siècle
Propriétaire initial Famille de Simiane
Destination initiale résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Pierre Cardin
Protection  Inscrit MH (1992)
Coordonnées 43° 49′ 57″ nord, 5° 16′ 19″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Provence
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Commune Lacoste

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Lacoste

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Château de Lacoste

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

(Voir situation sur carte : Vaucluse)
Château de Lacoste

Le château de Lacoste (anciennement et conformément à l'étymologie, La Coste) est situé dans le village du même nom, dans le département de Vaucluse et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les habitants du village et de la région le nomment généralement "le château du Marquis de Sade", car ce fut son dernier propriétaire, jusqu'au moment où l'édifice fut détruit, pendant la Révolution française.

Emplacement[modifier | modifier le code]

Au sommet du village, les ruines du château du marquis de Sade, pillé à la Révolution.

Il est posé sur le sommet d'une extension du flanc nord du petit Luberon sur laquelle est regroupé le village. Cette position offre à ses occupants de superbes vues sur la vallée du Calavon, les Monts de Vaucluse avec en arrière-plan le Mont Ventoux et les Alpes, mais aussi sur le village de Bonnieux que l'on aperçoit sur une proche colline.

Histoire[modifier | modifier le code]

Château de Lacoste
Vue aérienne du château et du village de Lacoste

Son origine est du XIe siècle[1], mais il a été largement modifié par la suite.

Il est longtemps resté la propriété de la famille des Simiane issue de la maison d’Agoult[2].

Deux hypothèses s'affrontent quant au passage des Simiane aux Sade.

Le marquis de Sade y séjourna de 1769 à 1772, entre le scandale d'Arcueil et celui de Marseille, puis après celui-ci et sa fuite en Italie, s'y réfugia jusqu'à son incarcération au donjon de Vincennes en 1777. Évadé lors de son transfert à Aix, il s'y réfugiera une dernière fois du 16 juillet au 7 septembre 1778 avant d'être reconduit à Vincennes.

C’est en 1772 qu'il fit ici son plus long séjour, au cours duquel il se fit construire dans son château un théâtre pouvant accueillir 120 spectateurs à chaque représentation. Tout au long de ses internements, il aura pour La Coste « un attachement extraordinaire », comme en témoigne sa correspondance, en particulier avec Gaufridy, notaire d'Apt qui s'occupe de ses affaires et biens en Provence.

À la Révolution, le château est vandalisé et détruit en grande partie, en septembre 1792. Les matériaux qui le composaient sont revendus pour d'autres constructions. Sade, qui est alors à Paris et membre de la section des Piques, est au désespoir : « Quelle perte ! Elle est au-dessus de l'expression. [...] Je suis au désespoir ! »[3]

Criblé de dettes, en l’an IV de la République[4], Sade est contraint de vendre le château[5] et ses terres à Rovère, député du Vaucluse, natif de Bonnieux, qui entend « fonder une sorte de dynastie »[6] dans la région. Mais le grand projet de prospérité du député fera long feu, puisqu'il sera victime du coup d'État du 18 fructidor, et sera déporté en Guyane où il mourra à Sinnamary en 1798.

Le , Maître André rédige l'acte de vente du domaine de Lacoste au Sieur Pierre Grégoire, menuisier et agriculteur. Le château est acheté pour la somme de douze cent francs à Madame Marie de Belmont, veuve Rovère : « en ruine... sans portes, fenêtres ni fers et couvert en partie avec dépendances quelconques en terre labourable, hermes et rochers... »[7].

En 1952, André Bouer, professeur des collèges, en devient propriétaire et se consacre alors à sa restauration[1].

Le , le château est inscrit au titre des monuments historiques[8]. En 2001, Pierre Cardin l'achète[1]. Le château est actuellement en cours de rénovation.

Chaque année en été, le célèbre couturier y organise, dans les carrières à l'ouest du château, le festival de musique de Lacoste[9].

Le château dans l'art[modifier | modifier le code]

Le Divin marquis avait décrit son château dans « La Marquise de Ganges » et dans « Les cent vingt journées de Sodome » sous le nom de château de Silling.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Page du château sur le site de l'office de tourisme
  2. « Château de Lacoste » (consulté le 10 juin 2015)
  3. Cité par Jean-Jacques Pauvert, Sade vivant, Éditions Le Tripode, 2013, p. 828.
  4. Ce qui correspond à l'année 1796.
  5. Il était devenu pour lui « ce caprice de la nature ».
  6. Jean-Jacques Pauvert, Sade vivant, p. 974. Sur les détails compliqués de cette vente du château par Sade, voir le chapitre « Obsessions et châteaux de sable », p. 974-980.
  7. [actes n°133 et 134 (7 folios) AD Vaucluse 3E20 374
  8. Notice no PA00082229, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. www.festivaldelacoste.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Avignon, 1876.
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1986.
  • Henri Fauville, La Coste – Sade en Provence, Édisud, Aix-en-Provence, 1984

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]