Château de La Barben

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de La Barben
Image illustrative de l’article Château de La Barben
Château de La Barben
Début construction XIIe siècle
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire initial Famille de Pontevès
Propriétaire actuel Vianney Audemard d'Alançon[1]
Protection Logo monument historique Classé MH (1984)
Coordonnées 43° 37′ 40″ nord, 5° 12′ 21″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Blason région fr Provence-Alpes-Côte d'Azur.svg Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département
Blason département fr Bouches-du-Rhône.svg
Bouches-du-Rhône
Commune Blason de la ville de La Barben (13).svg La Barben
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Château de La Barben
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de La Barben

Le château de La Barben est situé sur la commune de La Barben dans le département des Bouches-du-Rhône. Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [2].

Historique[modifier | modifier le code]

Dans le cartulaire de l'Abbaye Saint-Victor de Marseille, le castrum de La Barben est déjà mentionné en 1009 ; on ne connaît pas sa date de construction, probablement antérieure à l'an mil.

Il fut la propriété de la famille de Pontevès. Au XVe siècle, il appartient au roi René ; ce dernier le vend en 1474 à Jean II de Forbin, frère de Palamède de Forbin, dit le Grand, qui fut l'artisan de la réunion de la Provence à la Couronne de France en 1482. Il resta la propriété des marquis de Forbin pendant près de cinq cents ans. Le , il eut à souffrir gravement de la révolte des Cascaveous.

La princesse Pauline Borghèse (née Bonaparte, sœur de Napoléon) y vécut des amours tumultueuses avec Auguste de Forbin[3].

En 1963, le nouveau propriétaire, André Pons, ingénieur agricole, l'habite avec sa famille et l'ouvre au public dès 1965. Il crée en 1971 le zoo de La Barben. Ses descendants habitent encore le château au début du XXIe siècle.

« Rocher Mistral »[modifier | modifier le code]

Le , le château est racheté par Vianney Audemard d'Alançon qui a le projet d'y faire des spectacles historiques, comme il l'a fait au château de Saint-Vidal en Haute-Loire qu'il a acheté en 2016[4],[5]. Le propriétaire, proche des milieux catholiques traditionalistes, dispose de soutiens financiers parmi les membres des familles Michelin, Deniau et Dassault[6].

Le projet de complexe touristique au château de la Barben divise. Les riverains réunis en association s’inquiètent de la démesure du projet « Rocher Mistral »[7], qu'ils perçoivent comme une « exaltation de la “Provence blanche”, royaliste et catholique, dans une intention prosélytique évidente et revendiquée »[8]. Le contenu des scénarios proposés aux visiteurs est également critiqué par plusieurs historiens, car ils présentent des faits historiquement incorrects[8]. Les travaux donnent lieu à des contestations, notamment de la part de France nature environnement[6].

Le parc est inauguré le en présence de Renaud Muselier, président de la région, et de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du tourisme[9]. Il ouvre ses portes au public le lendemain, et espère attirer 150 000 visiteurs dès sa première année d'exploitation[10].

Le parc est soutenu financièrement par le propriétaire du groupe Média participations et subventionné à hauteur de 7 millions d'euros par la région et le département[8].

Description[modifier | modifier le code]

Les tours médiévales, vers 1650 sont devenues des pavillons coiffés de merlons et de mâchicoulis[11].

Les jardins du château sont, dit-on, « les plus beaux de Provence » et dessinés par Le Nôtre, créateur des jardins de Versailles.

C'est un jardin régulier avec deux poternes d'entrée, une allée de platanes, un dessin ordonnancé avec des portiques, une rivière, quatre bassins, deux fontaines, des terrasses.

Protection[modifier | modifier le code]

Le château[12] et le jardin ont été classés monument historique le par le ministère de la Culture[13].

Voir à proximité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rocher Mistral », sur societe.com
  2. Notice no PA00081199, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Benjamin Constant Lettres de Benjamin Constant à Madame Récamier sur Google Livres,1814, lettre VI, p. 16.
  4. Après le château de Saint-Vidal, Vianney d’Alençon rachète celui de La Barben dans les Bouches-du-Rhône, Le Progrès, Édition Haute-Loire, mis en ligne le 12 févr. 2020.
  5. Marc Baudriller, Vianney d'Alançon, ambitieux repreneur du château de La Barben, Challenges, mis en ligne le 23 février 2020.
  6. a et b Gilles Rof, « Vent de fronde contre le « Puy-du-Fou provençal » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2021)
  7. Jérémy Noé, « Le méga complexe touristique de La Barben divise », sur lamarseillaise.fr, .
  8. a b et c Stéphanie Harounyan, « Parc à thème provençal: à La Barben, un château dans le fiel », sur Libération, (consulté le 17 juillet 2021)
  9. « Le Rocher Mistral, « Puy du Fou provençal » a ouvert », sur www.20minutes.fr (consulté le 2 juillet 2021).
  10. « Qu'est-ce que Rocher Mistral, le "Puy du Fou" provençal? », sur BFMTV (consulté le 2 juillet 2021).
  11. Nicolas Faucherre, « La fin du château fort », Dossiers d'archéologie, no 404,‎ , p. 71 (ISSN 1141-7137).
  12. « Château fort », notice no IA13000219, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « jardin du château », notice no IA13001029, base Mérimée, ministère français de la Culture pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Mahue (sous la direction de), Les Forbin au XVIIIe siècle, fastes et rayonnement d'une famille provençale, Actes de la Journée d'Etude du , Hôtel de Ville d'Aix-en-Provence, PixArt, Venise, 2018, 128 p.
  • Alexandre Mahue, Le Château de la Barben, Mille ans d'Art et d'Histoire, Cardère Editions, Avignon, 2018, 96 p., (ISBN 978-2-9555651-3-1)
  • Alexandre Mahue, Regards du passé. Les 250 portraits de la famille de Forbin, Cardère Éditions, 2019, 336 p.
  • Charles-Laurent Salch et Anne-Marie Durupt, Nouvel Atlas Châteaux et fortifications des Bouches-du-Rhône (13), Strasbourg, Châteaux-forts d'Europe, , 156 p. (ISSN 1253-6008)
    N°46/47/48, 2008 Barben, p. 24-25
    Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal, 1978, reprint 1991 (ISBN 978-2-86535-070-4)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Pages 102-103 Barben (La)
    Librairie Hachette et société d'études et de publications économiques, Merveilles des châteaux de Provence, Paris, Collection Réalités Hachette, , 324 p.
    Préface du Duc de Castries vice-président de l'Association des Vieilles maisons françaises : Basse Provence : La Barben, Château La Barben, pages 84 à 89

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]