Château de Jovelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Jovelle
Image illustrative de l’article Château de Jovelle
Vues depuis le sud-est, les ruines du château de Jovelle et de sa chapelle.
Type Château
Début construction XIIIe ou XIVe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Destination initiale Château fort
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1948)
Coordonnées 45° 21′ 40″ nord, 0° 25′ 55″ est
Pays Drapeau de la France France
Région administrative Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Localité La Tour-Blanche
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
(Voir situation sur carte : Dordogne)
Château de Jovelle
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Jovelle

Le château de Jovelle est un château français en ruines implanté sur la commune de La Tour-Blanche dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Il fait l'objet d'une protection au titre des monuments historiques.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les ruines vues du nord-est.

Le château de Jovelle se situe au nord-ouest du département de la Dordogne. sur la commune de La Tour-Blanche, au nord de la route départementale 84, entre Verteillac et La Tour-Blanche.

C'est une propriété privée.

En partie masquées par la végétation qui a pris possession des lieux, les ruines du château sont inscrites au titre des monuments historiques le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Jovelle est un château fort dont la construction remonte au XIIIe ou XIVe siècle[1].

Au XIVe siècle, lors de la guerre de Cent Ans, il aurait servi de logement au Prince noir. Au siècle suivant, il abrite durant plusieurs mois le quartier général du roi de France, Charles VII[1].

Le logis a été remanié au XVIIe siècle[2].

À la Révolution, une partie importante des remparts est détruite[3].

Architecture[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle, précédé par un châtelet d'entrée, le château était un ensemble fortifié, ceint de remparts, qui comprenait un logis, une chapelle, un donjon et des tours[3].

Au XXe siècle, hormis ceux qui entourent la cour, principalement côté sud, les remparts ont disparu[1]. À l'est, partie la moins délabrée, la chapelle romane présente une chambre de défense[2]. Son chevet est percé d'une archère et d'une baie gothique géminée[3]. Dans la cour subsiste un puits du XVIIe siècle[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Château de Jovelle », notice no PA00083023, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 27 février 2012.
  2. a et b « Notice du château de Jovelle », notice no IA24000892, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 27 février 2012.
  3. a b et c Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 146, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :