Château de Harlech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le pays de Galles image illustrant un château
Cet article est une ébauche concernant le pays de Galles et un château.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Château de Harlech
Image illustrative de l'article Château de Harlech
Nom local Harlech Castle
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Architecte Jacques de Saint-Georges
Début construction 1283
Fin construction 1289
Propriétaire initial Édouard Ier d'Angleterre
Protection Patrimoine mondial Patrimoine mondial (1986)
Coordonnées 52° 51′ 36″ nord, 4° 06′ 33″ ouest
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles
Localité Harlech

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Château de Harlech

Géolocalisation sur la carte : Gwynedd

(Voir situation sur carte : Gwynedd)
Château de Harlech

Le château de Harlech est un château situé à Harlech au pays de Galles. Il est inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco via la dénomination des Châteaux forts et enceintes du roi Édouard Ier dans l'ancienne principauté de Gwynedd.

Commencé lors de la deuxième campagne d'Édouard Ier au pays de Galles, le château fut construit entre 1283 et 1289. Du haut de son rocher à 60 mètres d'altitude, il domine la mer et offre de belles perspectives sur les montagnes environnantes. Sa position protégée de la mer, ses murs et « plates-formes d'artillerie » assuraient sa défense.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès 1294, le château doit faire ses preuves avec un siège mené par le gallois Madog ap Llywelyn, en rébellion contre le roi d'Angleterre. Le château résista avec succès. En 1323, le roi Édouard II ordonna le renforcement des murailles.

En 1400 une révolte conduite par Owain Glyndŵr, éclata dans tout le pays de Galles contre l'autorité anglaise. En 1403 seuls quelques châteaux, dont Harlech, résistaient aux rebelles, mais la garnison du château, sous-équipée, se rendit rapidement fin 1404. Harlech devint la résidence et le quartier général de Glyndwr ; il y tint son second Parlement en août 1405. En 1408 les forces anglaises menées par le futur Henri V d'Angleterre assiégèrent le château. Les forces d'Edmond Mortimer furent surpassées et les murailles considérablement détruites. Harlech tomba en février 1409.

Harlech fut impliqué au milieu du XVe siècle dans la guerre des Deux Roses. En 1460, la reine Marguerite d'Anjou s'y réfugia suite à la défaite lancastrienne à Northampton. Entre 1461 et 1468 le château fut aux mains des forces lancastriennes de Dafydd ap Ieuan, contre le roi yorkiste Édouard IV. Grâce à ses défenses naturelles et la route de ravitaillement par la mer, Harlech résista à tous les assauts, devenant la dernière place forte aux mains des forces de Lancastre ainsi qu'une base pour les raids lancastriens. En 1466, Sir Richard Tunstall mena des attaques depuis les montagnes de Harlech et Jasper Tudor débarqua avec des renforts français en 1468, avant de mener un raid sur la ville de Denbigh. L'arrivée de Tudor força Édouard IV à mobiliser près de 10 000 hommes pour qu'enfin le château se rende le 14 août 1468.

La Première guerre civile anglaise éclata en 1642 entre les forces royalistes de Charles Ier et les Parlementaires. Harlech semble ne pas avoir été réparé après le siège de 1468, et était ainsi facile à prendre. En 1644 le prince Rupert du Rhin nomma le colonel William Owen connétable du château, qui reçut l'ordre de le réparer. Un long siège eut ensuite lieu de juin 1646 au 15 mars 1647, lorsque la garnison des 44 hommes se rendit au parlementaire Thomas Mytton. Les Parlementaires ordonnèrent ensuite sa destruction afin de le rendre inutilisable aux royalistes. Les pierres du château furent ensuite réutilisées pour la construction de nouvelles habitations dans la ville.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :