Château de Fooz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Fooz
Architecte X? et Paul Saintenoy
Début construction fin XVIIe siècle
Fin construction 1910
Propriétaire initial Albert de Tamison
Destination actuelle Habitation privée
Protection non classée
Coordonnées 50° 24′ 44″ nord, 4° 53′ 07″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Ville Namur

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Château de Fooz

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

(Voir situation sur carte : Province de Namur)
Château de Fooz

Le château de Fooz est situé à Wépion en province de Namur (Belgique). Les terres du château appartenaient à l'hôpital Saint-Jacques de Namur, elles furent vendues à Albert de Tamison pour une rente de 23 florins en 1623 et celui-ci y construit un château de plaisance accompagné de deux pavillons. Cet ensemble est représenté par Remacle Le Loup dans Les Délices du Pays de Liège en 1738.

Le domaine fut ensuite vendu en 21 février 1736 à Thomas Maloteau président du Conseil provincial [1]. L’année suivante il remboursa à l’hôpital le capital de 366 florins. Ses terres et au-delà furent érigés en seigneurie hautaine par un acte de 1753 et confirmé par patentes de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche en 1755 pour 1550 florins. La seigneurie fut à nouveau vendu en 1793 à Lambert-Alexis de Montpellier, il transforma le jardin à la française en jardin à l'anglaise, il y plaça notamment un des premiers Magnolia tripetala du pays, ses héritiers vendirent le domaine.

C'est le 4 octobre 1835 que le médecin Maximilien-Josephe Janmart acquit le domaine. Le domaine était constitué du château, des bâtiments de ferme, remises, écuries, étables, granges, jardins, bois, prairies et terres labourables sur 77 bonniers 33 perches et 27 aunes [2]. Depuis lors il est resté dans sa descendance.

Le château a subi d'importantes modifications aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Par exemple, en 1910 Paul Saintenoy reçut comme commande la réalisation d'une extension côté Meuse, qu'il réalisa dans l'esprit de Viollet-le-Duc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Société Archéologique de Namur, Tomes 22, 1895-1898, p386
  2. Archive de l’État Namur, Notaire Logé, n°2976, acte 253