Château de Fénelon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Fénelon
Image illustrative de l'article Château de Fénelon
Le château de Fénelon, vu de l'ouest.
Type Forteresse
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire actuel Privé
Destination actuelle Propriété privée
Protection  Inscrit MH (1927)
Logo des sites naturels français Site inscrit (1951)
Logo monument historique Classé MH (1962)
Site web http://www.chateau-fenelon.fr
Coordonnées 44° 50′ 32″ N 1° 21′ 01″ E / 44.842278, 1.35033344° 50′ 32″ Nord 1° 21′ 01″ Est / 44.842278, 1.350333
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Périgord
Région administrative Aquitaine
Département Dordogne
Commune Sainte-Mondane

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Fénelon

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Château de Fénelon
FENELON. Le donjon et la galerie-cloître

Le château de Fénelon est un château français implanté dans la commune de Sainte-Mondane dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine. Il a été bâti au XIIe siècle et modifié aux XIVe, XVIe et XVIIe siècles.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le château de Fénelon sur les hauteurs dominant la vallée de la Dordogne

Le château de Fénelon se situe en Périgord noir, au sud-est du département de la Dordogne. Dominant la vallée de la Dordogne, il est implanté sur une hauteur, un kilomètre à l'est du village de Sainte-Mondane, dans un site inscrit depuis 1951 sur plus de 14 hectares[1]. C'est une propriété privée, ouverte à la visite[2].

Inscrit aux monuments historiques en 1927, il est classé en 1962. Trois dépendances extérieures au château sont également inscrites depuis 1962 : la ferme de la Condamine, la maison de la nourrice et la métairie de Fraysange[3].

FENELON. Le cloître

Histoire[modifier | modifier le code]

Les parties visibles les plus anciennes du château remontent au XIIe siècle[3] mais un premier château existait déjà autour de l'an 1000[4].

Le château deviendra un repère cathare au XIIe siècle et au XIIIe siècle. En 1360, de par le traité de Brétigny, le château devient inféodé à la couronne d'Angleterre. En 1375, les Français s'en emparent[5].

Le futur archevêque de Cambrai, François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon naît au château en 1651[6].

À la Révolution française, le château sert de magnanerie[5].

En 1966, après le passage d'un avion supersonique, l'une des tours de l'enceinte sud s'écroule[6].

Architecture[modifier | modifier le code]

FENELON. Premier châtelet

Une première enceinte s'ouvre à l'ouest par un châtelet d'entrée[7]. À l'est, un second châtelet, complètement à l'opposé du premier, permet de franchir la deuxième enceinte[8]. La lice entre les deux enceintes ne présente aucun abri éventuel pour des assaillants qui seraient parvenus à franchir la première enceinte. Le passage du premier châtelet vers le second ne pouvant s'effectuer que par la gauche, les assaillants sont obligés, dans leur progression, de présenter aux défenseurs leur côté droit, non protégé par le bouclier[9]. Les deux châtelets, pourvus de mâchicoulis, possèdent chacun une bretèche et une canonnière[7],[8].

Au sud, une troisième enceinte protégeait la basse-cour[9].

Le château lui-même présente plusieurs tours circulaires et ses toits ont conservé leur couverture en lauzes[6]. L'accès s'effectue au nord-est par un pont-levis. Initialement, ce pont-levis était accessible par un talus remplacé au XVIIe siècle par un escalier double[10]. Au-delà s'ouvre une cour, à l'est de laquelle se trouve, dans une tour, la chapelle du XIIIe siècle[11]. Dans cette cour, un puits profond de 90 mètres, dont l'édification remonte aux mérovingiens, a permis l'approvisionnement en eau du château jusque dans les années 1950[12].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Château de Fénelon et ses abords sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 16 septembre 2010
  2. Château de Fénelon sur Best of Périgord. Consulté le 16 septembre 2010.
  3. a et b « Château de Fénelon », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Site internet du château
  5. a et b Sur place, panneau d'information Historique
  6. a, b et c Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 111, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X)
  7. a et b Sur place, panneau d'information n° 1 : Le premier Châtelet - XVIe siècle
  8. a et b Sur place, panneau d'information n° 10 : Le deuxième Châtelet - XVIe siècle
  9. a et b Sur place, panneau d'information n° 2 : Le système défensif du château
  10. Sur place, panneau d'information n° 14 : Façade nord - Entrée - XIVe - XVIIe s.
  11. Sur place, panneau d'information n° 26 : La Chapelle
  12. Sur place, panneau d'information n° 16 : Le puits

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Lagrange (et al.), Le Périgord des mille et un châteaux, p. 202-205, Pilote 24 édition, Périgueux, 2005 (ISBN 978-2-912347-51-0) ; p. 352
  • Le guide des châteaux de France - Dordogne, p. 116, Hermé, Paris, 1985 (ISBN 978-2-86665-006-3) ; p. 139
  • Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 111, éditions Sud-ouest, Bordeaux, 1996 (ISBN 978-2-87901-221-6) ; p. 316

Articles connexes[modifier | modifier le code]