Château de Fécamp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Château de Fécamp
Image dans Infobox.
Vestige de la basse-cour nord depuis la motte castrale.
Présentation
Type
Fondation
Xe siècle-XIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Style
Patrimonialité
État de conservation
En ruine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le château de Fécamp est un ancien château fort construit sur motte, du Xe siècle, aujourd'hui en ruines, dont les vestiges se dressent sur la commune de Fécamp dans le département de la Seine-Maritime, en région Normandie.

Les ruines de l'ancien château font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Les ruines sont situées à proximité de l'église abbatiale de la Trinité de Fécamp, dans le département français de la Seine-Maritime.

Historique[modifier | modifier le code]

Fécamp fut un lieu de résidence précocement privilégié par les premiers ducs de Normandie, peut-être dès Guillaume Longue-Épée et sûrement avec ses successeurs Richard Ier de Normandie et Richard II qui ont encore leur sépulture dans l'abbatiale de la Trinité. Le lieu est alors commandé par un Prafectus Fiscannensis Castri[2].

Selon Dudon de Saint-Quentin, Richard Ier naît vers 932, entre les murs du « Fiscanni castri », du château de Fécamp[3].

Le lieu fut délaissé au profit de Caen avec Guillaume le Conquérant et Robert le Magnifique, et n'est plus mentionné après 1162[4].

Description[modifier | modifier le code]

Le site du château a été très endommagé et ce encore au XIXe siècle avec l'ouverture d'une vaste tranchée destinée à la voie ferrée.

Les fouilles effectuées ont permis de reconnaître certains éléments du plan de la construction, ainsi que l'existence de deux phases dans celle-ci, une construction en bois puis une construction de pierre ayant pris appui sur le rempart au XIe siècle.

L'enceinte de palissades, reprise sous Richard II au début du XIe siècle, devait présenter au moins une tour rectangulaire de flanquement elle aussi en bois[5].

Le château appartenait à un ensemble incluant les constructions de l'abbaye.

Au XIIe siècle, un donjon de plan carré, dont il ne reste plus de traces, consolida la construction.

Visite[modifier | modifier le code]

Le château est uniquement visible de l'extérieur, juste en face de l'abbatiale de la Trinité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ruines de l'ancien château », notice no PA00100658, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Bernard Beck, Châteaux forts de Normandie, Rennes, Ouest-France, , 158 p. (ISBN 2-85882-479-7), p. 17.
  3. Stéphane William Gondoin, « Les châteaux forts au temps de Guillaume le Conquérant », Patrimoine normand, no 94,‎ juillet-août-septembre 2015, p. 36 (ISSN 1271-6006).
  4. Mondes normands.
  5. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : De la défense à la résidence, t. 1. Les organes de la défense, Paris, Éditions Picard, , 2e éd. (1re éd. 1991), 376 p. (ISBN 978-2-7084-0961-3), p. 36.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie Renoux (préf. Marie-Hélène Desjardins-Ménégalli), Le palais ducal de Fécamp : ses antécédents et ses prolongements, Fécamp, Musée municipal de Fécamp, coll. « Collections des catalogues des Musées municipaux de Fécamp » (no 6), , 39 p. (OCLC 462204004)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]