Château de Dyo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Dyo
Image illustrative de l'article Château de Dyo
Les vestiges du château de Dyo.
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction Fin XIe siècle ?
Propriétaire initial Hugues Damas de Semur
Destination initiale Résidence seigneurial
Propriétaire actuel Propriété privée
Destination actuelle Fermé au public
Coordonnées 46° 21′ 19″ Nord 4° 16′ 12″ Est / 46.35527778, 4.27
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Duché de Bourgogne
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Commune Dyo

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château de Dyo

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Dyo

Le château de Dyo, est un ancien château fort, probablement de la fin du XIe siècle, centre de la seigneurie de Dyo, qui se dresse sur la commune de Dyo dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Dyo est située dans le département français de Saône-et-Loire sur la commune de Dyo,sur une butte, dans le village, le long de la route de Charolles à la Clayette.

Histoire[modifier | modifier le code]

La tour-porche.

L'occupation du site paraît remonter à l'époque carolingienne.

À la fin du XIe siècle[1] le fief aurait été donné à Hugues de Damas de Semur en partage avant son départ à la croisade en 1118[1].

En 1262[1], le château est mentionné pour la première fois lors de son acquisition par Héloïse, dame de Luzy.

En 1336, à la suite du mariage de Guyot de Dyo avec Alix Palatin, les Dyo ajoutent à leur patronyme celui de Palatin. Au milieu du XVIIe siècle, par mariage, Marie-Élisabeth Palatin de Dyo apporte la seigneurie à Louis-Antoine-Hérard Damas d'Anlezy.

Les Dyo (également orthographié « Dio ») conserveront la seigneurie jusqu'à la fin du XVIe siècle[1] ; elle passe alors par mariage à la famille de Damas d'Anlezy ; le château n'est pas habité.

En 1789, Marie-Angélique de Gassion, veuve de Louis Damas d'Anlezy, en est propriétaire. Il est vendu en 1794[1] comme bien national. Au XVIIIe siècle, le château tombe en ruines.

Au milieu du XXe siècle le donjon et une partie des fortifications ont été restaurés.

La maison forte de Lavaux située également sur la commune de Dyo relevait à l'origine du château de Dyo.

Description[modifier | modifier le code]

De la vaste enceinte ovale qui ceignait autrefois l'ensemble du sommet de la butte, il ne reste aujourd'hui que des pans de la partie méridionale, qui fut peut-être le château proprement dit. On distingue encore les bases des trois tours circulaires. À l'ouest se dresse une haute tour-porche de plan presque carré, percée de rares ouvertures et qui paraît avoir été bâtie au XIIIe siècle. En 1816[1], l'ensemble comme le montre un dessin de l'époque était encore pratiquement intacte.

Des maisons d'habitation et des granges, certaines étant fondées sur les bases des murailles, ainsi que des potagers occupent l'enceinte.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vignier Françoise (sous la dir. de) : Le Guide des Châteaux de France, 71 Saône-et-Loire, Éditions Hermé, Paris, 1985.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Jean-Marie Jal, Les châteaux du Brionnais Xe ‑ XVIIIe siècle Histoire et patrimoine rural en Bourgogne du Sud no 7, Les Éditions du Centre d'études des patrimoines - Pays Charolais-Brionnais, Saint-Christophe-en-Brionnais, 2013, (ISBN 979-10-91041-01-0), p. 37.