Château de Dortan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Dortan
Image illustrative de l’article Château de Dortan
Le château de Dortan en 2006.
Type Manoir
Début construction XVe siècle
Propriétaire initial Famille de Dortan
Propriétaire actuel Communauté de communes Haut Bugey
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1997)[1]
Coordonnées 46° 19′ 03″ nord, 5° 39′ 36″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bugey
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Commune Dortan
Géolocalisation sur la carte : Ain
(Voir situation sur carte : Ain)
Château de Dortan
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Dortan

Le château de Dortan est un manoir des XVe – XVIe siècle[3] remanié au XVIIIe siècle et restauré au XIXe siècle, centre de la seigneurie de Dortan, qui se dresse sur la commune de Dortan dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il succède à un ancien château fort élevé probablement au XIIe siècle. De par sa position le château eut à subir de nombreuses attaques dont celle des troupes de Richelieu en 1637[4].

Le château y compris ses parties souterraines, avec l'esplanade ouest et le jardin sur terrasse au sud, le parc et son mur de clôture, le bâtiment de commun et le moulin-pompe font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Dortan est situé dans le département français de l'Ain sur la commune de Dortan. Situé dans une position clef pour le Bugey, longtemps Savoyard, le château défendait la frontière avec le comté de Bourgogne, au niveau de l'axe Lyon-Saint-Claude[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge et époque moderne[modifier | modifier le code]

Armes de la famille de Dortan.

Le château a appartenu pendant plus de 530 ans à la famille de Dortan[5]. On trouve des traces de l'origine de cette famille en 1180 et 1200[6]. Elle devait son fief de Dortan à l'abbé de Saint-Claude[6].

La seigneurie avec château fort est la possession dès la fin du XIIe siècle[7], de gentilshommes qui en portaient le nom et dont les plus anciens connus sont Lambert de Dortan, chevalier, et Geoffroy, son frère, qui firent une donation à la chartreuse de Portes.

Renaud, fils de Humbert, seigneur de Dortan, qui vivait de 1320 à 1347, fit construire en 1320[7],[3] la grosse tour de son château. Humbert V, sire de Thoire-Villars souhaite alors la détruire, prétendant que Renaud ne pouvait la faire construire, ni fortifier sa maison, sans son consentement dans la mesure où il possédait la justice haute, moyenne et basse sur le château de Dortan. Quant à Renaud, il soutenait, que bien que le sire de Villars en ai la justice, qu'il n'avait besoin de son accord tenant le château en fief de l'abbé et seigneur de Saint-Claude. Les seigneurs de Dortan en devaient le fief et l'hommage à l'abbé de Saint-Claude, et s'en virent décharger par la suite en considération des grandes assistances que l'abbé et le monastère avaient reçu des sires de Dortan[8].

Le différend fut porté devant Guillaume Ier de Sure archevêque et comte de Lyon, qui arbitra en son château de Pierre Scize à Lyon le mardi après la fête de la Madeleine en 1339 en présence de Thibaud de Chaumont, chanoine en l'église et comte de Lyon, d'Humbert de Gigny, sacristain de Saint-Paul de Lyon, d'Hugues seigneur de Cousan et de Thomas de Glareins, chevalier, en faveur du seigneur de Dortan, déclarant qu'il avait pu faire construire la dite tour sans la licence du sire de Villars, qu'il pouvait la hausser si bon lui semblait, creuser des fossés autour de sa maison et s'en servir pour faire la guerre à ses ennemis[8],[9].

En 1637[7], pendant les guerres de Franche-Comté, Louis de Dortan et son fils Philippe-François, prirent le parti des Comtois contre les troupes du roi Louis XIII. Pour les punir de leur félonie, un arrêt ordonna que leur terre soit confisquée, leur château patrimonial rasé, son sol labouré et semé de sel. Les deux coupables furent condamnés à être pendus ; mais l'exécution n'eut lieu qu'en effigie l'année suivante[Note 1].

Le [7], le roi, revenant sur l'arrêt, fit don au sieur de Reydellet, chevau-léger de la compagnie de sa garde, en récompense de ses bons services, du château et de la terre de Dortan, lequel, deux mois après, fit cession, moyennant finance, de tous ses droits aux anciens propriétaires.

Le château de Dortan et la seigneurie revint à une autre branche des Dortan[6], les seigneurs du Marteray et de la Barre en Dauphiné[5], lorsqu'en 1658 Jean-Philibert de Dortan les rachète[10].

En 1696, François de Dortan, fils de Gaspard de Dortan seigneur de Dortan et du Marterey, qui avait commis des méfaits à Oyonnax à la tête d'une troupe armée, est condamné[Note 2] par le parlement de Dijon à raser son château de Dortan et à semer du sel sur ses terres[10].

La terre resta dans la famille de Dortan jusqu'au [7], époque où Jean-François de Dortan, grand chantre, chanoine-comte de Lyon, héritier substitué d'autre Jean-François de Dortan, seigneur dudit lieu, décédé à Strasbourg, le [7], la vend à Pierre Gaulthier, écuyer, seigneur de Pusignan, ancien échevin de Lyon[5], conseiller et secrétaire du roi[11]. Son fils lui succède jusqu'à sa mort en 1787[7]. Il est connu sous le nom de M. d'Uffelle et était un des amis de Voltaire qui vint le visiter à Dortan. Durant ces visites il faisait jouer au château ses pièces de théâtre et assista, dit-on, à la première représentation de sa tragédie de Tancrède.

Le château passa ensuite par succession de M. d'Uffelle à Claret de Fleurieu, ministre de la marine, qui décèdera en 1810[7]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Gaspard le frère de Claret de Fleurieu, vend en 1822 le château à divers propriétaires avant qu'il ne soit acquis en 1858[7] par un industriel lyonnais ; M. Noël Le Mire qui reconstruit la tour sud, aménage une nouvelle chapelle[11] et restaure le château[Note 3].

Le château est vendu par les héritiers de Noël Le Mire en 1898 aux Richoux, puis aux Roux[11].

Au cours du massacre de Dortan en 1944, le château de Dortan sert de quartier général aux troupes allemandes, établies dans le village depuis le . Des habitants de Dortan y seront détenus, torturés et exécutés[12].

En 1973 le château est vendu à M. Marius Rollet[11], qui y emménage après le que château soit resté inoccupé pendant 18 ans[13].

Description[modifier | modifier le code]

Le château était à l'origine une forteresse. Les parties les plus visibles sont deux grosses tours carrées, la première au sud et la seconde au nord[9].

La première tour du château au sud, fut un donjon datant du Moyen Âge, mais le bâtiment d'origine a été détruit en 1637[13]. Cette tour est bâtie sur un affleurement rocheux[9]. La seconde au nord date des XVe – XVIe siècle[1].

L'ensemble fut remanié au XVIIIe siècle pour en faire une demeure de plaisance[1]. Il est composé de deux corps de logis principaux séparés par une cour intérieure, fermée par les tours nord et sud, et dont les parties hautes remontent aux XIXe siècle. Le bâtiment des cuisines est du XIVe siècle. Le dernier étage de la tour sud flanquée d'échauguettes est occupé par la chapelle[11]. Elle a été réalisée par Louis Sainte-Marie Perrin en 1864 dans un style néo-gothique[1].

On remarque à l'intérieur du château une salle d'arme avec une belle cheminée gothique, et à l'extérieur, un jardin à la française dans un grand parc abritant une source vauclusienne dite la source bleue, explorée sur 225 m jusqu'à une profondeur de −50 m, et qui fait toujours l'objet d'exploration spéléologique[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au XIXe siècle, dans les papiers conservés, dans les archives de Dortan, un acte par huissier, réclamait, au nom du bourreau, le prix de la main-d’œuvre.
  2. Condamnation que ses héritiers parviendront à éluder avec la vente du château et la seigneurie quelques années plus tard.
  3. Les travaux furent dirigés par l'architecte M. Louis Sainte-Marie Perrin, gendre et élève de M. T. Desjardins, architecte en chef de la ville de Lyon.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Château de Dortan », notice no PA01000005, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. a et b Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 423.
  4. Armand Jean du Plessis duc de Richelieu, M. Petitot (Claude-Bernard), Alexandre Petitot, Mémoires du cardinal de Richelieu, sur le règne de Louis XIII sur Google Livres, Foucault, 1823, page 422.
  5. a b c et d LA CHENAYE-DESBOIS sur Google Livres, Edition 2 Tome 5 page 622 et 629
  6. a b et c Société Le Bugey sur Gallica, Bulletin trimestriel de la société scientifique, historique et littéraire, janvier-avril 1911, page 460
  7. a b c d e f g h et i Topographie historique du département de l'Ain 1873, p. 135.
  8. a et b Samuel Guichenon, Histoire de Bresse et de Bugey : Partie 2 : Contenant les fondations des Abbayes, Prieurez, Chartreuses, Egliſes Collegiales & les Origines des Villes, Chaſteaux, Seigneurs & principaux Fiefs, Lyon, Jean Antoine Huguetan & Marc Antoine Ravaud, , 109 p. (notice BnF no FRBNF30554993, lire en ligne), p. 54, seconde partie,.
  9. a b et c M. l'abbé de Ferroul-Montgaillard, Histoire de l'abbaye de St-Claude: depuis sa fondation jusqu'à son érection en évêché, Volume 2 sur Google Livres, article "Description du château de Dortan", page 217.
  10. a et b Debombourg, Professeur au Collège, chargé du classement des archives de l'arrondissement de NantuaGuizot collection of pamphlets, Volume 20 sur Google Livres, 1833, section Arbent, Dortan, Veyziat, Bouvent ; publié sous les auspices de M. le comte de Coëtlogon préfet du département de l'Ain, imprimerie Arêne, Nantua.
  11. a b c d et e Info château : Dortan sur jctruffet.com consulté le 21/09/2013.
  12. Alexandre Tachdjian et Jean Deguerry à la commémoration du 21 juillet 1944 à Dortan.
  13. a et b La vie de Château, dans la Voix du Jura, le 19 septembre 2002.
  14. Bulletin municipal de Dortan, Janvier 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]