Château de Conros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Château de Conros
Image illustrative de l'article Château de Conros
Façade sud du château
Période ou style Médiéval, baroque
Type Château
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Astorg d'Orlhac
Destination initiale Habitat seigneurial
Propriétaire actuel Famille Mongon
Protection  Inscrit MH (1991)
Site web http://www.chateau-conros.com
Coordonnées 44° 52′ 46″ nord, 2° 25′ 15″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Carladès
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Commune Arpajon-sur-Cère

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Conros

Le château de Conros est un château médiéval située à Arpajon-sur-Cère dans le Cantal. Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Descriptions[modifier | modifier le code]

Mentionné en 1230 comme super novo edificio, ensuite comme un repario, en 1269 comme castrum.

Structure[modifier | modifier le code]

Le château actuel présente plusieurs parties : la tour Nord, la plus ancienne, la tour Sud, un corps de logis rectangulaire avec deux étages, et l'aile en pavillon avec sa couverture en lanterne formant colombier. L'ensemble était surmonté d'un étage sur encorbellement.

Les châteaux comportaient une aula, une chapelle et un castrum. On retrouve à chaque étage cette disposition: la salle aulique où l'on reçoit, la salle de parement et, tout à fait au bout, la salle de retrait et la salle de propreté où l'on mène sa vie privée.

La couverture de lauzes a une surface de 1 200 m2

Datation[modifier | modifier le code]

Il existe des éléments du XIIIe siècle dans les caves et au rez-de-chaussée. L'essentiel date du XVIe siècle, avec de forts remaniements du XVIIe siècle aux étages supérieurs, notamment le dôme à l'impériale.

  • Au premier étage, une cheminée du XVe siècle provenant du château de Branzac qui était entièrement peinte. Cette cheminée devait son décor à des artistes ramenés d'Italie par Camille Carracioli, princesse napolitaine, épouse du seigneur de Branzac (1570).
  • L'escalier présente des paliers s'ouvrant sur les montées par deux arcs en plein cintre dont la retombée commune se fait sur des colonnes engagées à chapiteaux doriques ou ioniques. Chaque palier est couvert d'une voûte d'ogives dont les branches retombent dans les angles, à partir d'une clé circulaire, sur des culots polygonaux[2].

Il y a 70 fenêtres, dont certaines ont conservé des restes de menuiseries du XVIIIe siècle (assemblages à coupes d'onglet).

Histoire[modifier | modifier le code]

Conros, écrit toujours dans les anciennes chartes Conrotz, toponyme désignant peut-être la jonction de deux routes, con-routes, cum-rupta (le mot route venant du latin via rupta, voie rompue). Le château se trouve sur la rive gauche de la Cère, sur une hauteur dominant le pont médiéval en pierre de Cabrières où passait la route reliant Aurillac à Figeac[3].

Conros, ou plutôt l'ancien château de Montal, était le siège d'une viguerie de l'abbaye, la Viguerie de la Cère, l'autre étant celle de la Jordanne. C'était aussi une place permettant de surveiller le pont de Cabrières sur lequel elle percevait un péage, tenu en fief de l'abbé d'Aurillac.

Possessions de la châtellenie[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, la châtellenie de Conros s'étendait depuis l'affar de Pierre Alquier à La Peyrusse, de là au chemin de Montsalvy à Prunet, de Prunet à La Capelle-en-Vezie, à Feydel, à La Caze, à Canhac, Maussac, La Calm-Mejane, Casillac, Volpilhac, Roanne, Belmon, La Croix-del-Ract, Baradel (ancienne maison des Charmes), et de là à l'affar de Jean de Marone.

Sont compris dans ce périmètre : le château et le village de Conros, le capmas ou affar de Jodergues, les affars del Bosquet, du Ver, de Ganhac, de Crespiac, de Bornatel, du Cambon, de La Bouygues, de Vaines, de La Grange, de Senilles, de Brozac, de Brossadel, de Taule, de Morle, de Beteilhe, de La Roquatade, de La Fage, de Saint-Mari, de Palat, del Mas, de Flammarie, de Naudon, de Gladines, de Griffueuille, de Las Catusses ; la viguerie d'Arpajon ; les affars de Maussac, de Cère, de Bouillac, de La Fortunière, de Couffin-Haut, Despinet, de Salers et de Vézac ; les viguerie et affar d'Aurillac, les affars de Calion et de Planhes. Tous ces affars sont situés dans la paroisse d'Arpajon, mais aussi de Vic, Vézac, Prunet, Roannes et Aurillac.

Plusieurs fiefs rendaient hommage à Conros, notamment Carbonat et Messac (au XVIe siècle).

Les seigneurs de Conros l'étaient aussi toujours de Labastide, château situé à Arpajon, sur le penchant du coteau entre Maussac et Carbonat dont en trouvait en 1850 encore quelques restes dans un taillis. Il était tenu, en 1305, par les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem.

Les seigneurs de Conros ont aussi possédé les seigneuries de Laroquevieille qui comportait le village de Saint-Martin ; les affars de Bargues, de Fonbouillen, de Cros, d'Alterines, de Prat, de Ginalhac, del Devez, de Brosse, de Talon, Estang, dels Ongles, de Freluc, de Vercueyre, de Tidernac, de Chaule, de Carville, de Frégeville, situés pour l'essentiel dans la commune de Laroquevieille, mais aussi de Saint-Cernin, Saint-Martin-de-Valois et Girgols.

Histoire[modifier | modifier le code]

Famille de Montal[modifier | modifier le code]

Cette famille avait pour nom primitif Orlhac, modernisé en Aurillac, car elle possédait la charge héréditaire de viguier d'Orlhaguet dont relevait toutes les seigneuries du Viadène, et elle prit ensuite celui du château de Montal-lez-Arpajon à Arpajon-sur-Cère[4].

De fait, Conros, ou plutôt l'ancien château de Montal, était le siège d'une viguerie de l'abbaye dont les Astorg étaient titulaires, et c'est sans doute à ce titre, et non pour leurs fiefs, qu'ils devaient hommage à l'abbé pour le territoire de la viguerie d'Arpajon correspondant à la vallée de la Cère depuis Aurillac jusqu'à Laroquebrou. Conros était aussi une place permettant de surveiller le pont de Cabrières sur lequel ils percevaient un péage.

En effet, on constate que par la suite, ils rendent toujours hommage à Carlat, et donc que cette partie de la vallée de la Cère appartenait au Carladez :

  • En 1343, Renaud V de Pons, vicomte de Carlat, cède à Astorg d’Aurillac, seignaur de Conros, tous les péages de la rivière de Cère, depuis l’Oradoux-de-Vezac jusqu’à Laroquebrou, sous la réserve de la justice. Le prix de cette vente devait être employé au rachat du château de BlayeBlaye, Gironde).
  • Le 1er mars 1343, Astorg d’Aurillac rend hommage à Renaud V de Pons, à cause des châteaux de Conros, Labastide, Viescamp et dépendances. Cet acte fut passé à Aurillac, en présence de Guy de Ganhac, bourgeois de ladite ville ; de Guillaume Rolland, sénéchal du Rouergue ; d’Arnaud Vigier, Amblard de Dienne, Vézian de Montal, Henri de Vixouze, Pierre de Ferrières, chevaliers; Eustache Fabry, seigneur de Broussette, Amblard de Montamat, Raymond de Folholes, Geraud de Carlat, Rigald de Tourtoulou, Adhémard de Montjoui, damoiseaux ; Rigald Lavergne, discrets hommes maîtres ; Jean de Ceriers, Jean du Crozet (de Bellestat), Durand Dumoulin et Hugues Lageneste, jurisconsultes, témoins spécialement appelés.
  • En 1357, Astorg IX d'Aurillac vend le domaine de la Condamine à Guillaume Rolland, seigneur de Vieillevie.
  • "Vers 1445, Alix d'Aurillac, héritière de sa maison, épousa, N. Louis du Breuil, fils de Jean de Courcelle, chevalier, seigneur d'Aurouze; Le 8 mai 1449 ils rendirent tous deux foi et hommage à Bernard VIII d'Armagnac, comte de La Marche et vicomte de Carlat, pour les châteaux de Conros et de La Bastide, et que le 17 août 1456, et ils fournirent aveu et dénombrement à Jacques d'Armagnac, fils de Bernard. À cette époque, Flore d'Estaing, mère d'Alix, était décédée, car son testament est à la date du 27 octobre 1447. Elle y lègue vingt écus d'or aux cordeliers d'Aurillac pour la fondation de trois messes annuelles avec absoute, et six écus d'or pour une rente de trois quarts d'huile pour le luminaire de la chapelle de Notre-Dame, fondée par elle et son mari dans ladite église. Alix d'Aurillac mourut vers 1464, laissant un fils nommé Louis, qui hérita de ses biens."[6]

La famille d'Aurillac portait « D'azur à la bande d'or à l'orle de six coquilles d'argent rangées en orle »[7]. La famille de Montal de Laroquebrou portait « D'azur à trois coquilles d'or au chef du même »[7].

Famille de Saint-Martial[modifier | modifier le code]

  • Pierre-François de Saint-Martial, baron d'Aurillac, marquis de Conros et d'Esternay, baron de Neuville, seigneur de Beauvais, capitaine au régiment des cuirassiers du roi; son frère, Charles-Louis de Saint-Martial (1757-1838) fut élu député de la Noblesse de Haute-Auvergne aux États généraux de 1789. Ils ne laissent pas d'enfants, et font de leurs soeurs Françoise et Elisabeth leurs héritières:
  • Françoise de Saint-Martial (1761-1827) hérite de Conros quelle apporte à Paul d'Humières, qu'elle a épousé en 1777.

La famille de Saint-Martial portait « D'argent au lion de gueules à la bordure de sable à huit roses d'or »[8].

Famille d'Humières[modifier | modifier le code]

La famille d'Humières portait: Ancien « Écartelé aux 1 et 4 d'or à un arbre terrassé de sinople et un lévrier courant de gueules brochant sur le fût de l'arbre aux 2 et 3 d'argent à trois bandes de sable » Moderne « D'azur à la bande d'or »[7].

Visite[modifier | modifier le code]

Le château se visite.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00093444 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. D'après la description des Monuments historiques.
  3. Franck Imberdis, Le Réseau routier de l'Auvergne au XVIIIe siècle. Ses origines et son évolution, Clermont-Ferrand, Presses universitaires de France, 1967, page 211
  4. Louis de Ribier, Laroquebrou et ses seigneurs.
  5. L'abbé d'Aurillac, après avoir prêté serment, a dit : Conros et sa vallée (de la Cère) sont du fief de Saint Géraud; Durand de Montal l'a reconnu et s'est fait homme lige du monastère." (1230, sentence arbitrale entre Géraud V, abbé d'Aurillac, et Astorg IV de Conros, par Bertrand Abbé de Maurs. Archives départementales du Cantal, 4 G 39).
  6. DSC Baron Delzons
  7. a, b et c Armorial Rietstap.
  8. Grand armorial de France de 1667.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]