Château de Colombier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Château de Colombier
Colombier - Chateau.JPG
La tour d'honneur et le grenier
Présentation
Destination initiale
villa gallo-romaine, château seigneurial, château résidentiel et caserne
Destination actuelle
caserne et administration
Propriétaire
Etat de Neuchâtel
Patrimonialité
Protégé au titre de monument historique depuis 1905
Localisation
Pays
Commune
Colombier
Adresse
rue de l'Arsenal 2
Coordonnées
Le château vu depuis l'est
La porte des allées

Sur la rive nord du lac de Neuchâtel, à 7 km environ du chef-lieu se dresse le château de Colombier, un site occupé sans discontinuité depuis près de 2 000 ans. Palais romain, résidence aristocratique, château-fort, siège domanial et établissement militaire se sont en effet succédé à cet endroit. La présence de vestiges gallo-romains était connue des spécialistes depuis le 19e siècle, mais les études archéologiques et historiques ont révélé leur ampleur et la permanence de l’occupation qui font de cet ensemble un ensemble architectural exceptionnel[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Palais romain (de 60 après J-C. au Ve siècle)[modifier | modifier le code]

Du Ier au IVe siècle, le site est occupé par une villa gallo-romaine. Le domaine se composait d’une luxueuse partie résidentielle (pars urbana), à l’emplacement du château, et d’une partie agricole et artisanale (pars rustiqua) dont les vestiges sont situés sous le bourg. Agrandie à plusieurs reprises entre le IIe et le IVe siècle, la partie résidentielle avait l’aspect d’un véritable palais dont les nombreuses pièces étaient décorées de peintures murales et de mosaïques. Grâce à une cour à portiques dotée d’un grand bassin, à des thermes et à des jardins ouverts sur le lac et les Alpes, son riche propriétaire pouvait y vivre l’idéal romain de contemplation, de méditation et de loisir studieux, mais aussi sans doute y remplir ses tâches officielles[1],[2].

Résidence aristocratique (du Ve au XIe siècle)[modifier | modifier le code]

A partir de l’an 443, l’empire romain cède la place au royaume des Burgondes (400-532) et à leurs successeurs, mérovingiens (532-751), carolingiens (751-888) et bourguignons (888-1033). Durant cette période, Colombier semble avoir constitué un siège aristocratique (curtis) proche du roi, accueillant en 938 le prestigieux mariage de la reine de Bourgogne Berthe et de sa fille Adélaïde avec les rois Hugues et Lothaire d'Italie. Aux alentours de l’an Mil, Colombier constitue la résidence du puissant Rodolphe, représentant régional des rois de Bourgogne et ancêtre des seigneurs de Colombier. On ne connaît pas vraiment l’aspect de la résidence à cette époque, mais il semble qu’une partie des locaux de la villa soient encore utilisés, comme le montre la permanence des maçonneries, alors que d’autres ont été remplacés par de nouvelles constructions ou sont abandonnés. L’ensemble n’est toujours pas fortifié et est encore organisé autour de la grande cour romaine[1],[3].

Château fort (du XIe au XVe siècle)[modifier | modifier le code]

Le "Vieux Château" vu depuis la cour

Devenu le siège des seigneurs de Colombier, personnalités régionales importantes, la résidence est transformée en château-fort avec un réduit seigneurial, le donjon (angle sud-ouest de la cour), composé d’une tour et de locaux d’habitations, précédé d’une cour – toujours la même – entourée de divers bâtiments. Cet espace est cette fois protégé par une enceinte, reconstruite au XIVe siècle sous la forme d’un mur à créneaux flanqué de tours rondes. Au XVe siècle, Antoine de Colombier lance d’importants travaux d’agrandissement et de modernisation du donjon, faisant disparaître presque entièrement l’ancienne tour au profit de la grande construction rectangulaire que l’on connaît aujourd’hui. Le nouvel ensemble abrite alors les pièces typiques d’une résidence castrale de la fin du Moyen Age: un grand cellier, une cuisine, une grande salle, des pièces d'habitation variées, un escalier d’apparat logé dans une tourelle polygonale et une chapelle. Un bourg se développe le long de l’actuelle rue du Château, ancien chemin traversant la villa gallo-romaine et reliant le lac à la route longeant le littoral, la Vy d’Etra[1],[4].

Siège domanial (du XVIe au XVIIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVIe siècle, Jean-Jacques de Watteville, qui a hérité du château et de la seigneurie, rénove le « vieux-château » en édifiant une tourelle d’escalier et l’immense toiture (1541), suivies, autour de la cour, du grenier, de la tour-porte (1543) et d’une vaste grange. La porte des allées et l’encavage qui la jouxte sont construits à la même époque. Le château n’a plus de fonction militaire, mais devient le cœur d’un important et profitable domaine viticole. Racheté par le comte de Neuchâtel en 1564, le château abrite la résidence et les locaux de stockage du Receveur de Colombier. Ce représentant du souverain est chargé de collecter les « recettes », à savoir les impôts que les Neuchâtelois paient en grain, raisin, etc. et qui sont stockés dans les vastes caves et greniers du château. Des « appartements » sont parfois mis à disposition de personnages prestigieux, comme le prince Henri II d'Orléans-Longueville ou le fantasque gouverneur Georges, lord Keith, maréchal héréditaire d'Ecosse[1],[5].

Établissement militaire (depuis le XIXe siècle)[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de l'ensemble du site vers 1950

Au cours du XIXe siècle, le château renoue progressivement avec une fonction militaire. Il abrite brièvement un hôpital de campagne, avant de servir de caserne aux troupes neuchâteloises, puis aux soldats de l’armée suisse. Depuis 1877, le statut de place d’armes fédérale règle le quotidien du lieu et va marquer de ses profondes empreintes le site et son architecture.

Pour accueillir hommes, chevaux et matériel, les autorités cantonales doivent transformer les bâtiments existants et en construire de nouveaux: caserne neuve (1842-43, 1890), arsenal (1869-71), manège (1851 et 1873), caserne dite des officiers et écuries (1912-14), caserne dite de l'ancien manège (1982). L’architecture des bâtiments qui entourent le château est faite de contrastes : les réalisations néoclassiques et fonctionnelles du XIXe siècle côtoient les édifices Heimatstil du début du XXe siècle et les constructions modulaires et préfabriquées des années 1980[1],[5].

Concilier archéologie, restauration et modernisation[modifier | modifier le code]

La caserne dite des officiers (1912-14)

En construisant un réservoir en 1840, des ouvriers découvrent des tuiles anciennes et un fût de colonne. On appelle alors l’archéologue Frédéric Dubois de Montperreux (1798-1850), qui va entreprendre les premières fouilles archéologiques et sensibiliser les Neuchâtelois à l’ancienneté du site. Depuis cette date, les responsables s’efforcent, lors de chaque intervention, de respecter le caractère historique du château, tout en répondant aux besoins des militaires, une tâche qui se révèle souvent difficile[6]. Les parties les plus anciennes sont mises sous protection au titre de monument historique depuis 1905.

De 1905 à 1934, le château fait l’objet d’une restauration générale, selon une approche dite archéologique et sous la direction de l'architecte Charles-Henri Matthey. Les travaux sont en effet précédés de fouilles, d’explorations et de diverses études, permettant aux parties jugées anciennes d’être conservées et mises en valeur. Les années 1950-60 voient à nouveau les travaux d’entretien se multiplier, avant qu’une campagne générale d'assainissement de la place d'armes et de nouvelles constructions (casernes no 3 et no 4, cuisines) ne soient entreprise de 1978 à 1987[1],[7].

Caserne et musée[modifier | modifier le code]

Le château renferme aussi des œuvres d’art. Alors que le site est en pleine transformation et que la Suisse est en guerre (1914-1918), le colonel Robert-Ferdinand Treytorrent de Loys (1857-1917) charge le soldat et peintre chaux-de-fonnier Charles L’Eplattenier (1874-1946) de décorer une salle plutôt que de l’envoyer sur les frontières. De 1915 à 1919, ce dernier s’attèle à la réalisation d’un immense ensemble peint qui illustre la mobilisation de 1914, au premier étage du château, dans la salle des Chevaliers. Quelques années plus tard, l’artiste poursuit son œuvre avec un second cycle traitant des origines de la Confédération (1934-46)[8],[6], peinte sur les murs de la salle des Armes.

D’autres réalisations enrichissent progressivement les murs du château et ses abords, en particulier le monument commémoratif de la guerre 1914-18 (1921), la statue du marcheur Jean Linder, par Charles L'Eplattenier (réalisation 1928, don de l'auteur, 1939), le bas-relief évoquant Henri I d'Orléans-Longueville par Paulo Röthlisberger, 1953. Depuis 1954, le Vieux-Château abrite un musée militaire, complété un an plus tard par une salle consacrée aux « indiennes » ou toiles peintes produites dans la région[1],[5].

Fonctions actuelles[modifier | modifier le code]

La place d’armes cantonale de Colombier est occupée par le commandement de la formation d’application de l’infanterie et les commandements des écoles de recrues de l’infanterie 2 et de l'IFO 18. Elle constitue l’un des plus beaux sites dont dispose l'armée suisse[9].

Malgré la fermeture temporaire du musée, le château et ses alentours sont en partie visitables et le restaurant ouvert à tout un chacun[10],[11].

Sources d'archives[modifier | modifier le code]

Plusieurs fonds ou collections conservés aux Archives de l'Etat de Neuchâtel contiennent des informations qui concernent le Château de Colombier :

  • Collection : Plans et cartes. Cote : PLA. Archives de l'Etat de Neuchâtel. (présentation en ligne)
  • Fonds : Reconnaissances (1401-1836). Cote : RC. Archives de l'Etat de Neuchâtel. (présentation en ligne)
  • Fonds : Archives seigneuriales (1143-1707). Cote : AS. Archives de l'Etat de Neuchâtel. (présentation en ligne)
  • Fonds : Notes Courvoisier. Cote : NC. Archives de l'Etat de Neuchâtel. (présentation en ligne)
  • « Colombier, restauration du château, croquis, plans, maçonnerie, béton armé. ». Fonds : Département des travaux publics; Série : Travaux publics IV; Cote : 4TP-4. Archives de l'Etat de Neuchâtel. (présentation en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eddy Bauer, Arsenal cantonal neuchâtelois 1871-1971, cent ans de vie militaire à Colombier, Colombier, .
  • Jacques Bujard et Jean-Daniel Morerod, « Colombier NE, de la villa au château – L'archéologie à la recherche d'une continuité », De l'Antiquité tardive au Haut Moyen-Âge (300-800) – Kontinuität und Neubegin (Renata Windler et Michel Fuchs, dir.), vol. Antiqua, no 35,‎ , p. 49-57.
  • Jacques Bujard, Christian de Reynier et Claire Piguet, Colombier, de la villa romaine au château : 2000 ans d'histoire monumentale, vol. Nouvelle revue neuchâteloise, t. 147, La Chaux-de-Fonds, , 184 p.
  • collectif, Colombier, la place d’armes, Saint-Blaise, .
  • Jean Courvoisier, « Contribution à l’histoire du château de Colombier », Revue suisse d’art et d’archéologie,‎ , p. 180-205.
  • Jean Courvoisier, Les monuments d'art et d'histoire du canton de Neuchâtel : Les districts de Neuchâtel et de Boudry, t. 2, Bâle, éditions Birkhäuser, , 476 p. (lire en ligne), p. 286-308
  • Jeannette Kraese et Christian de Reynier, « Entre Jura et Trois-Lacs, la rive nord du lac de Neuchâtel à l'époque romaine », EntreLacs. Le Pays des Trois-Lacs à l’époque romaine – Das Drei Seen-Land zur Zeitder Römer (Sophie Delabarre-Bärtschi et N. Hathaway, réd.), Avenches, catalogue d'exposition,‎ , p. 76-85.
  • (de) Ferdinand Pajor, « Schloss Colombier NE », Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters, vol. 45 « Zeugen vergangener Macht und Herrschaft, Schweizer Burgen und Schlösser vom Mittelalter bis heute »,‎ , p. 67-81 (ISSN 1661-4550)
  • Claire Piguet, « Charles-Henri Matthey (1880-1956). Un nom "qui restera attaché à la restauration de nos principaux monuments historiques" », Monuments vaudois, no 7,‎ , p. 67-80.
  • Sylvie Pipoz-Perroset, « Les décorations de Charles L’Eplattenier au Château de Colombier », Art + Architecture, no 1,‎ , p. 14-21.
  • Christian de Reynier, « Villae, castri et châteaux forts: les sièges du pouvoir médiéval à Neuchâtel du second royaume de Bourgogne à la fin du Moyen Age », Moyen Age, vol. 11, no 2,‎ , p. 69-89.
  • Christian de Reynier, « Colombier, la villa romaine redécouverte », Archäologie Schweiz, Archéologie suisse, Archeologia svizzera, no 2,‎ , p. 46-50.
  • (en) Alex Winiger, « Militant Switzerland vs. Switzerland, Islands of Peace: Two Monuments, Two Conseptions », Swiss American Historical Society, Review, 56e série, no 1,‎ , p. 41-63.
  • Alex Winiger, « La Suisse vaillante vs la Suisse, îlot de paix. Deux monuments, deux conceptions », Revue historique neuchâteloise, nos 1-2,‎ , p. 71-88.
  • (de) Alex Winiger, « Die wehrhafte Schweiz und die Friedensinsel Schweiz, zwei Monumente, zwei Konzepte », Mitteilungen des Historischen Vereins Zentralschweiz,‎ , p. 113-123.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Jacques Bujard, Christian de Reynier et Claire Piguet, Colombier, de la villa romaine au château : 2000 ans d'histoire monumentale, vol. Nouvelle revue neuchâteloise, t. 147, La Chaux-de-Fonds, , 184 p.
  2. Jeannette Kraese et Christian de Reynier, « Entre Jura et Trois-Lacs, la rive nord du lac de Neuchâtel à l'époque romaine », Sophie Delabarre-Bärtschi et N. Hathaway (réd.), EntreLacs. Le Pays des Trois-Lacs à l’époque romaine – Das Drei Seen-Land zur Zeitder Römer, Avenches, catalogue d'exposition,‎ , p. 76-85
  3. Jacques Bujard et Jean-Daniel Morerod, « Colombier NE, de la villa au château – L'archéologie à la recherche d'une continuité », De l'Antiquité tardive au Haut Moyen-Âge (300-800) – Kontinuität und Neubegin, Renata Windler et Michel Fuchs (dir.) Antiqua 35, Bâle, 2002, pp. 49-57.
  4. Christian de Reynier, « Villae, castri et châteaux forts: les sièges du pouvoir médiéval à Neuchâtel du second royaume de Bourgogne à la fin du Moyen Age », Moyen Age, vol. 11, no 2,‎ , p. 69-89
  5. a b et c Jean Courvoisier, Les monuments d’art et d’histoire du canton de Neuchâtel : Les districts de Neuchâtel et de Boudry, vol. 2, Bâle, édtions Birkhäuser, (lire en ligne), p. 286-308
  6. a et b Claire Piguet, « Charles-Henri Matthey (1880-1956). Un nom "qui restera attaché à la restauration de nos principaux monuments historiques" », Monuments vaudois, no 7,‎ , p. 67-80
  7. collectif, Colombier, la place d’armes, Saint-Blaise,
  8. Sylvie Pipoz-Perroset, « Les décorations de Charles L’Eplattenier au Château de Colombier », Art + Architecture, no 1,‎ , p. 14-21
  9. (fr + de) David Külling, Siegfried Möri et Philippe Müller, Kasernen und Waffenplätze in der Schweiz / Casernes et places d'armes de Suisse, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, (ISBN 978-3-03797-199-4), p. 70-81
  10. « Le musée militaire de Colombier, fermé », L'Express,‎ , p. 1, 7
  11. « Le château de Colombier retrouve un resto, le musée devrait suivre », L'Express,‎ (9)