Château de Chambonneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Chambonneau
Image illustrative de l'article Château de Chambonneau
Nom local Château de Camboniac
Période ou style médiéval et Renaissance
Type château militaire et civil
Début construction XIVe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Jean Frotier de Melzéard et Mahaut de Vivonne
Destination initiale château fort
Destination actuelle résidence
Protection  Inscrit MH (1964)[1]
Site web www.chambonneau.com
Coordonnées 46° 27′ 24″ nord, 0° 26′ 18″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Poitou
Subdivision administrative Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Commune Gizay

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Chambonneau

Le château fort de Chambonneau, situé dans la Vienne à Gizay, est construit au pied d'une colline, en bordure du Miosson.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le domaine appartenait à l’abbaye de Ligugé, qui le vendit au XIe siècle à la famille Guitard de Gençay. Au XIIIe siècle Jean Guitard est seigneur de Chambonneau[2] À cette époque, seule une motte féodale existait, au sommet de la colline.

Le château fut construit par ordre de Philippe VI, au début du XIVe siècle

En 1396 la famille Frottier est seigneur de Chambonneau[3]

Le château fut profondément modifié sous Louis XI pour Guy Frottier, seigneur de Chambonneau, mort en 1484 (sur l'une des cheminées du premier étage on voit encore les armes de la famille Frottier).

Il fut plus tard acheté en 1578 par François Palustre, conseiller au présidial et maire de Poitiers et l'un des chef du parti de la Ligue en Poitou à François de Blom, seigneur de Chambonneau, qui le tenait de sa femme, Anne Frotier, petite-nièce du Guy Frotier[4],[3].

François Palustre fait construire une chapelle sous le porche. Son arrière-petit-fils, César Palustre seigneur de Chambonneau, ajoute à cette construction une porte de style classique surmontée d’un fronton brisé gréco-romain en 1686. Ce dernier est agrémenté des armes de la famille. Le château appartient à la famille Palustre jusqu’à la fin du règne de Louis XIV (début XVIIIe siècle).

Le château fut assiégé en 1588 lors d’un des conflits liés aux guerres de Religion.

Sous le Premier Empire (1810), le château fut racheté par monsieur de La Chaslerie et figure toujours dans sa descendance.

Description[modifier | modifier le code]

Le château, bâti au pied de la colline afin de profiter de la proximité d'une rivière pour mettre des douves en eau, fut construit selon un plan quadrangulaire, avec tours rondes aux angles, deux tours barlongues (arrondies à l'extérieur seulement) sur le milieu des longs côtés, et deux autres tours barlongues pour défendre la porte. Cette porte était précédée d'un châtelet. Toutes les tours faisaient dix-sept mètres de haut, le donjon carré vingt-six mètres de haut.

Sous Louis XI, les temps plus calmes permirent d'entreprendre des travaux afin de rendre le château plus confortable : la courtine et les tours furent abattues du côté ouest, le donjon et les tours du châtelet diminuées de hauteur, et des logis construits de manière symétrique de chaque côté du châtelet.

Au XVIe siècle,furent construites deux fermes en L en avant du château, avec aux angles les deux pigeonniers (un pour chaque fief : le fief des Grands-Bois de Chambonneau et le fief du Castel de Camboniac), contenant plus de 4000 boulins. Le pigeonnier Sud possède encore son échelle tournante datant d'Henri IV. Furent également ajoutés à cette époque la chapelle susmentionnée et un nouveau corps de logis en prolongement des précédents sur l'aile Sud.

Le châtelet est accolé aux bâtiments d'habitation. Celui-ci était accessible, à l’origine, par un pont-levis à flèches qui franchissait les douves. Aujourd’hui, deux grosses tours parcimonieusement ajourées et surmontées d’un chemin de ronde couvert, enserrent au plus près la porte que précédaient autrefois deux tours barlongues arasées en 1953.

Un jardin d'agrément précède le château. Il est entouré d'un fossé et il est situé en bordure du Miosson, rivière qui se jette dans le Clain.

À l'arrière, se trouve une grande cour de ferme avec des bâtiments sur trois côtés et deux tourelles aux angles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]