Château de Chambonneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Chambonneau
Image illustrative de l’article Château de Chambonneau
Nom local Château de Camboniac
Période ou style médiéval et Renaissance
Type château militaire et civil
Début construction XIVe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Jean Frotier de Melzéard et Mahaut de Vivonne
Destination initiale château fort
Destination actuelle résidence
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1964)[1]
Site web www.chambonneau.com
Coordonnées 46° 27′ 24″ nord, 0° 26′ 18″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Poitou
Subdivision administrative Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Commune Gizay
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Chambonneau

Le château fort de Chambonneau, situé dans la Vienne à Gizay, est construit au pied d'une colline, en bordure du Miosson.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le domaine appartenait à l’abbaye de Ligugé, qui le vendit au Xe siècle à la famille de Guitard de Gençay.

Un fief double est constitué en 1157 (donations et demandes de la comtesse de Poitiers, Aliénor d'Aquitaine, après son second mariage) pour distinguer les "Grands-Bois de Chambonneau" (hommage dû à la Baronnie de Celle-L'Evescault et, donc, à l'évêque de Poitiers) de la "maison forte" (et, plus tard, le château proprement dit) qui devait l'hommage à la châtellenie de Château-Larcher qui relevait elle-même de la Tour-Maubergeon (le comté de Poitiers), vassale du Roi de France. Ainsi coexistent deux fiefs ayant le même siège, l'un vers l'évêque, l'autre vers le roi. Cela explique la présence de deux pigeonniers même si le seigneur d'un fief restera, la plupart du temps, conjointement seigneur de l'autre fief.

Le château-fort fut construit sur ordre de Philippe VI, de 1335 à 1345 par Jean Frotier de Melzéard et son épouse Mahaut de Vivonne, héritière des deux fiefs par sa quadrisaïeule Isabelle de Lusignan, descendante de Guitard de Gençay.

Au bord du Miosson, à quelques kilomètres en amont de Nouaillé-Maupertuis où se déroula la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356, Chambonneau dut se rendre aux Anglo-Gascons sans combat après la défaite Française. Le Prince Noir victorieux et le Roi de France, Jean II le Bon défait, y dinèrent. Ils y furent témoins du trépas du chevalier John Dandley blessé lors de la bataille avant de poursuivre vers Gençay, Bordeaux jusqu'à Londres. Chambonneau fut repris en 1373 par les troupes de Bertrand du Guesclin à l'instar de toutes les places fortes environnantes entre 1372 et 1375.

En 1396 la famille Frotier confirme l'hommage pour Chambonneau[2].

Le château fut profondément modifié sous Louis XI par Guy Frotier de Chambonneau et son épouse Jeanne de Maillé (démantèlement de la place forte et ajoût d'une nouvelle aile).

Anne Frotier de Chambonneau, petite- nièce de Guy Frotier, apporte la terre de Chambonneau par mariage à François de Blom ([3],).

Ce dernier, ayant tué Jacques Chambert, seigneur de Gizay, en se défendant contre ses attaques fut, à la requête de la veuve du défunt, condamné par arrêt du Parlement de Paris du 12 juillet 1583, bien que reconnu innocent de toute préméditation, au bannissement du ressort de la sénéchaussée de Poitiers, pendant neuf années et à payer deux cents écus à la veuve du seigneur de Gizay, ce qui l'obligea à vendre aux enchères Chambonneau.

François Palustre est le plus fort enchérisseur, pour impressionner son futur beau-père, François Fumé (voir Hôtel Fumé à Poitiers). Il est conseiller au Présidial et maire de Poitiers en 1585. Il est l'un des chefs du parti de la Ligue en Poitou.

Le château fut assiégé en 1588 en pleines guerres de Religion par des capitaines d'Henri de Navarre pendant la Guerre-des-Trois-Henri. François Palustre fit alors construire une chapelle dans le châtelet d'entrée.

En 1686, son arrière-petit-fils, César Palustre, seigneur de Chambonneau, ajoute une nouvelle aile et enrichit la chapelle d'une porte de style classique surmontée d’un fronton brisé gréco-romain. Ce dernier est agrémenté des armes Palustre.

A la mort en 1754 de la Marquise de Germon (descendante des Palustre par les Porcheron de Saint James), ses héritiers sont l'Ordre Souverain de Malte et les neveux du Marquis. Ils décident conjointement de vendre les fiefs aux enchères qui sont acquis par Alexis de Liniers, prieur commendataire de Notre-Dame-de-La-Vayolle (Nieuil-l'Espoir).

Sa descendance le céda sous le Premier Empire (1810), à Jean-André Fontaine de La Challerie pour sa fille qui épousait le comte de Coral, descendant des Frotier de Chambonneau et donc des Guitard de Gençay.

Le château, toujours dans la famille, fut restauré par Geoffroy de Beaucorps-Créquy et son épouse, à partir de 1953.

Description[modifier | modifier le code]

Le château, bâti au pied de la colline afin de profiter de la proximité d'une rivière pour mettre des douves en eau, fut construit selon un plan quadrangulaire, avec tours rondes aux angles, deux tours barlongues (arrondies à l'extérieur seulement) sur le milieu des longs côtés, et deux autres tours barlongues pour défendre la porte. Cette porte était précédée d'un châtelet. Toutes les tours faisaient dix-sept mètres de haut, le donjon carré vingt-six mètres de haut.

Sous Louis XI, les temps plus calmes permirent d'entreprendre des travaux afin de rendre le château plus confortable : la courtine et les tours furent abattues du côté ouest, le donjon et les tours du châtelet diminuées de hauteur, et des logis construits de manière symétrique de chaque côté du châtelet.

Au XVIe siècle, furent construites deux fermes en L en avant du château, avec aux angles les deux pigeonniers (un pour chaque fief : le fief des Grands-Bois de Chambonneau et le fief du Castel de Camboniac), contenant plus de 4000 boulins. Le pigeonnier Sud possède encore son échelle tournante datant d'Henri IV. Furent également ajoutés à cette époque la chapelle susmentionnée et un nouveau corps de logis en prolongement des précédents sur l'aile Sud.

Le châtelet est accolé aux bâtiments d'habitation. Celui-ci était accessible, à l’origine, par un pont-levis à flèches qui franchissait les douves. Ojam, architecte renommé formé comme Viollet-le-Duc par Duban, modifia de 1865 à 1875 quelques aspects des extérieurs en ouvrant des croisées de meneaux sur la cour intérieure par l'agrandissement des fenêtres Ouest et créa 4 fenêtres mansardées néo-gothiques sur les toitures passées en ardoises en remplacement de la tuile plate. Aujourd’hui, deux grosses tours parcimonieusement ajourées et surmontées d’un chemin de ronde couvert, enserrent au plus près la porte que précédaient autrefois deux tours barlongues arasées en 1953.

Un jardin d'agrément précède le château. Il est entouré d'un fossé et il est situé en bordure du Miosson, rivière qui se jette dans le Clain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]