Château de Chabrespine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
château de Chabrespine
Image illustrative de l'article Château de Chabrespine
Période ou style Médiéval
Type en ruine
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVe siècle
Destination actuelle vestiges
Protection oui ISMH
Coordonnées 45° 12′ 47″ nord, 4° 10′ 29″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Auvergne
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Commune Grazac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
château de Chabrespine

Le château de Chabrespine saint Martial est situé en Auvergne-Rhône-Alpes, dans le département de la Haute-Loire, à 3 km au nord du bourg de Grazac. Le château est également accessible par le village de Vendetz après le hameau de Cortial (chemin balisé).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du château pose de nombreux problèmes, en effet la carte du diocèse du Puy-en-Velay marque le château sous le nom de Chabrespine contrairement aux habitants de Grazac, qui le connaissent sous le nom de Saint Martial. Ce changement de nom s'explique par le fait quand 1678, les reliques de Saint Martial sont apportés au château et à l'église de Grazac.

Le château fut construit entre le XIIe siècle et le XVe siècle[1]. En 1383, le château devient propriété des barons de La Tour-Maubourg (familles Malet Ce lien renvoie vers une page d'homonymie puis de Faÿ : il y reste jusqu'au XVIIIe siècle). Après son abandon au XVIIIe siècle, il tomba peu à peu en ruines.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les vestiges sont situés sur un éperon rocheux entouré par une boucle du ruisseau de Musique, affluent du Lignon. Le site est dangereux en raison des falaises le bordant sur les trois côtés.

L'aile sud-est est la seule partie restante, accessible seulement par la face nord-ouest.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Thomas et R. Bore