Château de Cazilhac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Cazilhac
Image illustrative de l'article Château de Cazilhac
Période ou style XVIIe siècle méridional
Type Ancienne maison forte transformée
Début construction XIIe ou XIIIe siècle
Fin construction Refait aux XVIe et XVIIe siècles
Propriétaire initial Moines de l'abbaye de Joncels
Destination initiale Défense de la vallée de l'Orb
Propriétaire actuel Propriété privée
Protection  Inscrit MH (1987)
Coordonnées 43° 41′ 37″ nord, 3° 10′ 02″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Languedoc
Région Occitanie
Département Département de l'Hérault
Commune Le Bousquet-d'Orb

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Cazilhac

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Château de Cazilhac

Le château de Cazilhac est un édifice dont la construction s'échelonne du XIIe ou XIIIe siècle jusqu'au XVIIe siècle. Ce bâtiment, inscrit au titre des monuments historiques, se situe au Bousquet-d'Orb, dans le département de l'Hérault.

Historique[modifier | modifier le code]

Situé sur la Via Tolosane qui mène à Compostelle, l'éperon rocheux de Cazilhac[1] dépend au haut Moyen Âge de l'abbaye de Joncels, établissement religieux cité dès 851 dans un acte de Pépin II, roi d'Aquitaine[2].

Pour surveiller la vallée de l'Orb — qu'ils mettent en valeur par la viticulture — les moines de Joncels construisent sur ce site une maison forte[3]. L'époque de la construction est confuse : XIIe ou XIIIe siècle[4]. Cet édifice est le noyau du château visible aujourd'hui.

Lors de la Guerre de Cent Ans, les grandes compagnies ravagent la région[2]. En 1370, Cazilhac est occupé et pillé. Les grandes épidémies de peste achèvent de ruiner les lieux, notamment lors de la peste noire de 1348 et en 1465.

En 1512, la famille de Peyrottes (parfois transcrit Peyrotte) achète Cazilhac qu'elle reconstruit au cours du XVIe siècle[5]. La terre est alors mentionnée comme une seigneurie[6].

Cazilhac n'échappe cependant pas aux guerres de religion. Suite aux soubresauts de la « question protestante », le château est rasé en sur ordre du duc de Montmorency, gouverneur du Languedoc.

Les Peyrottes ne se découragent pas et reconstruisent un nouvel édifice. Ils conservent le domaine jusqu'à la Révolution.

En 1790, le hameau et le château de Cazilhac sont rattachés à la commune de Lunas nouvellement créée[7]. En 1844, un nouveau découpage territorial donne naissance à la commune de Saint-Martin-d'Orb (rebaptisée ultérieurement Le-Bousquet-d'Orb[8]), laquelle comprend désormais le château de Cazilhac.

C'est à cette époque qu'apparaît un nouveau propriétaire, l'économiste et homme politique Michel Chevalier (1806-1879), dont l'influence sur le domaine et son exploitation viticole est déterminante. Soucieux de productivité, Michel Chevalier fait notamment construire un aqueduc vers 1851 pour alimenter les jardins, irriguer les terres et amener l'eau à la ferme du château.

Les travaux entrepris pour l'adduction d'eau sont d'ailleurs considérables. Ainsi, Le Messager agricole de 1879 note que « chez M. Michel Chevallier (sic), au château de Cazilhac, deux pompes conjuguées élèvent 2500 litres d'eau par minute à 30 mètres de hauteur, au moyen de deux conduits en fonte qui ne mesurent pas moins de 300 mètres de longueur »[9].

À sa mort sans héritier mâle direct (il est père de quatre filles), son gendre, l'économiste et essayiste Paul Leroy-Beaulieu (1843-1916), reprend la propriété. Le château de Cazilhac entre ainsi par mariage dans la famille Leroy-Beaulieu.

Description[modifier | modifier le code]

Dominé par les crêtes de l'Escandorgue et du Méguillou, le château s'élève sur un éperon rocheux. L'édifice est de taille moyenne, coiffé d'un toit à faible pente de tuiles creuses, cantonné de deux tours carrées. Des bases et vestiges de baies sont des traces visibles de l'ancienne maison forte. Devant le château, des jardins en terrasse surplombent un paysage de prairies et de vignes. L'origine anciennement défensive du site lui offre une vue étendue sur la vallée de l'Orb.

Le château de Cazilhac est membre du Conservatoire des jardins et paysages[10]. La cour et les jardins sont ouverts à la visite.

Protection[modifier | modifier le code]

L'ensemble composé par les façades et toitures, ainsi que les terrasses du jardin (B 203 et 204 au cadastre) font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [11].

L'aqueduc[modifier | modifier le code]

Acheminant les eaux de la rivière Orb à raison de 150 l/s[12], l'aqueduc du château de Cazilhac est bâti de calcaires, galets et moellons liés au mortier. Il fait l'objet d'un recensement à l'Inventaire général du patrimoine culturel[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Également transcrit Casilhac.
  2. a et b Abbé Gérard Alzieu, Historique de l'abbaye de Joncels, Via Tolosana (lire en ligne) (page consultée le 11 janvier 2011)
  3. Jean-François Keller, Dans lequel on éclaire le lecteur sur ce qu'est le Bousquet d'Orb : moines et pèlerins, site personnel (lire en ligne), (page consultée le 11 janvier 2011)
  4. La documentation locale et les érudits locaux indiquent le XIIe siècle, la notice de la base Mérimée signale le XIIIe siècle.
  5. Notice de l'Inventaire général du patrimoine culturel.
  6. Alors qu'André de Peyrottes est dénommé sans autre titre quand il teste en 1510, son fils Étienne de Peyrottes est appelé « seigneur de Casilhac ». In Louis de la Roque, Armorial de la Noblesse du Languedoc, Félix Séguin éditeur, Paris, 1860.
  7. Création consécutive au décret du .
  8. Saint-Martin-d'Orb est rebaptisée Le-Bousquet-d'Orb en 1881. Ce changement de nom coïncide avec le développement local de l'exploitation de mines de charbon et l'accroissement de la population.
  9. Le Messager agricole, revue des associations et des intérêts agricoles du Midi, vol. 20, p. 242, Imprimerie typographique de Gras éditeur, Montpellier, 1879 (lire en ligne) (page consultée le 21 janvier 2011)
  10. Notice, Parc du château de Cazilhac, Conservatoire des jardins et paysages (lite en ligne) (page consultée le 11 janvier 2011)
  11. Notice no PA00103396, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Syndicat Mixte de la Vallée de l'Orb, Contrat de rivière Orb, Diagnostic et enjeux, titre I.2.6, p. 37, Prises d’eau pour l’usage hydroélectrique, 2006-2010.
  13. Notice no IA00029282, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]