Château de Caunelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Caunelles
image illustrative de l’article Château de Caunelles
Période ou style XVIe et XVIIIe siècles
Type Villa agricole
Architecte Jean-Marie Amelin (1785-1858)
pour les jardins
Fin construction Attestée au XVIe siècle
Remaniements au XVIIIe siècle
Propriétaire initial Jean d'Hucher
Médecin ordinaire du roi
Propriétaire actuel Propriété privée
Destination actuelle Exploitation viticole
(AOC Saint-Georges-d'Orques)
Protection  Inscrit MH (2006)
Coordonnées 43° 37′ 13″ nord, 3° 48′ 40″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Languedoc
Région Occitanie
Département Département de l'Hérault
Commune Juvignac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Caunelles

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Château de Caunelles

Le château de Caunelles est situé dans le domaine du même nom[1] sur la commune de Juvignac (Hérault). Datant du XVIe siècle et remanié au XVIIIe siècle, la plupart des éléments — édifices, jardins et parc — sont inscrits aux monuments historiques.

Historique[modifier | modifier le code]

Construite sur le domaine de Caunelles, en 1263, la chapelle nommée « paroissiale de Caunelis » était sous l'égide de Charles d'Aigrefeuille[2],[3]. En 1484, elle portera le nom de « paroissiale de Caunelas »[3]. Avec l'apparition des premières cartes de Cassini en 1747, le lieu prend le nom de château de Caunelle (précision : sans la lettre S)[3].

Le château de Caunelles, ses terrasses sur la rivière de la Mosson et ses terres sont attestés comme bien noble à la Renaissance[4]. Henri IV attribue à Jean Hucher (~1546-1603)[5], le titre d'écuyer et fait l'acquisition du domaine et de la seigneurie en 1595. Il est nommé médecin ordinaire du roi Henri IV, en 1598, au même titre que tous les professeurs de la faculté de médecine de Montpellier durant la période de la révolution[5].

Sous les noms de Ducher et Duché, les sieurs de Caunelles ont habités la propriété. En 1647, Pierre Ducher est le premier consul à Montpellier. S'en suivit, en 1680, du conseiller à la chambre des comptes de Montpellier, Henri Ducher. Son fils, Jean Duché a été conseiller et second avocat général en 1714. La vente du domaine s'effectue en 1790[6] et la lignée s'éteint avec le Duchi de Cannelles[5], Xavier Duché, procureur général, qui meurt en 1802[7].

Le château connaît des remaniements au XVIIIe siècle. L'édifice Renaissance est profondément modifié pour laisser place à une maison de plaisance, selon la mode des « folies » montpelliéraines de l'époque : toit de tuiles creuses à faible pente, symétrie des ouvertures, moulurations, masques en agrafes de fenêtres. Il conserve cependant des éléments de sa première époque, en particulier quelques fenêtres à meneaux.

Au siècle suivant, le jardin et le parc, totalisant près de 9 ha, sont entièrement redessinés par Jean-Marie Amelin en 1823, achevés et clos en 1828. Ils comprennent une garrigue arborée, un large cordon humide en bord de rivière et une grande pinède.

Le domaine est aujourd'hui le centre d'une exploitation viticole en AOC Languedoc « Saint-Georges-d'Orques ».

À la fin de l'automne 2014, le débit de la rivière de la Mosson, jouxtant le domaine, est estimé à 410 m3/s. Il surpasse la valeur des crues centennales qui était fixée à 335 m3/s sur sols saturés[8]. La propriétaire âgée des lieux exprime son désarroi, durant une interview réalisée en 2016, pour avoir été oubliée par les administrations après les gros dommages subis par les inondations[9],[10].

Protection[modifier | modifier le code]

L'ensemble du domaine comprenant le château, ses jardins et le parc à l'intérieur du mur d'enceinte, y compris ce mur et ses portails, avec le bâti correspondant — chapelle, orangerie, vestiges de la serre, noria et édicules — la maison du jardinier avec la tour-pigeonnier et le potager en totalité, y compris le sol des parcelles correspondantes ainsi que la parcelle du plantier au-dessus du parc, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Durant le conseil municipal de la commune, du 17 décembre 2014, le périmètre de protection du domaine, fixé à 500 mètres, est modifié afin d'étendre les constructions de la ZAC des constellations[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Domaine de Caunelles : Notice no PA34000055, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 29 décembre 2017)
  2. L'abréviation de parroch. donne parrochiale qui se traduit par paroissiale, sur le site du Dictionnaire des abréviations françaises (consulté le 30 décembre 2017)
  3. a, b et c Eugène Thomas (1796-1871), Dictionnaire topographique du département de l'Hérault : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXI-278 p., in-4 (notice BnF no FRBNF37326793, présentation en ligne, lire en ligne), p. 38 (consulté le 30 décembre 2017)
  4. Juvignac (Hérault), domaine du château de Caunelles (Archive.org), publié le 4 février 2012 par Alix Audurier-Cros, sur le site de la DRAC (consulté le 31 décembre 2017)
  5. a, b et c Jean Hucher (~1546-1603), Dictionnaire des sciences médicales : Biographie médicale, t. 5, Paris, Imp. de C. L. F Panckoucke, , 574 p., in-8° (lire en ligne), p. 307 (consulté le 31 décembre 2017)
  6. Sophie de Laverny, Les domestiques commensaux du roi de France au XVIIe siècle, p. 316, Presse Universitaire de Paris-Sorbonne, Paris, 2002 (ISBN 978-2840502258)
  7. Pierre-Joseph Amoreux (1741-1824), Notice historique et bibliographique sur la vie et les ouvrages de Laurent Joubert, Montpellier, Imp. de J.-G. Tournel, , 158 p., in-8° (présentation en ligne, lire en ligne), p. 133 et 134 (consulté le 31 décembre 2017)
  8. Les crues historiques : Septembre et octobre 2014, sur le site du Syndicat du Bassin du Lez (consulté le 29 décembre 2017)
  9. « Depuis la catastrophe de 2014, à Juvignac, Françoise de Brunélis se sent oubliée », publié le 21 mars 2016 par Ollivier le Ny, sur le site du Midi-Libre (consulté le 29 décembre 2017)
  10. Journal municipal : Juvign'Actu, page 16 et 17, publié en novembre 2014 sur le site de Calaméo (consulté le 31 décembre 2017)
  11. [PDF] Modification du périmètre de protection monument historique (PPM) autour du domaine de Caunelles, publié le 23 décembre 2014 sur le site de la Mairie de Juvignac (consulté le 29 décembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]