Château de Cany

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Cany
Image illustrative de l’article Château de Cany
Période ou style style Louis XIII
Type Château
Architecte François Mansart
Début construction 1640
Fin construction 1646
Propriétaire initial Pierre Le Marinier
Propriétaire actuel Antoine de Dreux-Brézé
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1930)
Site web a
Coordonnées 49° 46′ 01″ nord, 0° 37′ 49″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Normandie
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Commune Cany-Barville
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Cany
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Château de Cany

Le château de Cany est un château de style Louis XIII situé sur la commune de Cany-Barville, en Seine-Maritime, en France. Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1930[2].

Description[modifier | modifier le code]

De forme rectangulaire de 10 m sur 45 m et sur trois niveaux, il totalise environ 1 300 m2 habitables. Il est fait de briques, de pierres calcaire et de grès. Il est couvert d'une toiture en ardoise. Il est entouré d'un vaste parc de 50 ha, arrosé par la Durdent, qui en alimente les douves.

Historique[modifier | modifier le code]

Il a été construit entre 1640 et 1646[3], sur commande de Pierre Le Marinier, un parlementaire de Rouen, et selon les plans de François Mansart.

Pierre de Becdelièvre puis Anne-Christian de Montmorency-Luxembourg en furent ensuite successivement les propriétaires[4]. En 2012, il appartient à la fille du comte Antoine de Dreux-Brézé, Laure Normand.

Depuis 1980, date à laquelle il est inhabité, il est ouvert au public chaque été à partir du 1er juillet et jusqu'au (sauf les vendredis). Et si jusqu’en 2016 on pouvait y admirer, à l'intérieur, toutes les pièces, entièrement meublées depuis la construction, depuis 2017, suite aux travaux de rénovations intérieures instaurés par les propriétaires, seule la cour d’honneur et ses communs peuvent être visités.

Jusqu'en 2006, il a été le théâtre du concours annuel d'attelage de l’école Jeanne-d’Arc[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]