Parc de Brimborion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Château de Brimborion)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Brimborion.
Parc de Brimborion
image illustrative de l’article Parc de Brimborion
Géographie
Pays France
Subdivision administrative Île-de-France
Commune Sèvres
Accès et transport
Gare Bellevue
Tramway Brimborion
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 29″ nord, 2° 13′ 24″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc de Brimborion

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Parc de Brimborion

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
Parc de Brimborion

Le parc de Brimborion, site classé, appartient à la série des grands parcs des bords de Seine et se trouve dans la ville de Sèvres dans les Hauts-de-Seine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pavillon de Brimborion (au premier plan) et le château de Bellevue (en haut).

Sur cet emplacement du domaine du château de Bellevue (Meudon), quelques ouvrages avaient toutefois été créés dans le style "rocaille", très en vogue au XVIIIe siècle. En contrebas, au bord de la Seine, Madame de Pompadour acquiert en 1750 un petit pavillon édifié sous la Régence, appelé aujourd'hui Brimborion, qui est relié au plateau par la partie du jardin aménagée au nord du château et intégré au domaine du château de Bellevue. Ces lieux ont abrité les amours de Louis XV et de la marquise. Ils ont vu naître les pourparlers secrets entre la France et l'Autriche : le fameux « renversement des alliances ». Les intrigues de la Cour, les cabales et les médisances planent sur Brimborion, au milieu des mariages et des repas somptueux, à l'abri des regards indiscrets. Au décès de Louis XV en 1774, le château est attribué à ses filles, Mesdames Adélaïde, Sophie et Victoire. Celles-ci font réaliser à Brimborion un jardin anglais orné de fabriques dont certaines rappellent celles des hameaux de Chantilly ou de Trianon. Ces ouvrages sont restaurés une première fois au XIXe siècle.

Château de Brimborion[modifier | modifier le code]

À ne pas confondre avec le château de Bellevue (Meudon) situé plus haut sur le coteau, ce pavillon s'appelle successivement Château Babiole, puis butte Coislin, puis Brimborion. Il prit tardivement le nom de Brimborion par référence au Brimborion Pompadour. Brimborion veut dire objet de peu de valeur et est synonyme de babiole. Tout comme celui de Bagatelle, ce nom, mélangeant plaisir et argent, dit tout de la « douceur de vivre avant la Révolution »[1]. Le pavillon à deux étages est construit vers 1750 à la demande de Louis XV pour Madame de Coislin ; reconstruit sous Louis-Philippe Ier pour le chanteur d'opéra Antonio Tamburini. Il devient un musée municipal de 1930 à 1948 et est rasé en 1954. Le site est classé en 1934[2].

Un livre retrace l'histoire de ce lieu : Histoire du petit Château de Brimborion (Des amours de Mme de Pompadour aux révolutionnaires de 1794), éditions Lacour-Ollé, typographe à l'Imprimerie Nationale, par Pierre Mercier[3],[4].

Lycée de Brimborion[modifier | modifier le code]

Le lycée de Brimborion à Sèvres est un projet non réalisé exposé au salon d'automne de 1933. Il devait se situer sur le lieu-dit bas de Sèvres à l'adresse d'aujourd'hui du 21 avenue de la Division Leclerc. Son auteur était Léon Barsacq (maître de l'œuvre)[5].

Le parc aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'école maternelle, attenante à l'accueil de loisirs

Aujourd'hui, le parc de Brimborion se situe au 21 avenue de la division-Leclerc à Sèvres dans le département des Hauts-de-Seine. Les enrochements qui affleurent dans le parc de Brimborion sont en grande partie naturels. Le parc conserve des rocailles typiques des jardins dits "à l'anglaise", une glacière du XVIIIe siècle exceptionnellement préservée, la porte en forme de pont, des terrasses. Cet espace de 4,5 hectares est situé sur un coteau dominant la Seine. Des vues remarquables s'ouvrent sur la vallée de la Seine, les méandres du fleuve, le mont Valérien et son fort, l'île Monsieur, l'île Seguin et le trapèze – tous deux en cours de mutation – et, au-delà de Boulogne-Billancourt, la tour Eiffel et même la butte Montmartre. Le site invite aujourd'hui le promeneur à découvrir le bord de Seine, vers la rue Troyon. Plusieurs promenades sont possibles à partir du parc[6].

On y trouve le Poney Club de Brimborion[7] et aussi un bâtiment original construit tout en bois : il s'agit du centre de loisirs de Brimborion réalisé par l'architecte Dugas en 1998. À proximité, se trouve la station Brimborion, station de la ligne 2 du tramway d'Île-de-France qui se situe dans la ville de Meudon, ainsi que Strate Ecole de design qui est attenante au sud-ouest du parc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui n'a pas vécu avant la Révolution, ne sait pas ce qu'est la douceur de vivre » Talleyrand
  2. http://www.patrimoine-de-france.org/richesses-47-14405-102733-M48097-251872.html Site Internet du Patrimoine de France
  3. http://boutique.geneanet.org/catalog/product_info.php?products_id=67182 Lien vers le livre
  4. (ISBN 2-7504-0560-2)
  5. http://www.patrimoine-de-france.org/richesses-47-14405-102758.html Site Internet du Patrimoine de France
  6. http://www.promenades92.fr/web/nature/brimborion-sevres-bois-boulogne Promenades à partir du parc de Brimborion
  7. http://www.brimborion.org/ Site Internet du Poney Club de Brimborion