Château de Brandon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Château de Brandon
Image illustrative de l'article Château de Brandon
Type forteresse
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1975)
Site web chateau-de-brandon.com
Coordonnées 46° 51′ 01″ nord, 4° 28′ 53″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Commune Saint-Pierre-de-Varennes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Brandon

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Château de Brandon

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Château de Brandon

Le château de Brandon est situé sur la commune de Saint-Pierre-de-Varennes en Saône-et-Loire, au sommet d'une butte.

Description[modifier | modifier le code]

Les bâtiments se répartissent autour d'une enceinte de forme irrégulière divisée en deux par un mur séparant la basse-cour de la cour du logis des maîtres. Celui-ci, de forme rectangulaire allongée, est flanqué aux angles nord-ouest et nord-est de tours carrées. Une aile en retour d'équerre occupe le flanc est ; elle est reliée par un pan de muraille à une troisième tour carrée. Viennent ensuite des bâtiments agricoles et une écurie. Une tour-porche située à l'angle sud-ouest donne accès à cet ensemble.

Le château, propriété privée, est ouvert au public. Il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis juin 1975[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le château au XIXe siècle

Parmi les personnalités attachées à l'histoire du château de Brandon figure l'abbé Delniau, qui fut appelé à Brandon par Charles de Montessus, seigneur du lieu. Celui-ci, en difficulté avec des créanciers, avait eu l'idée de répandre la rumeur d'un trésor dissimulé dans le château et avait donné à sa demeure une renommée des plus sinistres, au point que, effrayé lui-même de la terreur qu'il avait suscité, il s'avisa de demander à l'abbé Philibert Delniau, prêtre de Marcheseuil et curé de Brazey-en-Morvan, qui s'adonnait à la magie noire et à la sorcellerie, de venir conjurer les esprits. Une tâche dans laquelle il échoua. Charles de Montessus s'adressa alors aux chanoines d'Autun, qui lui déléguèrent messire André Guijon, docteur en théologie, qui ne tarda pas à découvrir les preuves démoniaques de son prédécesseur et le livra à la justice. Le 6 avril 1624, l'abbé Delniau fut « dégradé publiquement en l'église Saint-Lazare par le révérend évêque dudit Autun des dignités de l'Église ». Son procès se termina le 17 avril suivant : condamné à être pendu et brûlé, il fut exécuté quelques jours après sur la place du Champ de Mars d'Autun, âgé de 70 ans. Une pièce du château, dans la partie supérieure de la tour abritant la chapelle (à laquelle on n'accède que par le chemin de ronde), garde le souvenir de ce prêtre : la « chambre de l'abbé Delniau », dans laquelle figurent différents dessins géométriques qui lui sont attribués ainsi qu'une curieuse cheminée dont l'extrêmité supérieure de l'un des jambages, sur lequel repose la tablette, a la forme d'une tête de bouc.[2]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. de Masin, La chambre de l'abbé Delniau, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 17 (mars 1973), pp. 15.
  • Françoise Vignier (dir.), Le Guide des Châteaux de France, 71 Saône-et-Loire, Paris, éditions Hermé, 1985.
  • Eugène Fyot : Le château et les seigneurs de Brandon, Mémoires de la Société éduenne tome 28 (1899), disponible sur le site Gallica de la BNF.
  • Eugène Fyot : Le château et les seigneurs de Brandon, Autun, Imprimerie et Librairie Dejussieu, 1900.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00113453, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Le château et les seigneurs de Brandon, Mémoires de la Société éduenne, tome 28.