Château de Boussu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Boussu
Image illustrative de l’article Château de Boussu
Ruine du châtelet d'entrée du château de Boussu
Période ou style Ruines
Architecte Jacques Du Broeucq
Début construction Xe siècle
Fin construction 1540 (reconstruction)
Site web http://www.chateaudeboussu.be
Coordonnées 50° 26′ 13″ nord, 3° 47′ 42″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Commune Boussu

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Château de Boussu

Le site du château de Boussu est actuellement un site de fouilles archéologiques, situé en Belgique, en province de Hainaut, dans la commune de Boussu.

Les ruines du châtelet d'entrée sont actuellement remises en état et sont le seul élément architectural encore visible à ce jour.

L'histoire du château[modifier | modifier le code]

Époque gallo-romaine.[modifier | modifier le code]

Le site sur lequel a été érigé le château de Boussu a été occupé dès l'époque gallo-romaine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dès le Xe siècle, une importante forteresse médiévale y est bâtie.

Possession de la famille de Fontaine, le château devient la propriété des Hénin-Liétard à la suite d'un mariage. Le premier fait connu de son histoire militaire se situe au XVe siècle. En 1402, le seigneur de Chaudmont, ennemi juré du seigneur de Boussu, assiège son château. Après quelques jours de résistance, celui-ci est pris par les assaillants, livré au pillage et ravagé, partiellement, par un incendie[1].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Sa destruction en 1478, lors des guerres entre la France et les États bourguignons, permit, dès 1540, à l'architecte montois Jacques Du Brœucq, à la demande de Jean de Hénin-Liétard, premier comte de Boussu (de), Grand Ecuyer de l'Empereur Charles Quint, de construire le « palais de Boussu, la plus belle demeure qu'on puisse voir en tous les Pays-Bas, une demeure digne d'un roi, ... », selon Guichardin.

En 1545, vers le 2 février, l’empereur Charles-Quint séjourne dans le comté de Hainaut. Il en profite pour rendre visite à son ami Jean de Hennin-Liétard et admirer sa somptueuse demeure encore en construction. Il lui offre un Hercule d’argent de douze pieds de haut dont lui a fait présent François Ier. Charles-Quint, pour cette occasion, est accompagné de grands seigneurs de sa cour. Le banquet offert en son honneur fut, paraît-il, des plus fastueux. L’empereur se plaît à Boussu et décide, dès lors, d’y passer la nuit. Il ne se rend que le lendemain à l’abbaye de Saint-Ghislain, déléguant au festin du soir quelques courtisans dont le prince de Condé. De nombreux architectes viennent à Boussu afin de s’inspirer des lieux pour d'autres châteaux. 1554:Charles-Quint passe à nouveau au château de Boussu car la guerre vient de reprendre avec la France et il part visiter toutes les places fortes situées à proximité des frontières. L’accueil est, une nouvelle fois, très fastueux et donne naissance à la légende suivant laquelle le seigneur de Boussu aurait mis le feu à son château, sous les yeux de Charles-Quint, précisant qu’après la visite d’un hôte aussi illustre, personne n’était plus digne d’y pénétrer.Charles-Quint visitera ce palais en 1545 et 1554, Philippe II en 1549 et 1558, Louis XIV fêtera son anniversaire en 1655 et Guillaume III en 1676. Il est progressivement détruit par les nombreuses guerres qui émaillent les XVIe et XVIIe siècles

Il est démoli en 1810, complètement en ruine, à l'exception du châtelet d'entrée restauré par le comte de Caraman.

Lors de la restauration du château en 1810, le général comte Maurice de Caraman fait placer, sur la façade, une pierre portant l’inscription : « Brûlé en 1554 » afin de perpétuer la tradition locale[2]. Il y décède le 3 septembre 1835.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est occupé par la Luftwaffe qui y installe un important dépôt de munitions, dynamité le 2 septembre 1944.

Années 1980[modifier | modifier le code]

Devenu propriété communale en 1989, il est donné en gestion à l'A.S.B.L. « Gy Seray Boussu » qui y entreprend un long travail de mise en valeur.

Plusieurs vestiges archéologiques découverts sur le site du château de Boussu.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En septembre 2010, et après quinze ans d'attente, l’historien Marcel Capouillez lance la première phase de la campagne de restauration prévue pour une durée d’un an[3]. La perspective de Mons 2015 (capitale européenne de la Culture en 2015) a donné un coup d’accélérateur au projet de remise en état du châtelet de Boussu.

Depuis 2010, le centre d’interprétation du domaine des Seigneurs de Boussu utilise les parties restaurées du châtelet d’entrée datant du XVIe siècle.

Ces parties comprennent le porche de l’édifice, la tour Est ainsi que les caves[4].

Le château est devenu un musée retraçant sa propre vie. L’A.S.B.L « Gy Seray Boussu » envisage la création d’une bibliothèque au sein du monument[4].

Les visiteurs peuvent y découvrir :

- L’histoire des familles qui ont occupé le château de Boussu (Hennin-Liétard et Caraman)[5].

- L’évolution de l’édifice en passant par l’imposante forteresse médiévale, par le « Palais de la Renaissance » bâti dès 1539, par l’architecte montois Jacques Du Broeucq jusqu’à la « Villa Caraman » au XIXe siècle aménagée sur les structures du châtelet du XVIe siècle. Le château était considéré à l'époque comme « la plus belle demeure que l'on puisse voir en tous les Pays-Bas, une demeure digne d'un roi, ... » selon Pierre Du Mont L'Ancien vers 1600[4].  

- Une multitude de vestiges (Monnaies, clefs, poteries, boulets de canons, balles de mousquets, jouets...) qui sont le fruit des nombreuses campagnes de fouilles archéologiques menées sur le site du château de Boussu depuis 1991. Ces vestiges ont permis de multiples découvertes servant aujourd’hui de références scientifiques (typologie, datation, …)[6].

- Un musée lapidaire dans les caves du château qui permet d’admirer de nombreuses pierres sculptées mises au jour lors des fouilles ainsi que lors du déblaiement des ruines menées sur le site du château de Boussu depuis 1991[6].

- Le parc du château, site naturel classé de douze hectares. Ce parc romantique à l’anglaise offre un riche aperçu de la faune et de la flore de la vallée marécageuse de la Haine[4].

La chapelle funéraire des Seigneurs de Boussu.[modifier | modifier le code]

Situé à 300 mètres du château de Boussu, la chapelle jouxte le chœur de l’église Saint-Géry de Boussu. Cette chapelle de style gothique hennuyer possède en son centre une crypte voutée sur deux niveaux. Dans cette crypte, reposent les différents seigneurs de Boussu des familles de Hennin-Liétard et de Caraman.

Cet édifice classé figure sur la liste du Patrimoine Exceptionnel de la Région Wallonne.

Depuis quelques années, cette chapelle sert en partie de musée de l’art sacré[5].

Le parc du château[modifier | modifier le code]


Le parc du château de Boussu de douze hectares reprend le plan du parc romantique à l'Anglaise réalisé sous Maurice de Caraman (1769 - 1835), dernier comte de Boussu.

Ce parc restauré grâce à des fonds de la commune de Boussu et du Fonds du Gaz Naturel de la Fondation Roi Baudouin est accessible, gratuitement, sept jours sur sept, du 1er mars au 31 octobre.

On peut y découvrir des arbres majestueux plus que centenaires (hêtre pourpre, marronnier, chêne, tilleul, platane à feuilles d'érable, ...), une intéressante zone humide, un pavillon d'observation avec terrasse et un parcours nature permettant la découverte de la faune et de la flore de la vallée de la Haine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le château de Boussu », Le château de Boussu,‎
  2. « Le château de Boussu », chateaudeboussu.be
  3. LaProvince.be, Lancement des travaux de restauration
  4. a b c et d « Le Château de Boussu », visitMons - Portail Touristique Officiel de la Région de Mons,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)
  5. a et b « Le Château de Boussu — Commune de Boussu », sur www.boussu.be (consulté le 14 mai 2018)
  6. a et b « Le château de Boussu », sur culturaeuropa.be (consulté le 14 mai 2018)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Capouillez M., 1979. « Le château de Boussu à travers les siècles », Hornu
  • Capouillez M., 1985. Historique et description des châteaux de Boussu, Binche et Mariemont in : « Jacques Du Broeucq, sculpteur et architecte de la Renaissance », Europalia 85 España, Mons, p. 177-190
  • Capouillez M., 1989. Un ensemble seigneurial : Boussu in « Des pierres pour le dire. Autour du Grand-Hornu », Bruxelles
  • Capouillez M., 1991. « Histoire et généalogie des Seigneurs de Boussu de la famille de Hennin-Liétard (1202-1835) », Boussu
  • Capouillez M., 1995. « Le château de Boussu, Alleur-Liège » (Carnets du Patrimoine, 7), 32 p
  • De Jonge K. (dir.) & Capouillez M. (coord.), 1998. « Le château de Boussu » (Études et Documents, Monuments et Sites, 8), 207 p
  • Capouillez (M.),"Le château de Boussu", ESPACE NORD, 2007.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]